[Test – Playstation 4] God Wars Future Past : le T-RPG rencontre le folklore japonais

Caractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Existe aussi sur : Playstation Vita,
  • Développeur : Kadokawa Corporation
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 16 juin 2017
  • Acheter : Cliquez ici

Introduction

image playstation 4 god wars future past

Le Tactical-RPG est un genre qui, s’il s’adresse clairement à une cible précise, n’est jamais réellement passé de mode, contrairement à d’autres grands regrettés (Shmup, Beat’em All…). D’ailleurs, en ce moment c’est un peu la folie côté sorties, avec Fire Emblem Echoes, Valkyria Revolution (même si ce dernier tire plus vers l’action, finalement), ou encore la série des Utawarerumono. Il faut dire que le concept, hautement addictif et chronophage, a de quoi séduire les joueurs les plus avertis. Alors, quand un jeu veut associer ce genre au folklore purement japonais, autre source de passion pour certains gamers, on ne peut qu’être attentif à la proposition. Mais est-elle traduite par un titre digne d’intérêt ? C’est ce que nous allons voir dans ce test de God Wars : Future Past.

Scénario : 4/5

L’histoire de God Wars : Future Past a beau multiplier les ficelles, elle réussit tout de même à nous charmer. Les êtres humains, cette engeance qui ne peut se défaire de la guerre, quelque soit le monde dans lequel il évolue. Ici, l’univers est dénommé Mizuho, et les différents royaumes se lancent dans un conflit de grande envergure. Courroucés, les Dieux réagissent, et punissent le monde sur lequel ils veillent, à grands coups de catastrophes naturelles terrifiantes. Afin de calmer cette colère divine, Tsukuyomi, reine de son état, a l’intention de sacrifier l’une de ses deux filles, tandis que l’autre est gardée en réserve, afin de servir elle aussi d’offrande en cas de besoin. Treize longues années après le premier sacrifice, Kaguya est toujours emprisonnée, ce qui ne peut plus être supporté par Kintaro, son ami de toujours. Il la libère, ce qui aura de bien fâcheuses conséquences…

Le récit, conté par God Wars : Future Past, est tout à fait apte à animer le Tactical-RPG qu’est le jeu ici abordé. Mieux que ça, il donne un véritable souffle, parfois épique, à un genre qui, parfois, à tendance à se reposer sur ses mécaniques. La narration est d’un classicisme assumé : le cheminement se développe par le biais de cinématiques, voire de cutscenes réalisées avec le moteur du jeu, et le rythme est assez pêchu, sans pour autant donner la priorité au contexte. Écrivons le clairement : le studio Kadokawa se refuse de laisser l’histoire prendre le dessus, et cela se vérifie dans les dialogues, courts mais intenses, qui vont droit au but afin de ne pas appesantir la cadence.  Le développement du scénario a beau s’avérer assez classique, sorte de parcours initiatique à travers le départ vers l’aventure, on est tout de même attentif du début à la fin. L’univers tend naturellement vers un fantastique respectueux du folklore japonais, avec des pointes de shintoïsme aigüe, et l’on retrouve des lieux et des noms qui vous seront certainement familiers… Du bon, donc, voire du très bon, même si le milieu du jeu peut sembler un peu lent, et le début parfois pataud. Autre retenue, le soft est sous-titré en anglais, même si, comme signalé plus haut, les phases de dialogues sont courtes et simples à comprendre.

Gameplay : 4/5

image jeu god wars future past

Si vous êtes du genre à aimer les valeurs sûres, ou si vous cherchez un Tactical-RPG capable de vous combler côté basiques, alors God Wars : Future Past est fait pour vous. On retrouve tout ce qui fait le charme intemporel de ce genre : terrain agencé en cases, comme un damier. Des unités alliées, sous votre commandement, s’y mouvent. Bien entendu, en face, les ennemis voudront vous barrer la routes, et il faudra tout faire pour les empêcher de vous nuire. Pour cela, la tactique sera votre meilleure alliée : prendre connaissances des forces et faiblesses des belligérants, certes, mais pas que. Agir en fonction du terrain est l’une des bases pour une victoire éclatante, ainsi il faut tout de suite prendre connaissances des différents reliefs, et les utiliser à votre avantage. Attaquer un ennemi dans son dos offre un bonus de dégâts. Il faudra faire preuve de justesse dans la gestion des déplacements, évidemment limités, mais aussi attaquer, ouvrir les différents coffres, ou encore utiliser des skills salvateurs. On est loin d’être dans du jamais vu, mais cette base de formule reste très efficace.

Autre élément important, et pas des moindres : les différentes classes des personnages. Chacune de vos unités peut embrasser trois carrières, ce qui multiplie les possibilités d’approches de manière considérable. Chacun aura son impact sur le personnage, à différents degrés, il faut donc choisir prudemment et, surtout, viser la rentabilité sur le terrain. God Wars : Future Past vous donne le choix entre une trentaine de jobs et, excellente chose, laisse la possibilité d’en changer en cours de route. L’époque est bel et bien aux carrières multiples, et parfois insoupçonnées. Plus vous vous produisez dans un métier, plus celui-ci gagne en niveau, et plus vous pourrez garnir l’arbre de compétence associé au job. Un mécanisme qui ne cesse de nous pousser à explorer des alternatives, ce qui apporte une profondeur de gameplay savoureuse.

Vous en conviendrez, jusqu’ici le gameplay de God Wars : Future Past peut très bien être qualifié de traditionnel. Pourtant, le studio Kadokawa apporte quelques touches d’originalités bienvenues. On pense au Temple, et à toutes les possibilités qu’il propose. Vous pourrez y récupérer des quêtes annexes, mais aussi s’adonner à l’oblation. Plus vous ferez d’offrandes, plus les divinités vous accorderons des bonus intéressants pour la prochaine bataille. Donc, prenez au sérieux l’aspect farming du jeu, et ne sous-pesez pas l’intérêt des coffres. Autre particularité, le soft approfondi la mécanique des altérations d’état. En effet, celles-ci sont appliquées sur deux niveaux, par exemple empoisonner un ennemi n’est pas une fin en soi. Envoyez un deuxième coup provoquant ce malus, et la maladie s’accentuera de manière considérable. Enfin, la statistique d’impureté est une trouvaille très intéressante. Plus elle sera élevée, suite aux actions d’un personnage sur le terrain, plus les ennemis s’acharneront sur cette unité. Idéal quand on a façonné un véritable tank. Voilà quelques touches qui ne font qu’apporter de bonnes sensations, même s’il manque peut-être la « feature qui tue ».

Technique et ambiance sonore : 2/5

image god wars future past

Les Tactical-RPG n’ont jamais réellement été des foudres de guerre techniques. Cependant, cette vérité s’est accentuée depuis la génération « PS360 », pendant laquelle les jeux de ce genre n’ont jamais su tirer le meilleur des capacités offertes par ces consoles. Malheureusement, God Wars : Future Past ne sera pas le jeu qui modifiera ce constat, et ce malgré une direction artistique bien agréable. Les modèles 3D ne rendent pas spécialement hommage aux pourtant magnifiques visuels qui s’offrent à nous lors des cinématiques. Aussi, les animations, si elles sont fluides, manquent d’ampleur, surtout dans le rendu des skills. Vraiment dommage, car on ne peut nier que l’ensemble a un potentiel ravissant.

Quant à la musique de God Wars : Future Past, elle souffle le chaud et le froid. Certaines resteront en mémoire, même après avoir éteint la console. D’autres semblent beaucoup plus génériques, et ne dépassent jamais le stade de compositions d’accompagnement. Pourtant, on retrouve bien le talent de Nitta Takafumi, que l’on a découvert avec son travail sur Root Letter, et dont certaines sonorités complètent parfaitement l’univers folklorique du jeu. Les voix sont proposées en anglais, et en japonais. La première proposition fait peine à entendre, dès lors on ne peut que vous conseiller la très bonne version originale. Cependant, sachez que les cinématiques ne sont pas sous-titrées…

Durée de vie : 4/5

image test god wars future past

Il vous faudra environ 30 heure afin de terminer la quête principale de God Wars : Future Past. Bien entendu, ce chiffre n’est qu’un commencement, car il faut ajouter à cela les quêtes annexes, et l’envie qu’auront les joueurs de pousser le soft à bout. Pour essorer le jeu, il faudra multiplier ce résultat quasiment par trois. Cachez qu’il n’y a pas de new game plus au rendez-vous, malheureusement.

Note finale : 14/20

God Wars : Future Past est un Tactical-RPG qui doit attirer votre attention, et ce même si quelques soucis l’empêchent d’être vécu comme un indispensable. Techniquement, le jeu est incertain, surtout concernant les modèles 3D. Aussi, on regrette l’absence de sous-titres pendant les cinématiques, ce qui pousse à choisir le doublage anglais, beaucoup moins agréable que le japonais d’origine. Cependant, cela a un impact limité sur l’ensemble des sensations que procurent le titre côté gameplay. On apprécie beaucoup la gestion des jobs, mais aussi quelques petites friandises, comme les deux niveaux de malus, qui rajoutent une certaine profondeur à la tactique. God Wars : Future Past, est un jeu qui pourra plaire aux aficionados des genres, mais aussi aux joueurs un peu aventuriers, qui ne connaissent les mécaniques du Tactical-RPG que de manière lointaine. Ils trouveront là un soft agréable à prendre en mains, et à sonder.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *