[Food] Le Desjeuneur : Bruncher à toute heure de la journée

image brunch le desjeuneur lyon croix-rousse
© Culturellement Vôtre

Commander un brunch en fin d’après-midi en semaine ? Chiche !

Après avoir fait ses classes à l’Institut Paul Bocuse, puis aux côtés d’un chef étoilé à Londres, où elle a ouvert avec une amie la tartinerie Chez Antoinette en plein Covent Garden, Marion Bohé est revenue à Lyon pour ouvrir ce sympathique restaurant-salon de thé où l’on peut bruncher et déjeuner à tout moment de la journée grâce à un service continu, de 9h à 18h. Si le brunch est généralement servi en restaurant uniquement le week-end (voire seulement le dimanche) en matinée et jusqu’à 15h – ou plutôt jusqu’à rupture de stock – la riche idée du Desjeuneur est de le proposer également durant toute la semaine, et sans restriction horaires, donc. De quoi ravir les fêtards n’aimant pas sortir de chez eux trop tôt le week-end après une nuit blanche, et tous ceux qui apprécient tout simplement de prendre leur temps ou de pouvoir se restaurer en fin d’après-midi après une dure journée de travail où l’on n’a pas vraiment pris le temps de se nourrir.

Situé idéalement rue des Pierres Plantées sur les pentes de la Croix-Rousse, à deux pas de la place du marché, le Desjeuneur, qui a ouvert ses portes au tout début de l’été, a des allures de petite cantine simple et cosy avec ses murs blancs, ses lettres au mur et son comptoir à pâtisseries, appétissant à souhait. Lorsque nous nous y rendons, un dimanche matin de juillet, vers 11h (le jour et l’heure typiques du brunch, donc), une alléchante tarte aux myrtilles recouverte d’un épais glaçage so British surmonté de rondelles de bananes est proposée aux côtés d’une belle tarte aux framboises. Malgré cet étalage éhonté de gourmandises juste sous nos yeux, nous tenons bon car nous sommes venus pour le fameux brunch, bien que notre planning ne nous ait pas permis de le tester à une tranche horaire plus originale.

Simple et consistant

image vue lyon croix-rousse terrasse le desjeuneur
La vue sur les Pentes de la Croix-Rousse depuis la terrasse du Desjeuneur. © Culturellement Vôtre

Servi rapidement par un personnel sympathique et attentionné, le brunch en question pourrait sembler de prime abord modeste comparé aux menus en plusieurs services proposés par certains établissements. Néanmoins, il s’avère très consistant, puisque les seuls pancakes au beurre fermier et sirop d’érable, recouverts de lard croustillant et de deux oeufs au plat, pourraient presque nous suffire.

Les pancakes dans notre assiette sont moelleux et plutôt épais, bien équilibrés (pas trop sucrés, pas trop gras), et les oeufs et lard en topping sont irréprochables par leur qualité et leur cuisson. On est d’ailleurs ravis de cette présentation anglo-saxonne, que l’on retrouve rarement dans les restaurants français, où les pancakes sont presque invariablement proposés en version sucrée, à l’exception de quelques établissements comme Pancake Sisters à Paris ou le nouveau bistro franco-irlandais — que nous n’avons pas encore testé — Accasbel à Lyon. Or, les Américains consomment régulièrement ce mets incontournable accompagné de bacon et nappé de sirop d’érable, tandis que les Anglais sont friands d’oeufs Benedict recouverts de sauce hollandaise et bacon frit sur un muffin. L’alliance pancake-beurre-sirop-oeufs-bacon donne ici un résultat très heureux, aussi ne pouvons-nous que conseiller aux sceptiques du sucré-salé de surmonter leurs craintes.

Pour le reste, les 6 tartines de pain au levain sont de bonne qualité, de même que les délicieuses confitures maison qui changent des préparations industrielles souvent servies ici et là. Seul le beurre fermier demi-sel aurait pu être servi en plus grande quantité, mais, au bénéfice du restaurant, celui-ci s’étale très bien et nous n’avons eu le courage de déguster que la moitié des tranches servies. La portion de granola, très mince quand on la voit arriver à notre table, est quant à elle dosée de sorte à éviter tout gâchis, et donc proposée comme un simple accompagnement, contrairement au granola individuel proposé à la carte pour 6€. Le yaourt fermier nous a paru correct, et les myrtilles accompagnant les céréales croquantes à l’avoine étaient fraîches. Difficile cependant de se faire un avis réel sur une si petite quantité.

Un choix de boissons classique et une carte déjeuner à tester

En ce qui concerne les boissons, le brunch comprend une boisson chaude au choix parmi une sélection de thés, chocolat et cafés, ainsi qu’un verre de jus d’orange pur jus. En ce qui concerne les thés, le choix est relativement restreint (4 crus seulement) et reste grand public puisqu’on trouvera 3 mélanges parfumés et un thé d’origine classique, un Sencha. Cependant, Marion Bohé a choisi de se démarquer en faisant appel à la marque du bar à thé parisien Kodama, proposant des mélanges pointus et équilibrés, à base de feuilles de thés de qualité. Nous optons pour le très anglais London 7 a.m., soit un Earl Grey (thé noir à l’huile de bergamote) parfumé aux gousses de vanille. Bien parfumé et suffisamment dense, ce mélange reste très accessible, et le goût de la vanille (non chimique, donc) vient apporter à la liqueur une agréable douceur. Pour la boisson fraîche, on regrettera qu’un verre d’oranges fraîchement pressées ne nous soit pas servi, mais, le Desjeuneur étant encore en rodage moins d’un mois après son ouverture, nous ne leur en tiendrons pas trop rigueur.

Au final, c’est donc le ventre bien repu que nous profiterons de notre dimanche en ville, avec la ferme intention de revenir ultérieurement pour tester le déjeuner à la carte, soupes et cocottes du jour, un croque-monsieur proposé au restaurant londonien de Marion Bouhé, une salade veggie à l’avocat et des assiettes à partager allant de l’hoummous maison au camembert rôti servi avec pain et noix. Si le restaurant n’en est qu’à ses débuts et sera sans doute amené à évoluer, la qualité de la nourriture (simple mais délicieuse) et la fraîcheur des produits sont au rendez-vous, tandis que l’atmosphère détendue et la terrasse à même le trottoir, avec vue sur les pentes et le centre-ville en contrebas en font un spot tout à fait sympathique pour un brunch ou un déjeuner entre amis.

Le Desjeuneur, 3 rue des Pierres Plantées, 69001 Lyon. Métro Croix-Rousse, ligne C. Ouvert du jeudi au lundi de 10h à 18h. Prix de la formule brunch : 17,5€. Il est possible de rajouter des oeufs ou du lard pour 3,50€, et une coupe de champagne pour 5€. Cartes food et boissons disponibles sur le site Internet du restaurant.

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *