[Critique] L’Étrange Festival 2017 : Game Of Death

Caractéristiques

  • Réalisateur : Sébastien Landry, Laurence Morais-Lagace
  • Avec : Erniel Baez D, Victoria Diamond, Sam Earle, Emelia Hellman, Catherine Saindon
  • Durée : 74 minutes
  • Année de production : 2017
  • Genre : Horreur
  • Nationalité : Canada (Québec)

La crétinerie gore de L’Étrange Festival 2017

Que serait L’Étrange Festival sans ses séances de folles découvertes, de films aussi gores que barrés et généreux ? Sans doute que l’événement perdrait un peu de sa saveur et de son aura, toujours est-il que l’édition 2017 aura fait l’effort pour nous faire parvenir quelques bandes sorties de nulle part. Game Of Death arrive tout droit du monde des webséries, et se donne comme objectif de s’ouvrir un chemin côté long métrage. Malheureusement, on aurait préféré que le duo à la réalisation, formé par Laurence Maurais-Lagace et Sébastien Landry, en reste à un format court et cantonné aux Internets.

Sept jeunes passent leurs vacances avec un certain ennui ponctué de sexe, d’alcool et de produits licencieux. Soudain, ils découvrent un vieux jeu de société intitulé Game of death et décident de se lancer dans une partie. Mais en connaissent-ils vraiment les règles ? Non, mais ils vont les découvrir… à leurs dépends.

Un fond qui nous met en colère

image film game of death

Comme nous le décrivions à l’occasion de l’article concernant Lowlife, le passage d’un réalisateur de webséries au format cinéma est rarement couronné de succès. Malheureusement, Game Of Death intervient pour nous donner raison. Si le film s’appuie sur une bonne idée, sorte de Jumanji énervé, sexe et sanglant, tout prend une mauvaise tournure quand l’esbroufe doit faire place à l’efficacité, et à un développement digne de ce nom. La gaudriole perdure, on sent le sourire en coin permanent, le réalisateur prend plaisir à filmer dans le simple but de remplie la pellicule (ou la carte SD), et de se faire mousser à grands coups d’effets inutiles. C’est faussement sexy, faussement violent, ça sent le toc et le m’as-tu-vu.

Et ce n’est pas tout. Formellement très conforme à ce qu’on peut attendre d’une réalisation typée “petit malin”, Game Of Death se permet un fond assez embarrassant. On s’attendait à ce que le groupe de jeune se trouve une sorte de leader dans l’infamie, histoire de tuer aveuglément et avec une pointe d’humour. Seulement, en 2017, donner le rôle du psychopathe de service à un gamer, en rappelant à quel point les jeux violents c’est pas bien, à grands renforts de références à Carmageddon et Hotline Miami… Paie ton retour dans les années 1990, ce film pourrait être produit par l’association Familles de France qu’on n’y verrait que du feu. Aussi, histoire de bien signer la débilité du propos, c’est le dealer qui se retrouve à revêtir le rôle du héros au grand cœur. C’est bien connu, jouer aux jeux vidéo c’est bien plus dangereux que de vendre de la drogue. Alors certes, on pourra rire des quelques effets gores rigolos, encore qu’ils sont noyés dans un ensemble bien trop poseur pour vraiment convaincre. Mais rien ne fera oublier cette impression assez sinistre d’être pris pour cible par des réalisateurs qui ont choisi d’incriminer une activité tout à fait saine…

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
2/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *