[Preview] PGW 2017 : on a cavalé avec Sonic Forces

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Sonic Team
  • Editeur : Sega
  • Date de sortie : 7 novembre 2017

Sonic fonce vers une probable deuxième réussite d’affilée

image pgw sonic forces

Bon sang, 25 ans !  Même s’il est toujours aussi pimpant (et ce malgré quelques épisodes décevants, c’est dire s’il est entouré d’une aura solide), Sonic n’est pas né d’hier. Outre que cela file un petit coup de vieux à votre humble serviteur, il faut souligner que cet anniversaire était doublement attendu. Premièrement, pour Sonic Mania, sorti récemment et qui récolte bien des avis favorables. Deuxièmement, pour Sonic Forces, qui sort dans quelques jours, et que nous avons pu essayer à l’occasion de la Paris Games Week 2017. Alors, faut-il avoir peur du fameux Sonic Cycle ? Non, pour la simple raison que les différents trailers n’ont pas créé de craintes. Pour autant, un bon opus est-il entrain de foncer sur nous, à toute vitesse ? C’est très probable, et ça c’est une super nouvelle.

Lors de cette prise en mains de Sonic Forces, courte mais intense, nous avons pu nous frotter à trois modes de jeu : Étape Sonic, Étape classique, et Étape avatar. Le quatrième, Étape en équipe, n’a pu être essayé. Sachez de suite, ô bonheur, que les trois manières d’aborder le soft ont fait l’objet d’un soin particulier. On avait un peu peur que la Sonic Team se perde en route, mais ce n’est nullement le cas, bien au contraire. Dans le premier mode, on prend le contrôle du hérisson bleu, dans un environnement tout en 3D, mais non-libre. Pas de délires à la Sonic Adventure (ouf), et la vitesse reste la plus grande alliée de notre héros. C’est là un choix pertinent, tant la série n’existe qu’autour de la rapidité d’exécution, ce qui parfois un paradoxe quand certains jeux ont choisi de mettre en avant l’action. Ici, on speed sévère, tout juste stoppé par des ennemis à détruire. On passe dans des loopings, on se fait propulser sur de longues distances, le tout dans des décors assez impressionnants. C’est clairement la meilleure façon d’aborder un Sonic en 3D, espérons que cela sera dorénavant bien ancré chez Sega.

Des modes qui proposent une véritable diversité

image preview sonic forces

l’Étape classique est, comme son nom l’indique, un mode qui propose de retrouver des sensations à l’ancienne. Le passage, choisi pour cette démo, n’est peut-être pas des plus pertinents : un combat de boss. Mais on sent que, là encore, la Sonic Team a épuré son approche, pour ne garder que ce qui a fait l’immense succès de la licence. On attendra d’en voir plus, notamment en terme de level design mais, en jouant à Sonic Forces, on s’est revu, voilà 25 ans, entrain de massacrer le Docteur Robotnik pour la première fois, à la fin du niveau Green Hill Zone. Enfin, ça, c’est pour les impressions car, manette en mains, le feeling se fait plus retors. On devait faire attention à quelques patterns, dont un lancer de rocher un peu difficile à bien analyser. Pas vraiment difficile, mais pas simple non plus.

Le dernier mode qu’on a pu essayer, l’Étape avatar, met en scène… roulements de tambours… le suspens est insoutenable… l’avatar. Ici, point de Sonic, mais un personnage totalement à la charge du joueur. La démo ne permettait pas de se lancer dans la personnalisation, qui sera l’une des clés de voûte de Sonic Forces, mais on a pu choisir entre différentes armes. Le niveau mis à disposition était clairement plus axé vers l’action, avec beaucoup d’ennemis à envoyer valser. Aussi, on a remarqué un challenge plus corsé, des pièges parfois bien cruels, et un rythme moins rapide. Voilà de quoi varier les plaisirs, donc, et ce n’est pas de refus. Au final, cette prise en mains nous a séduit, d’autant que nous n’avons pas aperçu la moindre trace d’un ralentissement. Et ça, pour un Sonic, c’était vital.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *