[Test – Android] Catan Stories : père Catan, raconte-nous une histoire

Caractéristiques

    • Android
    • iOS
  • Développeur : Asmodee Digital
  • Editeur : asmodee Digital
  • Date de sortie : 8 novembre 2017
  • Acheter : Cliquez ici

Quand un incontournable du jeu de plateau devient une aventure narrative de qualité

Est-ce un phénomène, ou juste une mode ? Toujours est-il que les jeux textuels ont le vent en poupe ces derniers temps, c’est un fait depuis la distribution, assez fréquente, de Visual Novel sous nos latitudes. Avec des hits comme Danganronpa V3, Chaos;Child, les amateurs de ce genre sont pour le moins gâtés ces derniers temps. Et si l’on ajoute le succès des jeux d’aventure très cadrés, comme ceux de Telltale Games, alors on peut se dire que certains joueurs sont intéressés par autre chose que des FPS et du monde ouvert. C’est sans doute l’un des éléments qui a poussé Asmodee Digital à imaginer Catan Stories, adaptation textuelle d’un jeu de plateau allemand parmi les plus reconnus : le très stratégique Les Colons de Catane.

L’univers de ce jeu de société étant assez développé, le studio en charge de Catan Stories avait le choix de l’angle utilisé. Mais un danger guettait : celui de perdre de vue l’intérêt premier de la licence, au profit d’un concept qui ne laisserait qu’un goût d’exploitation mercantile. De ce côté, on est rassuré très rapidement : on abandonne la tactique de terrain pour se focaliser sur des décisions, elles-mêmes assez stratégiques. Visuellement, le soft nous propulse dans une version idyllique de l’île de Catan. La carte est bien représentée, et les quelques artworks très soignés. De plus, un véritable effort a été effectué sur la fenêtre de dialogues et d’écrits, assez élégante pour qu’on n’en soit jamais lassé. Signalons que le test fut effectué sur un Samsung Galaxy S6, et l’on n’a pas noté de soucis de framerate.

Une histoire qui sait installer des tenants, pour rendre meilleurs les aboutissants

Après avoir bien capté l’intérêt de Catan Stories, l’histoire est évidemment ce qui nous intéressera jusqu’au bout. Celle-ci a été écrite avec grand soin. Différents personnages sont abordés, ainsi que des problématiques bien distinctes, du moins dans un premier temps. D’ailleurs, il faut signaler que le récit met un peu de temps à décoller, mais c’est compréhensible : le jeu ne brigue pas son récit sur l’autel de l’instantanéité, ce qui est courageux pour un jeu mobile. L’histoire s’envole, mais à son rythme, d’ailleurs le narrateur n’est autre qu’un corbeau, oiseau qui a lui aussi tendance à soigner ses décollages…

Une bonne histoire, bien narrée, mais aussi un peu de gameplay. Catan stories ne cherche pas à réinventer la roue, entendons-nous bien, mais la prudence mène le soft sur le chemin de la réussite. Des choix de répliques s’offriront à vous et, comme vous l’imaginez, certains auront des conséquences, parfois drastiques. Un personnage peut mourir, par contre le jeu ne permet pas à l’intrigue de continuer : il faudra reprendre depuis une sauvegarde afin de régler le souci. On a aussi droit à l’utilisation de la fonctionnalité gyroscopique, au détour de certaines séquences agréables mais pas assez poussées pour être totalement mémorables. Une bonne idée, qui ne demande qu’à être améliorée.

Note : 15/20

Catan Stories n’est pas un jeu parfait pour autant. Si la technique, la narration, et l’histoire, nous ont embarqué, on a eu un peu plus de mal avec le choix de forcer le joueur à prendre des pauses. Le concept aurait pu fonctionner, si ces instants, parfois longs, étaient plus justifiés par le scénario. La fin de la coupure est signalée par une notification, du moins si vous le désirez. Cela n’empêchera sûrement pas les amateurs de jeux narratifs de prendre bien du plaisir. Et, surtout, avec un casque ! Le soft vous le conseille, c’est effectivement un élément à ne pas négliger, tant les musiques et les effets sont importants pour l’implication. Enfin, signalons que le texte est entièrement traduit en français, ce qui est un véritable plus. Voilà qui termine de nous convaincre, et l’on ne peut qu’encourager Asmodee Digital (Carcassonne) à réitérer ce genre d’expérience, qui prend à à contrepied de manière judicieuse et justifiée.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *