[Critique] Le Grand Bain : Alors, on plonge ?

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Gilles Lellouche
  • Avec : Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virginie Efira, Leïla Bekhti, Marina Foïs, Philippe Katerine, Félix Moati, Alban Ivanov et Balasingham Thamilchelvan
  • Distributeur : Studio Canal
  • Genre : Comédie dramatique
  • Nationalité : Français
  • Durée : 122 minutes
  • Date de sortie : 24 Octobre 2018

Une comédie réussie…

Après Narco en 2003 et Les infidèles en 2012, voici que Gilles Lellouche revient à la réalisation avec Le Grand Bain. Le long-métrage raconte l’histoire de Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres, dans les couloirs de leur piscine municipale, qui s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui, c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie… Avec un tel pitch, notre curiosité ne pouvait être que titillée. Alors que vaut le résultat ?

Avec le nombre de comédies françaises qui sortent chaque année, il faut dire que peu nous font vraiment rire ou nous surprennent — voir Taxi 5 . Cependant, Le Grand Bain est une belle exception à la règle. Si l’on regarde de plus près ce groupe de personnages de la trentaine à la cinquantaine, tous sont en souffrance. Entre le chômeur dépressif accro à Candy Crush, le chef d’entreprise sur le point de faire banqueroute, le rockeur rêvant de gloire mais qui en est très loin, l’entraîneuse en pleine reconstruction ou encore celui dont la mère souffre d’une maladie mentale, on ne peut pas dire que ce petit monde ait l’air d’une équipe gagnante.

C’est là l’un des points forts du film, mais aussi l’un de ses principaux défauts, car si l’on s’attache aux personnages, le problème est qu’il y en un peu trop pour que tous soient mis en avant de manière équitable. Lellouche, qui signe le scénario avec Ahmed Hamidi et Julien Lambroschini, veut montrer différentes facettes de la dépression ou du mal être mais, à trop vouloir en faire, on sent que certaines trames narratives ont été bâclées ou tombent dans une certaine facilité en fin de compte. A contrario, certains personnages ne sont pas du tout développés et ne sont là que pour certaines répliques ou gags, tels les rôles de Basil (Alban Ivanov très drôle) ou Avanish (Balasingham Thamilchelvan). Est-ce que cela enlève de la qualité au produit final ? En un sens oui, mais l’ensemble se tient grâce au développement de la trame principale.

… malgré quelques défauts

image gilles lellouche le grand bain

En ce qui concerne les ressorts comiques, oui, Le grand bain déclenche des rires francs. Que ce soit par les répliques ou les gags, l’humour fait mouche à chaque fois. Il y a de plus, de ce côté-là, une belle diversité qui apparaît assez rafraîchissante. Ainsi, même si certains gags sont prévisibles, cela ne gâche en rien notre plaisir. On retiendra surtout la scène de vol au supermarché ou encore la tirade tyrannique d’Amanda (excellente Leïla Bekhti qui vous fera mourir de rire). Cela donne un très bon rythme au film et on ne s’ennuie jamais. La comédie, d’une durée de 2h02 tout de même, passe du coup à vitesse grand V. On ne peut pas en dire autant de la réalisation de Gilles Lellouche qui est en dents de scie. Si Le Grand Bain bénéficie d’une belle photo et plus généralement d’une belle esthétique, la réalisation de Lellouche est moyenne, malgré quelques sursauts, surtout dans le final de son film.

Côté casting, Mathieu Amalric est parfait dans le rôle de Bertrand, le chômeur dépressif. Guillaume Canet (Mon Garçon) fait le job et s’avère aussi drôle qu’émouvant. Benoît Poelvoorde est toujours présent pour nous faire rire. Quant à Jean-Hugues Anglade, dont la coupe de cheveux semble ici tirée de la compil des chanteurs inconnus de Kad et Olivier, il est véritablement excellent. On le voit trop peu au cinéma et c’est bien dommage ! Philippe Katerine est génial, tantôt touchant ou hilarant grâce à un personnage décalé qui lui sied à la perfection. Sûrement la plus grosse surprise du film. Cette fine équipe est complétée par Virginie Efira, qui nous offre une belle prestation et Marina Foïs, toujours aussi bonne dans le registre comique. Au final, Le Grand Bain est une comédie qui fait mouche malgré quelques défauts. Tantôt touchante, tantôt hilarante. Servi par un casting 5 étoiles, Gilles Lellouche nous offre l’une des comédie françaises de l’année.

7/10

Une réaction

  1. J’ai très envie de le voir pour le casting, quelle brochette. Mais justement autant de si grands acteurs,c’est prendre un risque de manquer qq chose dans l’exploitation de leurs personnages, ce que tu sembles confirmer dans ton avis. Mais j’irai le voir !

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *