[Preview] K-Day 2019 : Judgment

Caractéristiques

    • PlayStation 4
  • Développeur : Ryû ga Gotaku Studio
  • Editeur : Sega
  • Date de sortie : Été 2019

Kamurocho, douce terre d’éternel retourimage preview judgment

 

Voilà quelques jours, nous nous sommes rendus au K-Day 2019. Un événement organisé par Koch Media France, l’un des acteurs les plus précieux de l’industrie vidéoludique. Sans eux, notre beau pays n’aurait pu découvrir bien des perles du jeu vidéo japonais. Si Danganronpa, Yakuza, Atelier, Disgaea, et bien d’autres, sont trouvables chez nos revendeurs, c’est grâce à eux. Du coup, on ne refuse jamais une occasion de découvrir de quoi leur futur est fait. Parmi les titres les plus désirés, Judgment fait figure de leader…

L’une de nos grosses attentes de 2019 nous dirige vers Ryû ga  Gotoku Studio, l’équipe responsable de la licence Yakuza. Pas des manches, donc. On ne va pas vous le cacher : on est tellement en attente du résultat final que votre dévoué serviteur s’est très peu informé sur les tenants et aboutissants du scénario, des personnage, et de la cohérence avec la licence précédemment citée. Tout ce qu’on savait, et c’est déjà trop, se résume au fait que Judgment opère un retour vers le quartier de Kamurocho. Ce qui nous fait penser, avec nostalgie, à notre bon vieux Kazuma Kiryu. Ce dernier ayant pris une retraite mérité, il fallait réinventer plusieurs points : le héros, l’univers autour d’un lieu sur-employé, et les mécaniques.

Un changement de paradigme ?

Bien entendu, ce n’est pas ce court essai qui va nous apporter toutes les réponses à nos (nombreuses) questions. En tout cas, Judgment est bien parti pour former un passage de relai d’une belle qualité. Notre avatar, Takayuki Yagami, un avocat en mauvaise posture puisque radié du barreau après avoir fait libéré un homme finalement coupable de meurtre, doit se remettre en selle. Pour ce faire, il ouvre une agence de détective privé, et c’est sur ce principe que le jeu se construit. Ainsi, il va falloir enquêter, là ou Yakuza nous proposait surtout de rentrer dans le lard. Cela fait toute la différence : il est désormais nécessaire de prendre le temps de la décision, d’essayer d’agir dans la légalité. On doit composer avec des situations qui prend une sorte de contrepied des attentes. Ainsi, la promesse d’un changement fondamental est tenue, espérons simplement que les investigations gagnent en relief, par la suite.

Judgment reprend à son compte quelques points forts de la licence Yakuza. Qui a parcouru les derniers opus de cette licence retrouvera des combats pêchus, avec ce qu’il faut d’effets visuels et d’impacts improbables. Aussi, la partie farfouille du quartier sera assez importante, même si nos vingt minutes de jeu, qui couvraient le début de l’aventure, ne nous ont pas permis d’approfondir ce pilier plus que de raison. Par contre, on se doit de souligner ce qui fut la grande surprise de ce K-Day : la traduction des textes en français. Et ça, c’est du domaine de l’orgasmique !

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *