article coup de coeur

[Sorties] Panik Room : Entre l’escape game horreur et la maison hantée à Paris

Un nouvel escape game qui fait peur

image panik room paris live escape game horreur maison hantée
La Panik Room a ouvert début juin à Paris 1er, près du Louvre et de Châtelet. © Panik Room

Avis à tous les fans de fantastique et de frissons ! Un nouvel escape game horreur a ouvert ses portes à Paris, à quelques minutes à pied de Châtelet : la Panik Room.

Tenu par deux passionnés de cinéma horrifique, ce nouveau lieu est également une maison hantée à Paris, chose suffisamment rare pour être mentionné puisque jusque-là, ce terrain était exclusivement occupé par Le Manoir de Paris, dans le 10e arrondissement.

Ici, pas de spectacle à proprement parler, mais une véritable immersion au sein d’une histoire que n’aurait pas reniée le cinéma horrifique espagnol (Les autres, L’orphelinat) ou asiatique (Ring, 2 soeurs) et une énigme à résoudre : qui est le fantôme ? Que veut-il ? Le tout avec un élément de taille : pour pouvoir démêler les fils de l’intrigue, il faudra que chaque membre du groupe pénètre à tour de rôle dans la maison… à l’aveugle !

Culturellement Vôtre a testé le concept et vous fait part de son expérience…

Une histoire horrifique où l’on joue les chasseurs de fantômes

image salon tableau commode panik room paris
Le décor de la maison hantée reprend l’ambiance d’une demeure victorienne. © Panik Room

C’est par un bel après-midi de début juin que nous pénétrons pour la première fois dans la Panik Room, 38 rue Croix des Petits Champs, à proximité de l’arrêt Palais Royal-Musée du Louvre (ligne 1) et la rue des Petits Champs en plein cœur du quartier japonais, du côté de Pyramides.

Notre groupe est constitué de 6 personnes (il faut être au minimum 3 pour jouer), certaines ayant déjà participé à des escape games, les autres étant plutôt novices en la matière. Un point commun cependant : nous apprécions tous les films d’horreur, et avons une connaissance au moins minime des jeux vidéo RPG de type Heavy Rain, le classique de Quantic Dream.

Pourquoi les jeux vidéo ? Nous y viendrons un peu plus tard…

Quoi qu’il en soit, nous sommes venus pour résoudre une énigme à Paris, au sein de la maison des Delveaux plus précisément, cette famille qui a disparu sans laisser de traces après le mystérieux accident dont a été victime l’une de leurs deux filles, Moïra, atteinte de la maladie des os de verre.

Lors du traditionnel brief avant le début du jeu, on nous explique que les ouvriers qui travaillent sur un chantier dans l’immeuble ont abandonné leur poste après avoir été témoins d’apparitions surnaturelles. Nous avons donc été dépêchés en tant que chasseurs de fantômes afin d’exorciser les lieux !

Une maison fantôme à Paris doublée d’un escape game paranormal

image salon maison hantée paris 1 panik room
Les chasseurs de fantômes descendent à l’aveugle, équipés d’un casque avec une caméra. © Panik Room

Le concept du jeu est simple mais drôlement efficace : à tour de rôle, chaque membre de l’équipe pénétrera dans ce manoir hanté parisien pour y récupérer un artefact, un objet ayant jadis appartenu à la famille, et qui le mènera à l’indice suivant. La particularité étant que le chasseur de fantômes est muni d’un casque étanche qui lui bouche complètement la vue ! Pour se repérer, il devra se fier à son équipe réunie au sein de la Panik Room, qui le guide grâce aux images filmées par la caméra de son casque au moyen d’un talkie walkie.

Cependant, il ne pourra communiquer en retour avec eux que par des signes devant la caméra, puisque le reste de l’équipe ne peut pas l’entendre. Ainsi, dans le noir, personne ne vous entend crier !

Il vous faudra bien entendu arriver à récupérer chaque objet en évitant le(s) fantôme(s) de la maison, qui peuvent venir vous frôler à tout moment. Le sang-froid, du côté des chasseurs comme de celui des guides, sera alors essentiel pour mener à bien votre mission !

Enfin un escape game accessible près du Louvre !

Ce qu’il peut y avoir de frustrant avec les live escape game (à Paris comme ailleurs), c’est souvent le niveau de difficulté inhérent aux énigmes à résoudre. Il y a certes une part d’immersion, mais si l’on n’a pas l’habitude de décrypter des codes et autres colles à la logique particulière, les 1h peuvent passer très vite, avec un échec collectif au bout du compte.

Alors certes, plus on joue plus on apprend, mais avouons que payer 30€ par personne pour en fin de compte perdre peut laisser un goût d’inachevé.

Si vous faites partie de cette catégorie et appréciez également les jeux vidéo de Quantic Dream, qui vous proposent de vous immerger au sein d’une histoire que vous découvrez peu à peu, la Panik Room est faite pour vous !

En effet, ici, pas de code à décrypter, mais une énigme purement narrative à résoudre, comme si vous étiez le personnage d’un film !

Un concept rondement mené, pour une immersion totale

Avant le départ de chaque joueur vers les entrailles de la maison des Delveaux, une vidéo est révélée au groupe : les images montrent la mémoire des lieux, et permettent de lever le voile sur un bout du mystère, mais aussi de découvrir un objet à aller récupérer.

Une fois le chasseur de fantômes équipé, un membre de l’équipe, resté en haut, le guide. L’immersion est présente des deux côtés, à un niveau différent : côté chasseur, vous vous retrouvez privé de la vue, guidé par la voix de vos amis ou collègues, mais confrontés à des bruits étranges et inquiétants. On sent parfois quelque chose (un comédien, donc) qui nous frôle, une grille que l’on frappe, et bien d’autres choses que nous vous laissons le soin de découvrir.

Côté guide, vous découvrez les images de l’exploration façon found footage (Le projet Blair Witch, ça vous parle ?) : les lieux sont plongés dans le noir, éclairés par la lampe torche du chasseur. Du coup, l’équipe voit les fantômes, elle, et doit rester calme pour ne pas stresser son chasseur…

Il y a donc un véritable travail de communication et d’écoute à réaliser pour s’en sortir : il faut en effet arriver à guider la personne de manière simple et précise (va à gauche, tourne à droite, baisse la tête…), tandis que l’explorateur se concentre sur ces indications en essayant de ne pas se laisser distraire par ce qu’il se passe autour de lui, et qui peut être inquiétant.

La partie en elle-même (sans compter les brief et débrief) dure environ 1h30 et n’est pas chronométrée. Le but est véritablement de parvenir à ramener chaque artefact en évitant les fantômes.

La partie s’achève lorsque, après avoir résolu le mystère, on arrive à trouver la solution qui fera disparaître le fantôme. Pour cela, il faudra arriver à comprendre pourquoi il est encore là… La réussite tiendra alors à la bonne compréhension des différents éléments de l’histoire révélés tout au long du jeu – chose, là encore, à portée de main si l’on est suffisamment attentif.

Vous l’aurez compris, le concept de cet escape game près de l’Opéra de Paris nous a véritablement séduits, d’autant plus que le décor de maison victorienne à l’abandon a sacrément été peaufiné par l’équipe de la Panik Room : animaux empaillés, photos, mobilier… L’ambiance est là ! Cerise sur le gâteau : moyennant 10€, vous pouvez repartir avec la vidéo en vue subjective de votre passage dans la maison plongée dans le noir. Votre propre found footage, en quelque sorte !

Panik Room, 38 rue Croix des Petits Champs, 75001 Paris. Métro Palais Royal-Musée du Louvre (lignes 1 et 7) ou Châtelet, sortie 7 (lignes 1, 4, 7, 11, 14). Partie de 2h pour un groupe de 3 à 6 personnes. Tarif dégressif en fonction de la taille du groupe (promo jusqu’au 31 août 2019). Réservation en ligne.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *