[Critique] Yves : Une comédie décalée, loufoque et hilarante.

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Benoît Forgeard
  • Avec : William Lebghil, Doria Tillier, Philippe Katerine, Alka Balbir et Antoine Gouy
  • Distributeur : Le Pacte
  • Genre : Comédie
  • Nationalité : Français
  • Durée : 107 minutes
  • Date de sortie : 26 Juin 2019

Un film décalé qui va au bout de son sujet

Dans le paysage cinématographique français on peut dire que la comédie est ce qu’il y a de plus présent, avec des longs-métrages qui se ressemblent souvent les uns avec les autres. Alors, quand un film comme Yves, le nouveau long-métrage de Benoît Forgeard (Gaz de France, Réussir sa vie), arrive en salles, on sent comme un bol d’air frais.

Le film raconte l’histoire de Jérem, un petit rappeur qui a raté sa vie. Il fait la rencontre de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool, qui le persuade de prendre à l’essai Yves, un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie. Petit à petit, le frigo va gagner l’amitié de Jérem, jusqu’à faire de lui une star en devenant son ghost writer. Tout un programme donc !

Dire que le film est décalé ou loufoque serait un euphémisme et pourtant, le sujet abordé est des plus pertinents. Le personnage de Yves, un frigo donc, est comme un assistant pour Jérem. Lui conseillant ce qu’il doit manger, lui commandant ses courses, lui rappellant ses rendez-vous. Mais la relation entre l’homme et le réfrigérateur va faire en sorte que la machine évolue et devienne une intelligence artificielle, voire une personne à part entière.

Et c’est là que le sujet devient intéressant et pose des questions essentielles. Certes déjà abordées dans d’autres films ou séries, mais là on parle tout de même d’un frigo ! Qu’est ce qui différencie l’homme de la machine ? Quand devons-nous définir une machine comme une personne? Alors oui, ici c’est fait de façon décalée et amusante, mais le sujet est quand même bien traité.

Il faut dire que les séquences loufoques s’enchaînent à bon rythme jusqu’à un final logique et hilarant. Le scénario de Benoît Forgeard et Alain Layrac va au bout de ce qu’il a lancé et c’est vraiment plaisant. Autre bon point, les personnages sont extrêmement bien traités. Ils évoluent en fonction de leurs relations et des aventures qui se déroulent, aussi folles soient-elles. D’ailleurs, on ne dira rien de ce qui se passe dans le film à part le postulat de base tellement les choses vont loin, mais vous pouvez vous attendre à tout.

Des acteurs convaincants

image william lebghil yves

Pour qu’un film soit réussi, il faut aussi que le reste suive. La réalisation de Benoît Forgeard est classique, sans fioritures, mais il manque un petit quelque chose dans la mise en scène qui en aurait fait un meilleur long-métrage. Surtout dans certains gags visuels qui sont techniquement limités. C’est sûrement là le seul reproche que nous ferons. Le réalisateur se permet tout de même quelques références (visuelles ou auditives) bien placées du chef d’oeuvre qu’est 2001: L’Odyssée de l’Espace !

La photo de Thomas Favel s’avère elle plutôt réussie, entre lumière réaliste et artificielle quand il le faut. Autre bonne idée du film : le mélange de styles musicaux. Entre le style classique de la composition de Bertrand Burgalat et les chansons raps composées par Mim & Tortoz, on aurait pu croire que cela ne passerait pas, et pourtant cela fonctionne vraiment bien et l’on passe de l’un à l’autre assez aisément, les deux apportant chacun musicalement au film.

Côté acteurs, William Lebghil est très bon et amusant en rappeur loser. Son personnage évolue tout au long du film et on s’attache à son personnage. Doria Tillier est excellente. L’alchimie avec Lebghil fonctionne bien. C’est simple : elle rayonne dans chaque scène et se révèle très drôle. Philippe Katerine (Le Grand Bain) est égal à lui même, c’est à dire hilarant. Toujours loufoque, le film lui convient donc parfaitement. Alka Balbir est amusante. Elle apparaît peu, mais dans chaque scène elle trouve un petit truc pour qu’on la remarque et le duo qu’elle forme avec Katerine est irrésistible. Enfin, il faut souligner la prestation vocale d’Antoine Gouy qui donne parfaitement vie à Yves. Juste dans sa voix, on peut ressentir les émotions du frigo.

Yves est donc une très bonne comédie décalée, loufoque, amusante, qui va au bout de son sujet, jusqu’à un final hilarant. Le film est un bol d’air frais comparé aux comédies françaises qui ont l’habitude de sortir en salles. Si vous voulez découvrir autre chose, alors ce long-métrage est fait pour vous.

8/10

Une réaction

  1. La bande annonce m’avait intriguée, contente de lire ta critique enthousiaste, j’irai sans doute jeudi.

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *