article coup de coeur

[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] 2001 : L’Odyssée de L’Espace – Warner Bros

Caractéristiques

  • Titre original : 2001: A Space Odyssey
  • Réalisateur(s) : Stanley Kubrick
  • Avec : Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester, Leonard Rossiter, Margaret Tyzack...
  • Editeur : Warner Bros France
  • Date de sortie Blu-Ray : 7 novembre 2018
  • Date de sortie originale en salles : 27 septembre 1968
  • Durée : 148 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image 4K : 5/5

2001 : L’Odyssée de L’Espace a été tourné en pellicule 65mm (Super Panavision 70) et fut projeté dans les cinéma avec le processus “Cinerama”. Pour le 50ème anniversaire de la sortie du film, Warner Bros n’a pas fait les choses à moitié. Les négatifs originaux ont été scannés en 8K ! Donc, le master utilisé pour ce Blu-ray 4K, au format respecté 2.20:1, est un master 8K downscallé en 4K encodé HEVC et Dolby Vision.

La restauration du film a été supervisée par Léon Vitali, un ancien assistant très proche du réalisateur. Attention, ce master est donc issu des négatif originaux, et non pas des versions 35 mm anamorphique qui ont été utilisées pour les anciennes éditions. Conséquence de tout ça : une très légère partie de l’image (à gauche et à droite) est manquante, mais c’est ici le format original que nous avons et donc les intentions visuelles du réalisateur.

Après toutes ces information nous pouvons commencer le test. Dire qu’il s’agit d’une redécouverte serait un euphémisme. La définition est exemplaire. Les défauts des autres masters (poussières, tâches, etc…) ont été supprimés. L’image est superbe. On sent clairement qu’un travail perfectionniste (comme l’était Kubrick) a été fait pour rendre justice au film. Les détails sur les visages, les costumes, décors ou maquettes sont impressionnants. Le résultat est tellement bluffant que nous avons de meilleurs détails sur les effets spéciaux révolutionnaires, pour l’époque, de Douglas Trumbull. Le tout avec une magnifique précision.

Le grain de la pellicule est évidemment présent (pas d’utilisation de DNR) mais cela reste vraiment très très léger. La profondeur de champ est elle aussi excellente. Concernant la colorimétrie, celle-ci a aussi été revue. Si vous avez les précédentes éditions, cela vous sautera aux yeux. Le nouvel étalonnage s’avère superbe, avec des couleurs plus chaudes sur les visages mais aussi, dans l’ensemble, plus modernes, sans que cela ne dénature l’oeuvre. Les couleurs sont donc saturées et magnifiques, surtout lors de la première partie du film, L’Aube de l’Humanité.

Les contrastes et les noirs ne sont pas en reste avec le Dolby Vision. Là encore, on va se répéter, c’est une redécouverte totale du film. Les scènes dans l’espace ou sur la Lune sont superbes. Le tout nous permet de découvrir de nouveaux détails. Nous avons ici un travail d’orfèvre que n’aurait pas renié Stanley Kubrick. Certainement le meilleur travail, à ce jour, de restauration d’un vieux film pour un Blu-ray 4K et donc un must have.

Son : 4,5/5

Côté son, Warner Bros (A Star is Born, Matrix), nous offre deux pistes VO en DTS-HD Master Audio 5.1. La première est une piste restaurée et remixée, alors que la seconde est tirée d’une bande son magnétique 6 pistes de 1968. Ces deux pistes présentent d’infimes différences qui ne seront entendues que par les perfectionnistes. Cela se ressent surtout sur les dialogues ou les effets, mais rien de bien perceptible si l’on n’y prête pas attention.

Pour le reste, les dialogues sont clairs, les effets et la musique passent bien par toutes les enceintes. Le caisson de basse est aussi bien utilisé. Le tout est puissant, précis, avec une bonne amplitude. Là où les pistes se démarquent, c’est surtout lors de l’utilisation des musiques classiques utilisées pour le film. Le film n’étant pas très bavard ou avare en effets sonores (excepté la respiration des astronautes), les musiques sont bien mises en avant à ce niveau. Que ce soit pour “Ainsi parlait Zarathoustra”, “Le Beau Danube bleu” ou encore “Lux Aeterna”, c’est un vrai plaisir auditif.

La piste française est elle en Dolby Digital 5.1, seul vrai point négatif de cette édition. Si le doublage français est clair, avec une bonne incorporation dans le mixages original et que la musique et les effets passent bien par tous les canaux, cela reste moins puissant et précis que ses consœurs anglaise en raison d’une trop grosse compression. D’ailleurs, le caisson de basse est presque éteint comparé aux pistes anglaises. Vu que le long-métrage n’est pas bavard, il vaut mieux se rabattre sur les pistes VO.

Bonus : 4/5

Aucun nouveau bonus pour cette édition, que des anciens déjà disponibles dans les éditions DVD (de 1999) et Blu-ray (de 2007).

  • Commentaire audio de Keir Dullea et Gary Lockwood (VO sans ST)
  • “Dans les coulisses d’un mythe” (43′)
  • “Sur les épaules de Kubrick : le leg de 2001” (21′)
  • “Vision d’un passé futur : la prophétie de 2001” (21′)
  • “2001, l’Odyssée de l’espace – Un aperçu dans les coulisses de l’avenir” (23′)
  • “Qu’y a-t-il au-delà ?” (20′)
  • “2001 : effets spéciaux et conception graphique” (9′)
  • “Regardez : Stanley Kubrick !” (3′)
  • Interview de Stanley Kubrick par Jeremy Bernstein en 1966 (audio – 76′ – VO sans ST)

image stanley kubrick 2001 l odyssée de l 'espace

Conditions du test

  • TV 4K UHD Sony Bravia KD49XF7077SAEP
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

A l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né.
En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du “Beau Danube Bleu”. A son bord, le Dr. Heywood Floyd enquête secrètement sur la découverte d’un monolithe noir qui émet d’étranges signaux vers Jupiter.
Dix-huit mois plus tard, les astronautes David Bowman et Frank Poole font route vers Jupiter à bord du Discovery. Les deux hommes vaquent sereinement à leurs tâches quotidiennes sous le contrôle de HAL 9000, un ordinateur exceptionnel doué d’intelligence et de parole. Cependant, HAL, sans doute plus humain que ses maîtres, commence à donner des signes d’inquiétude : à quoi rime cette mission et que risque-t-on de découvrir sur Jupiter ?

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *