[Test] FIA European Truck Racing Championship : bonne surprise

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PC
  • Développeur : N-1 Racing
  • Editeur : Bigben
  • Date de sortie : 18 juillet 2019
  • Acheter : Cliquez ici

La naissance d’un nouveau poids lourd de la course ?

image gameplay truck racing
La caméra en cabine est très crédible.

Réjouissons-nous, car l’époque est à l’originalité dans les jeux nous proposant de prendre les commandes d’un véhicule. Que ce soit pour de la course, ou afin de se confronter à des obstacles, les studios de développement sont actuellement pris d’envies innovantes, et les joueurs s’en trouvent être les premiers ravis. On pourra citer MudRunner, ou le futur Overpass, de quoi radicalement changer notre perception des engins à quatre roues (et plus). Le soft qui nous intéresse ici, FIA European Truck Racing Championship, développé par N-1 Racing et édité chez Bigben, s’inscrit dans cette mouvances de titres qui sortent de l’ordinaire. Car des courses de camions, ce n’est pas tous les jours qu’on en vit, manette en mains.

Oui, des courses de poids lourd. Rassurez-vous : sans les remorques, sinon cela deviendrait vite n’importe quoi. Car FIA European Truck Racing Championship, justement, ce n’est pas du délire qui tourne au grand foutoir. Le concept s’appuie sur des licences officielles. Oui, à côté des Formule 1 et rallyes, il existe des compétitions de camions. Ici, des cinq tonnes, tous issus de constructeurs aussi prestigieux que Mercedes-Benz ou Western Star. Les championnats vous mèneront à travers l’Europe, et déborderont aussi en Amérique du Sud, là encore avec des licences officielles. Si vous êtes au fait de ce sport mécanique très étonnant, vous pourrez donc vous y retrouver. Sachez aussi que les vrais pilotes sont au rendez-vous, avec une biographie en prime.

Le concept de FIA European Truck Racing Championship est donc clair : se tourner vers un résultat qui tire plus vers la simulation qu’en direction d’un rendu arcade. Pour souligner ce fait, le jeu vous impose de passer par la case des permis, comme au bon vieux temps de Gran Turismo. N’ayez crainte : les défis ne sont pas nombreux (une quinzaine), et surtout c’est une épreuve utile pour bien capter quelques subtilités. Car vous vous rendrez vite compte qu’être au volant d’un cinq tonnes, dont les mille chevaux rutilent, ce n’est pas tout à fait la même donne que commander une Mini. Première constatation : la gestion du freinage. N-1 Racing a eu l’intelligence de transcrire la température de la gomme, donc la nécessité de refroidir les pneus afin de préserver la qualité de la manœuvre. Cela se traduit par le largage d’eau, à gérer avec Rond, dès que votre indicateur de température indique que vous dépassez la limite. Mais attention, car trop la réguler pourra aussi vous jouer des tours, il faut continuellement veiller à rester entre deux cent cinquante et trois cents degrés, sinon on ressent des effets négatifs sur l’adhésion. En pratique, cela ajoute une bonne dimension de stress : on se prend à observer minutieusement chaque sortie de virage, ce qui ajoute une belle dose de stratégie. Et pour ceux qui ne voudrait pas se frotter à ce principe, il est possible de le désactiver, même si nous ne le recommandons pas.

Bien plus plaisant qu’espéré

image test truck racing
Attention à ne pas jouer des coudes avec les concurrents…

Comme nous l’écrivions plus haut, FIA European Truck Racing Championship tire vers la simulation, sans non plus rechercher un réalisme total. Ainsi, on a trouvé la conduite étonnamment agréable, avec une tendance au survirage, surtout quand on fait l’erreur d’appuyer trop vite sur le champignon après une courbure, même minime. Heureusement, aucun cas n’est réellement désespéré, et il sera possible de rétablir une allure correcte. Pour vous aider, on a évidemment droit à des indications au sol, dont le rendu classique assure une compréhension totale et immédiate. De quoi percevoir que non, on ne peut pas aborder une chicane n’importe comment. Ici, nous avons une retenue. N-1 Racing a pensé à un système de pénalité, mais il n’est pas abouti. Si vous coupez un virage, touchez un indicateur en bord de circuit, ou rentrez en collision avec un concurrent, des secondes vous seront ajoutées. Le problème, c’est qu’on est parfois victime d’agissements d’une intelligence artificielle pas très correcte. Elle est parfois agressive, ce qui est une bonne chose, seulement ces adversaires ne s’avèrent jamais pénalisés, ce qui fait naître un sentiment d’injustice parfois flagrant.

Quand au contenu, il est plutôt bon. FIA European Truck Racing Championship propose un gros morceau : le mode Carrière. Après avoir créé un pilote, en choisissant l’apparence du casque, le nom, le sexe, la nationalité, et non sans être passé par la case des permis (que l’on a traité plus haut), il faudra opter pour un modèle compétitif. L’officiel, l’ETRC, s’arrête sur huit circuits. Quand à celui créé par N-1 Racing, le World Series, il propose un total de quatorze courses. Pour s’y engager, quelle que soit la Carrière choisie, il est nécessaire d’être sous contrat avec une écurie. On débute avec des piges au week-end et, succès aidant, cela évolue en durée, mais aussi en objectifs à atteindre. Si le tout reste basique en terme de gestion de la team, on remarque tout de même que nos résultats ont un impact direct sur celle-ci, jusque dans le moral des coéquipiers. Du coup, la pression se fait sentir. Le déroulé d’une épreuve épouse celui de l’équivalent réel : essais libres, qualifications et course. Le soft vous permet de régler cette expérience à votre convenance, jusque dans le nombre de tours imposés. Et on vous conseille d’y faire attention, car s’embarquer dans une épreuve réaliste implique qu’elle dure une bonne demi-heure. À cela, on ajoute les habituels modes Contre-la-montre, Championnats personnalisés et des défis hebdomadaires. Le tout complété par du multijoueur local (youpi !) et en ligne, lequel galère un peu dans le matchmaking. Une durée de vie assez solide, donc.

La partie technique de FIA European Truck Racing Championship est plus qualitative que ce qu’on espérait, du moins sur PlayStation 4. Pas que ce soit le soft le plus beau qu’on ait jamais découvert, ni qu’il soit totalement satisfaisant visuellement, mais on n’a jamais été dérangé par le rendu. Les bords de circuits font vides, très clairement, mais les textures se révèlent plutôt riches. Les modèles 3D des camions s’avèrent bien détaillés. Certains angles de caméra restent très anecdotiques, mais on félicite la bonne approche de la vue cabine,. Même si la plus éloignée reste, à notre humble avis, la plus en capacité d’offrir une visibilité sans accrocs. Par contre, on regrette que les conditions climatiques n’aient aucune incidence sur la conduite. Enfin, les bruitages des engins sont convaincants, avec pas mal de détails qui nous parviennent. On conseille le jeu au casque, là encore le rendu surprend agréablement. La musique, elle, ne nous a pas marqué, contrairement au jeu.

Note : 14/20

Eh oui, FIA European Truck Racing Championship est une bonne surprise ! L’originalité du concept, des courses de camions, n’a pas fait perdre la boule à N-1 Racing : le studio est parvenu à un résultat agréable, avec un feeling de simulation, mais juste assez équilibré pour ne pas s’avérer lourdingue. La gestion de la température des freins, les réactions évidemment différentes qu’une voiture lambda, tout cela apporte une approche qu’on se plaît à maitriser. Si l’on regrette un système de pénalité qui apporte quelques injustices, le fun répond présent. Tout n’est pas parfait, mais voilà un titre dont la découverte est conseillée : on est sûrement là face à la naissance d’une licence d’intérêt.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *