article coup de coeur

[Test] Man Of Medan : Supermassive Games revient en forme

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Supermassive Games
  • Editeur : Bandai Namco Entertainment
  • Date de sortie : 30 août 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Si vous cherchez à vous faire flipper, voilà de quoi vous satisfaire

image test man of medan
La bande se détend avant que les éléments ne se déchainent…

 

Étant donné la nature narrative de The Dark Pictures : Man Of Medan, nous vous prévenons que ce test ne dévoile aucun élément important de l’intrigue.

Man Of Medan a tout du projet très ambitieux, peut-être trop pour un humble studio comme Supermassive Games. Cette phrase d’accroche, volontairement alarmiste, est couchée afin de bien rappeler à quel point ce titre, édité par Bandai Namco Entertainment, n’était pas une satisfaction évidente, avant que l’on pose les papattes dessus. Rappelons que, dans l’esprit, et on espère dans les faits, on est en présence du premier opus d’un projet ample, appelé The Dark Pictures. La volonté des développeurs étant de rassembler plusieurs histoires flippantes au sein d’une anthologie, un peu comme Les Contes de la Crypte ou La Quatrième Dimension. D’ailleurs, le second épisode, intitulé Little Hope, est déjà en route. Voilà qui n’est pas commun, mais fallait-il encore que le jeu d’ouverture soit encourageant. Et vous savez quoi ? C’est plutôt le cas.

The Dark Pictures : Man Of Medan s’inscrit dans le genre de l’aventure narrative. Bien entendu, ces deux mots vont vous faire penser de suite à d’autres titres, comme Detroit ou les softs de feu Telltale. Aussi, on se rappelle d’Until Dawn, sans aucun doute le meilleur jeu de Supermassive Games jusqu’ici, lui aussi très centré sur l’histoire, les choix, et bien entendu les conséquences. On reprend ce concept ici, mais dans un tout autre univers, et en se concentrant encore plus sur la narration. Le scénario nous projette dans un récit horrifique, habité principalement par cinq personnages, lesquels sont embarqués dans une aventure maritime pour le moins mouvementée et éprouvante. Vous imaginez bien que nous ne rentrerons pas dans les détails de l’intrigue, tant celle-ci représente le socle de l’expérience. Mais l’on peut tout de même s’appesantir sur la qualité d’écriture.

Supermassive Games nous avait régalé avec Until Dawn, un peu moins avec The Inpatient et Bravo Team, même si ces titres pouvaient compter sur quelques petites qualités. On se demandait, donc, si The Dark Pictures : Man Of Medan allait réellement tenir la route, surtout pour des amateurs de films d’horreur, dont nous sommes. Le résultat est positif, même si tout n’est pas forcément rose. En premier lieu, on retrouve cette envie de jouer avec les archétypes de personnages. On a parfois l’impression que les développeurs sont conscients d’actions prévisibles, et du coup celles-ci peuvent parfois accoucher de situations qui nous prennent à revers. Ainsi, les effets indissociables de l’épouvante fonctionnent bien, surtout une fois monté sur le bateau abandonné. Par contre, les puriste pourront pester contre l’utilisation des jump scares, assez fréquents et faciles dans leur construction. Mais les scénaristes sont-ils fautifs, alors que le public court se gaver de productions cinématographiques misant tout sur cet effet de style ?

Une réussite en solo, et encore plus en multi

image jeu man of medan
La seconde partie du jeu se fait très lugubre.

L’une des qualités les plus solides de The Dark Pictures : Man Of Medan, c’est incontestablement son univers. Avec ce premier opus, Supermassive Games introduit le Conservateur, non pas un narrateur mais le rapporteur de nos faits et gestes. Ce dernier intervient pendant nos pérégrinations horrifiques, dans une tonalité assez malicieuse, et nous propose quelques indices pour la suite du cheminement. Indices que l’on peut refuser, évidemment. Loin de hacher l’expérience, cela a tendance à briser le quatrième mur, en s’adressant directement au joueur. Par contre, le montage est parfois un peu hésitant, et l’on remarque quelques incohérences, voire des éléments à la limite de l’inconcevable. Par exemple, un de nos personnages est passé totalement inaperçu aux yeux de nos ravisseurs, alors même que notre embarcation initiale est très limitée en espace. Il se réveille comme si de rien était et rejoint ses compagnons presque comme une fleur. Un peu gros. Cela ne nous sort pas définitivement du trip, mais fait tout de même tâche. Surtout que le gros travail sur l’ambiance, ces longs couloirs qui affoleront les claustros, créé une crédibilité d’ensemble très agréable. On croit aux fantômes, et ce même si le doute nous habite sur la véracité de ce que les personnages croient voir.

Au-delà du scénario, The Dark Pictures : Man Of Medan peut compter sur un gameplay éprouvé, sans grande originalité pour ce qui est du solo mais très efficace. Bon, la démarche très lourde des personnages surprend dans les premières minutes, mais on la digère dès que le trip cinématographique est bien lancé. Les caméras fixes ne sont pas toujours des plus pertinentes pour la prise en mains, on sent une priorité au beau plan plutôt qu’à la lisibilité, un choix là encore courageux et pas déplaisant au final, cela ajoute pas mal de tension. Nous vous conseillons de bien farfouiller les décors, il s’y cache souvent des secrets, ainsi que des tableaux-indices pour la suite des événements. On a droit à des choix de répliques qui influeront directement le caractère du protagoniste, lequel est résumé dans un menu. Ce n’est pas gadget, car les actions disponibles changent en fonction de la construction du personnage, et parfois du tout au tout. Les QTE sont évidemment invités à la fête, ainsi que des phases de maitrise de notre respiration, en forme de jeu de rythme simplifié. Mais la grande star du titre, c’est le mode multijoueur en ligne (que l’on avait découvert lors de notre preview). C’est incroyablement bien fichu : on vit l’histoire constamment avec le doute, en vivant certes la même aventure mais en contrôlant des personnages différents. C’est une vraie prouesse, et l’on peut même affirmer qu’il s’agit carrément d’un second jeu, non pas dans le scénario mais son ressenti. On pourra aussi vivre le récit avec des amis, en local, et jusqu’à cinq joueurs. Ici, l’expérience reste plus conventionnelle, mais tout de même fun.

The Dark Pictures : Man Of Medan se termine en cinq heures mais, comme vous l’avez compris il y a cette expérience multijoueurs, il existe pas mal de secrets et une multitude de fins à découvrir. Une grosse rejouabilité donc, qui vous occupera bien plus de temps qu’espéré. Et signalons que le prix est bas : une vingtaine d’euros seulement. Il est temps d’aborder l’aspect technique, et là les choses se gâtent un peu. Le test a été effectué sur une PlayStation 4 standard, et dans l’ensemble c’est plutôt honnête mais imparfait. Au rang des regrets, les visages sont moins réussis que les attitudes corporelles. Le souci provient du regard, parfois un peu vide. Aussi, la finition n’est pas idéale, loin de là. On a des transitions brutales, qui parfois enchainent sur des plans manquants de cohérence. Par contre, la direction artistique figure parmi les belles qualités du jeu. C’est sublime et, là encore, on remarque des prises de risque étonnantes. Il faut vous prévenir : le rendu visuel s’avère très sombre, avec des sources de lumière sciemment faibles (ce qui nous a posé problème  pour les captures, soit écrit en passant). Les personnages évoluent comme des ombres, souvent en contre-jour, leurs silhouettes jouent un rôle central dans l’inquiétude ressentie. C’est du très bon boulot. Côté bande son, on est aussi surpris par le soin apporté au doublage français. Quelques répliques sont récitées avec trop de légèreté, mais dans l’ensemble on peut conseiller la VF, ce qui est très rare dans nos colonnes. Quant à la musique de Jason Graves, elle est à la hauteur de nos attentes. N’oublions pas qu’il s’agit du compositeur de Dead Space, donc les thèmes effrayants c’est son dada. Seule petite faute de goût, la chanson du générique de début, pas idéale pour rentrer dans l’ambiance.

Note : 16/20

The Dark Pictures : Man Of Medan inaugure un univers prometteur, avec une histoire à la fois effrayante et captivante. Supermassive Games retrouve la bonne forme, et ce fait accouche d’un titre conseillé pour les joueurs qui apprécient les films d’horreur, ainsi que les jeux narratifs riches en contenu. On regrette quelques incohérences, et une technique pas exempte de tous reproches, mais les multiples fins et la direction artistique au top rattrapent le coup. Voilà qui se révèle bien réjouissant !

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *