[Test] Farming Simulator 19 Platinum Edition : extension utile ?

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Giants Software
  • Editeur : Focus Home Interactive
  • Date de sortie : 22 octobre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Farming Simulator 19 revient avec quelques compléments

image gameplay farming simulator 19 platinum edition
Vous pourrez tout gérer, jusqu’aux trains de fret.

Paru en novembre 2018, Farming Simulator 19 a, au moment de sa sortie, un peu divisé les joueurs. Si les fans de la première heure, très nombreux, se sont en priorité réjouis du retour de leur licence chérie, d’autres ont aussi pointé un manque de nouveau contenu, mais aussi un moteur graphique qui confinait au désuet. Sur PC, ce dernier problème n’en est plus un : le soft, édité par Focus Home Interactive (VampyrGreedfall), a opéré un bond visuel assez impressionnant en quelques mois, notamment grâce à la scène du mod. Mais, pour ce test, c’est plus le côté mods qui saute aux yeux : la Platinum Edition muscle son jeu, et ce aussi sur PlayStation 4.

Revenons tout d’abord sur les bases posées par Farming Simulator 19. Celles-ci sont solides, et ce n’est pas un hasard  : la licence perdure depuis bien longtemps, 2008 pour être plus précis, et les différentes éditions ont apporté une masse notable de progrès. S’il est, cependant, un élément qui ne bouge pas, c’est l’absence d’un scénario. Certes, le fait que ce soit au joueur d’écrire sa propre histoire, d’atteindre les objectifs qu’il se fixe, est une ficelle qui fonctionne. Mais tout de même, on ne peut s’empêcher de nous demander si un peu de contexte, de caractérisation de l’avatar, n’ajouterait pas un peu d’attache à celui-ci.

Après avoir personnalisé votre fermier (qui peut aussi être une fermière), Farming Simulator 19 : Platinum Edition vous propose plusieurs modes : Nouveau fermier, Gérant de la ferme et Partir de zéro. Des contenus qui ont le mérite de la transparence des concepts : on comprend de suite où l’on va mettre les pieds. Si vous découvrez la licence à cette occasion, nous vous conseillons vivement d’opter pour Nouveau fermier, qui vous propose de commencer avec des infrastructures, comme des silos et une ferme. Par contre, si vous êtes en recherche de défi, alors là foncez vers Partir de zéro qui, comme son titre l’indique, vous lâche en pleine nature, avec la nécessité immédiate de faire rentrer de l’argent par le biais de petites missions. On apprécie le sentiment d’évolution et l’implication que cela implique. Au milieu, Gérant de la ferme fait office de situation idéale afin de tester la toute nouvelle construction des bâtiments. Car, contrairement aux anciennes éditions, il est possible de les placer, et cette responsabilité va vite s’avérer importante, tant la juste proximité des champs est un rouage essentiel à une chaine de production digne de ce nom.

Les mods au centre de cette nouvelle édition

image test farming simulator 19 platinum edition
Les commandes sont parfois compliquées à retenir.

Un didacticiel permet permettre aux nouveaux venus de mieux capter la complexité du soft. Car ne vous y trompez pas : Farming Simulator 19 : Platinum Edition ce n’est pas de la gnognotte pour casual gamers. Au contraire, vous allez vite vous rendre compte que le studio de développement, Giants Software, n’est pas du genre à y aller avec le dos de la cuillère sur le réalisme de fond. Ainsi, votre exploitation va prendre des airs de ruche, avec tout un tas de travaux aussi différents que fastidieux, et pourtant essentiels à la naissance de votre empire agricole. C’est une valse de tracteurs et de moissonneuses-batteuses, et le tout encadré par des marques officielles, comme John Deere, Challenger ou Valtra. C’est ici que la Platinum Edition apporte son grain à moudre, avec une nouvelle arrivée : le constructeur allemand CLAAS (qui a racheté Renault Agriculture en 2003, pour la petite histoire). Cela ajoute tout de même trente-cinq véhicules au casting, celui-ci en comportant désormais trois cent quatre vingt. Rien ne bouge pour les cultures, toujours au nombre de treize, dont le colza, le tournesol, la pomme de terre ou encore la canne à sucre. et l’on a toujours le choix entre deux cartes : l’américaine Ravenport, et l’allemande Fellsbrunn.

On retrouve toutes les spécificités de la licence, et cet esprit assez étonnant pour qui ne s’est jamais plongé dans l’une des itérations. Oui, Farming Simulator 19 : Platinum Edition peut parfois faire baliser, tant les possibilités sont énormes. Et les commandes, pour la plupart difficiles à mémoriser, ne font rien pour arranger l’affaire, du moins pas avant qu’elles ne soient digérées par l’habitude. Passer d’un travailleur à l’autre, se retrouver aux commandes d’un train de fret, utiliser de l’engrais, tout cela vous demandera de l’application et, surtout, s’avère utile. Par contre, il est indéniable qu’on s’attendait à un peu plus de nouveautés, surtout du côté des graines. Cette version se vit plutôt comme un DLC, d’ailleurs les joueurs qui disposent du simple Farming Simulator 19 peuvent télécharger la Platinum Extension, et profiter du même contenu. Par contre, les mods sont au rendez-vous, et sachez que la communauté s’avère particulièrement vivace. C’est bien simple, c’est ce qui fait que nous conseillons tout de même cette édition. Côté durée de vie, le travail qui vous attend reste, de toute manière, éminemment costaud. D’autant plus si vous vous lancez dans une partie à plusieurs joueurs. Si vous accrochez au concept, cela se comptera en centaines d’heures…

On aurait apprécié que Farming Simulator 19 : Platinum Edition soit l’occasion de revoir la technique de fond en comble. Malheureusement, il n’en est rien. Mais soyons tout de même justes : les jeux de lumière restent plus plaisants que l’édition 2017, et les textures gagnent aussi à la comparaison. Par contre, le moteur physique reste improbable, avec des réactions qui donneront de bien belles vidéos sur Youtube, à n’en pas douter. Les collisions sont du même acabit, ce qui vient prendre le contrepied du réalisme de fond que l’on décrivait plus haut : la forme fait plus jeu vidéo. Et la fluidité se révèle parfois mise à mal. Côté musique, c’est la livraison minimum. En phases de jeu, Giants Software a fait le choix de mettre en avant les bruitages, et c’est une excellente chose car ceux-ci s’avèrent aussi précis que les modèles 3D des différents véhicules.

Note : 14/20

Farming Simulator 19 : Platinum Edition vaut surtout pour l’ajout des mods sur consoles. L’arrivée de la marque CLAAS, si elle contentera les puristes, n’est pas du genre à pouvoir supporter seule l’intérêt de cette extension. Mais tout de même, le jeu d’origine reste le gros morceau qu’il était il y a un an, avec sa durée de vie sidérante. Bien entendu, il faudra digérer une technique assez pauvre, surtout en terme de fluidité et de réactions physiques des véhicules. Mais bon, cela fait presque parti du trip, dorénavant…

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *