[Critique] Queen & Slim : l’amour en cavale

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Melina Matsoukas
  • Avec : Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine, Chloë Sevigny, Flea...
  • Distributeur : Universal Pictures France
  • Genre : Thriller, Drame
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 132 minutes
  • Date de sortie : 12 février 2020

Une cavale…

Premier long-métrage de Melina Matsoukas, qui a réalisé des clips vidéos pour Beyoncé ou encore Rihanna, Queen & Slim est thriller dramatique qui se déroule lors d’un ordinaire rendez-vous amoureux dans l’Ohio. Un homme et une femme afro-américains sont arrêtés pour une infraction mineure de circulation. La situation dégénère, entraînant des conséquences soudaines et tragiques quand l’homme tue un policier pour se défendre. Terrifiés et leurs vies désormais en danger, l’homme, un employé de magasin, et la femme, avocate de la défense criminelle, se voient obligés de fuir. Mais l’incident a été filmé et la vidéo se propage…

Le scénario de Lena Waithe et James Frey est assez brillant. Il y a deux choses à développer ici. Tout d’abord, la relation entre les deux personnages principaux : ils ne se connaissent pas, ils sont différents mais vont devoir apprendre à se faire confiance pour survivre. Le long-métrage prend son temps pour développer la relation des deux personnages principaux et grand bien lui en prend. On découvre le passé de chacun des deux au fur à mesure que l’autre le découvre. Une très bonne idée, car on s’attache ainsi à eux et leur sort nous importe.

Ensuite, il y a bien évidemment un état des lieux de la situation des afro-américains aux Etats-Unis. Le long-métrage The Hate U Give l’avait fait de façon assez intelligente en 2019 et c’est également le cas ici. Les conséquences de l’acte, qui a été filmé et diffusé, se feront sentir tout au long de leur périple. Autant certains afro-américains les voient en héros, autant d’autres se montrent plus réticents, car il savent quelles peuvent être les conséquences sur leur population. Au travers de différents points de vues, on observe une véritable division. Il faut aussi noter que les blancs ne sont pas tous montrés comme des ennemis et heureusement. Une scène dans laquelle un couple les aide est le bienvenu pour montrer que le problème aux USA est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Une intelligence d’écriture bienvenue.

Un constat

image daniel kaluuya queen and slim

Côté réalisation, Melina Matsoukas s’en sort vraiment bien pour ce premier long-métrage. Elle reste près de ses personnages tout au long du film et mise beaucoup sur l’interprétation de ses acteurs, qu’elle dirige parfaitement. Côté technique, elle s’appuie sur la photo réaliste de Tat Radcliffe (Undercover – Une Histoire Vraie) qui participe au fait que nous croyons à cette histoire. La musique, vraiment très peu présente, de Dévonté Hynes s’avère excellente et sert le propos. Ce sont plus des chansons qui émaillent le long-métrage. Que ce soit du rap, du R’N’B ou encore du jazz, chaque chanson apporte un plus et s’avèrt pertinente dans son utilisation. Seul regret, un montage qui manque de rythme par moments, surtout en milieu de métrage, où l’on regrettera quelques longueurs. Les 2h17 passent tout de même assez bien, mais c’est à signaler.

Côté casting, il n’y a vraiment rien à redire : Daniel Kaluuya (Les Veuves, Get Out, Black Panther) et Jodie Turner-Smith, dont c’est ici le premier rôle, sont parfaits. Le premier apporte une sensibilité bienvenue à son personnage tandis que la seconde offre une belle performance, mais c’est surtout l’alchimie entre les deux acteurs qui fait mouche. On croit à leur relation qui évolue sous nos yeux. Le casting est complété par les bonnes interprétations de Bokeem Woodbine, Chloë Sevigny, mais on retiendra surtout celle de Flea (Boy Erased) que l’ont voit trop peu sur nos écrans. Au final, Queen & Slim est un très bon long-métrage. Bien réalisé et bien interprété, il dresse un constat sur la situation des afro-américains aux USA tout montrant la complexité de celle-ci avec une certaine intelligence.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *