[Critique] Tenet : Tempore Mutationem

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Christopher Nolan
  • Avec : John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Dimple Kapadia, Aaron Taylor-Johnson, Michael Caine et Kenneth Branagh
  • Distributeur : Warner Bros France
  • Genre : Action, Thriller, Espionnage, Science-Fiction
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 150 minutes
  • Date de sortie : 26 Août 2020

Tempus Fugit

Nouveau long métrage de Christopher Nolan (la trilogie The Dark Knight, Inception, Interstellar, Dunkerque), Tenet est un film mélangeant le thriller d’espionnage et la science fiction. À l’heure où le spectateur est en manque de gros blockbusters, hormis Greenland – Le Dernier Refuge, Tenet est vu comme le Messie qui sauvera les salles de cinéma. Est-ce le cas ? Côté histoire, notre Protagoniste, muni d’un seul mot – Tenet – et décidé à se battre pour sauver le monde, sillonne l’univers crépusculaire de l’espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse la notion de temporalité. Pourtant, il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps, mais d’un renversement temporel… Alors que vaut le film ?

Christopher Nolan nous offre un scénario intelligent qui, nous le craignons, perdra le spectateur si celui-ci essaye de tout comprendre dés le premier visionnage. Évidemment, le gros de l’histoire est parfaitement compréhensible. Le principe de renversement temporel et les enjeux de Tenet étant expliqués lors d’une seule et même scène. Mais certaines explications, qui arrivent au fur et à mesure de l’avancée scénaristique, pourront perdre les spectateurs. Il faut dire que le système de narration est aussi inversé. Nous n’apprenons pas beaucoup de choses sur le Protagoniste lors du film. Il faudra attendre les derniers instant du film pour comprendre les relations entre certains personnages. Il en est de même pour l’introduction du personnage de Neil, qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Paradoxalement, le lien qui unit ces deux personnages principaux est le moteur du film, et se révèle très bien approfondi et exploité.

Tenet surprendra, déroutera, il faudra au moins deux visionnages pour tout comprendre parfaitement. Et, paradoxalement, la saveur du film se veut des plus classiques : on voit venir certains rebondissements. Est-ce que cela est gênant ? Non, car le scénario en garde toujours sous le coude. Le mélange entre thriller d’espionnage et de science-fiction est parfaitement maîtrisé. On sent clairement que le scénariste/réalisateur pourrait/voudrait réaliser un film James Bond. Le seul reproche que l’on pourrait émettre sur le scénario est que Nolan, comme pour tout ses films, manque d’empathie envers ses personnages. On ne ressent rien pour eux, même quand ils sont en danger. Et c’est bien dommage. Au final, nous avons un scénario intelligent, qui ne prend pas le spectateur pour un idiot mais qui retournera le cerveau de plus d’un. Il faudra plusieurs visionnages pour pouvoir tout analyser.

Tunc Reversed
image john david washington tenet

Côté réalisation, Nolan offre toute sa maitrise technique pour ce film et il y a du progrès par rapport à ses précédentes réalisations. Cela ce voit surtout sur les scènes d’action qui sont mieux chorégraphiées et filmées que, par exemple, dans la trilogie Batman. Ainsi, Tenet est visuellement très abouti. Les scènes inversées  sont un régal pour la rétine. Pour certaines séquences, on les redécouvre plus tard dans le film grâce au renversement temporel, par le biais d’un changement de point de vue. Et c’est là aussi maîtrisé. On reconnait aussi la maestria de Nolan dans le final épique du long métrage, représentant l’aboutissement du principe du film. Enfin, les scènes en IMAX, format qu’adore le réalisateur, se révèlent vraiment visuellement impressionnantes. On vous conseille fortement de voir le film dans ce format si vous le pouvez. Côté technique, il faut reconnaître aussi le travail de montage de Jennifer Lame. Son travail a du être bien compliqué et elle arrive a garder un bon rythme durant les deux heures et trente minutes de durée. Il n’y a pas de temps mort. La composition musicale de Ludwig Göransson (Creed II, Venom) est fortement inspiré de la musique de Hans Zimmer (habituel compositeur de Nolan) et cela se voit un peu trop. Celle-ci est tout de même convaincante même si elle marquera moins que celle de son illustre aîné. Enfin, les effets spéciaux restent de qualité, et permettent une bonne immersion dans le film.

Concernant les acteurs, John David Washington (BlacKkKlansman) s’en tire vraiment bien. Il tient parfaitement le film sur ses épaules. Robert Pattinson est aussi très bon dans le second rôle principal, Neil. Si son image d’acteur de Twilight lui colle encore pour le grand publique, ce film changera surement les choses. Une des choses qui fonctionne parfaitement est la relation entre les personnages de Washington et Pattinson, et c’est bien grâce à l’alchimie entre les deux acteurs. Elizabeth Debicki (Les Veuves) est aussi convaincante dans le rôle de Kat. Elle est l’apport émotionnel du film, et elle s’en tire avec les honneurs. Et on comprend parfaitement ses motivations. Aaron Taylor-Johnson est méconnaissable, physiquement parlant, dans le rôle de Ives, et on le retrouve avec plaisir car il forme un trio convaincant dans le final du film avec les deux rôles pricipaux. Enfin, Kenneth Branagh (Le crime de l’Orient-Express) est irrésistible et crédible en méchant avec l’accent Russe.

Tenet est un film divertissant, intelligent, captivant et impressionnant, autant narrativement que visuellement. Pas sans défauts, surtout du côté d’émotions qui ont du mal à exister. Il faudra revoir le film pour mieux l’analyser mais, c’est surement ce que Christopher Nolan a fait de mieux.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *