article coup de coeur

[Test] Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered : retour gagnant

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Nintendo Switch
    • iOS
    • Android
  • Développeur : Square Enix
  • Editeur : Square Enix
  • Date de sortie : 27 août 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition atteint ses objectifs

image square enix final fantasy crystal chronicles
Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition reste tout à fait charmant.

On va ouvrir cet article sur une affirmation qui posera sa tonalité : la sortie de Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition est un événement important pour tout fan de la licence. Les raisons sont multiples, mais il faut d’abord rappeler à quel point cet opus est à part. Déjà, vous l’aurez remarqué, il s’agit d’un spin off, d’un épisode non-numéroté, ce qui lui donne une aura toute particulière. Celle-ci est aussi due au contexte de sa sortie, en 2003, sur GameCube. Si vous étiez en âge de tenir une manette, vous vous souvenez qu’il s’agissait du grand retour de la licence chez Nintendo, après le divorce déclaré à l’époque de Final Fantasy 7. Enfin, on faisait aussi face à la première incursion de la série phare de Square Enix dans le multijoueur, ce qui a fait grincer quelques dents à cause d’une ergonomie peu évidente. Depuis, le jeu a gagné une réputation de mal-aimé à réhabiliter. En ce sens, cette Remastered Edition se fait tout à fait justifiée.

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition est de ces remasters qui ajoutent du contenu, tout en gardant intacte la substantifique moelle. Il faut donc comprendre par là que Square Enix a décidé de sauvegarder le scénario et le gameplay. L’histoire ne bouge pas d’un iota, et c’est l’un des petits accrocs que l’on a pu ressentir. Pas qu’elle soit devenue inepte aujourd’hui, loin s’en faut, mais elle peut surprendre par sa relative légèreté, surtout dans une licence qui n’a cessé de donner de l’importance aux conflits de grande ampleur. Ici, il est question d’incarner un personnage que l’on aura construit, en choisissant le sexe, l’une des quatre races, et le métier des parents (qui a une incidence sur des cadeaux reçus à certaines occasions, nous vous conseillons d’opter pour la forge). Après cela, on découvre un univers pourtant assez solide dans son background, avec sa dose d’âge d’or perdu, de météorite qui bouleverse l’ordre établi, et de menace globale représentée par le miasme. Tout cela aurait peut-être dû faire preuve de plus d’attention dans le jeu d’origine, en tout cas on a l’impression, globalement, de passer à côté d’un vrai potentiel. Signalons que les sous-titres sont disponibles dans un français tout à fait soigné.

Revenons un peu sur la création du personnage, et surtout sur les quatre races. Le choix n’est pas à faire à la légère, chacune a sa propre spécificité, son point fort : les Yukes excellent en magie, les Clavats sont nickels en défense, les Selkies sont idéaux pour ceux qui recherchent de l’équilibre, et les Lilties sont de redoutables attaquants. Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition va vous demander, notamment, de trouver votre place dans une équipe en coopération, dans le volet multi. On vous conseille donc de tester le caractère qui vous va le mieux. D’ailleurs, le soft vous propose de créer plusieurs personnages pour un meilleur confort. Comme il va falloir souvent s’adapter à ce que votre groupe propose en terme de forces en présence, on conseille d’avoir au moins quatre builds de même niveau, surtout pour tout l’exigeant contenu endgame. Le sexe, lui, n’a aucune incidence ni sur les statistiques de départ, ni sur la courbe de progression de l’avatar.

Une structure originale intouchée, et de bonnes nouveautés

image boss final fantasy crystal chronicles remastered edition
Les boss s’avèrent toujours aussi impressionnants.

Le gameplay de Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition reste toujours aussi malin. Après être passé par la case tutoriel (ce n’est pas une mauvaise chose, on vous y explique pas mal de subtilités et cette phase se fait relativement courte), on fait face à un système résolument axé sur l’action. La carte nous sert à rejoindre des points d’intérêt, que ce soit des villages (assez peu nombreux) ou des niveaux dédiés au combat. Dans ceux-ci, on se défend en direct, ce qui donne évidemment une saveur Action-RPG à l’ensemble. On frappe les adversaires au corps-à-corps, et l’on peut aussi utiliser des sorts à distance, tout en faisant attention aux faiblesses élémentaires de l’ennemi. Jusqu’ici c’est très classique, mais les originalités, même pour aujourd’hui, ne tardent pas à pointer le bout de leur nez. Tout d’abord, sachez que les magies ne sont pas apprises indéfiniment : on les perd à chaque début de niveau, et l’on doit en trouver de différentes manières (loot, coffres). Le miasme, principale menace qui retiendra votre attention, peut être repoussé par le calice, qu’il vous faut donc déplacer soit en équipe quand on joue à plusieurs, soit en demandant au Mog de s’acquitter de la tâche, d’ailleurs avec assez de précision dans nos ordres pour que ce ne soit pas handicapant.

La nécessité de porter le calice représente, à nos yeux, l’une des idées majeures de Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition. Bien entendu, cela se comprend mieux en multi qu’en solo où, finalement, la décision de voir un joueur se sacrifier disparait. Car voilà le dilemme : il faudra que l’un d’entre vous se concentre sur cette tâche, et ce jusqu’au combat de boss. Du coup, les situations qui exigent telle ou telle spécialité (magie, défense etc) vont vous forcer à prendre en compte l’élément stratégique, et cela ajoute pas mal de piment à la recette. Une autre excellente idée est le système de fusion de magies. Si la chose devient, là encore, un peu superficielle en solo, c’est avec d’autres joueurs (et un Discord ouvert, voire une party sur PlayStation 4) qu’on en comprend toute la subtilité. En lançant différents sorts de manière calculée, donc en faisant attention au timing, il est possible d’obtenir une magie beaucoup plus puissante. Il faudra donc passer du temps à expérimenter (le solo peut vraiment aider en ce sens), et la nécessité de se coordonner se fait primordiale. Surtout, cette version Remastered ajoute l’Horloge magique, qui fluidifie grandement la synchronisation, mais aussi distille des effets originaux selon l’heure du lancer.

On apprécie aussi grandement la courbe de progression de l’avatar, même si Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition peut réellement décontenancer à ce niveau. Non, vous ne rêvez pas, il n’est pas question d’engranger de l’expérience par le biais des combats. L’amélioration de votre personnage se base non seulement sur ses armes et armures, mais aussi par l’acquisition d’artefacts, qui apportent des bonus temporaires. Vous remarquerez qu’il est beaucoup question de profiter d’éléments sur la seule durée du donjon, et c’est sans doute le trait de caractère principal de cet opus : il demande de se remettre en question à chaque partie. Fait souligner par le découpage en année : quand on récupère de la myrrhe, on revient au bercail et l’on repart un an plus tard (dans le jeu, évidemment). C’est alors l’occasion de se rendre compte que la carte a changé, avec des chemins modifiés et des ennemis plus costauds. Cela apporte un constant renouvellement, et c’est bien agréable.

Agréable aussi bien techniquement que dans l’ergonomie

image test final fantasy crystal chronicles remastered edition
Le système de magie est revu et corrigé pour la coop online.

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition n’est pas du genre à se laisser aller à la fainéantise. Si cette sortie reste fidèle au jeu d’origine, elle ose tout de même ajouter un grand nombre de contenus. Et vous savez à quel point ce genre d’attention est rare. Tout d’abord, il y a l’inévitable : l’ergonomie a nécessairement été repensée puisque, bien évidemment, l’on ne joue plus en branchant une Game Boy Advance à la console. Les menus se font beaucoup plus lisibles et logiques, et surtout on applaudi l’apparition constante de la mini-carte sur l’ATH. On a donc aussi la refonte des sorts combinés avec l’horloge, là aussi une vraie avancée, et se fait logique avec la coop online, puisqu’il faudra se concerter au micro pour réussir l’action. Seul petit bémol du côté du pur gameplay, on aurait aimé des objectifs secrets bien renouvelés, agrémentés de nouveautés. Chaque joueur devra atteindre un but que lui seul connait, sorte de quête annexe qui ne dit pas son nom. C’est intéressant, mais on tourne un peu en rond.

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition se joue en solo comme avant, mais le multi coop s’est, lui, adapté à son époque. Certains puristes regretteront la disparition de la pratique en local, car Square Enix a décidé de tout miser sur le online. Une décision qui peut se comprendre, tant on sent que les développeurs ont cherché à nous gratifier d’une ergonomie faite pour la distance. Typiquement, la possibilité de discuter, via des tournures pré-enregistrées, fait que l’on peut s’en sortir même sans avoir un Discord ouvert (pour les sorts combinés, ce sera compliqué sans la communication vocale). Côté contenu, là encore cette sortie ose proposer de l’inédit, ce qui n’est pas courant. Tout l’équipement a été revu à la hausse en terme de nombre, on peut relancer les cinématiques dans le menu adéquat. La chasse aux timbres vous permet d’incarner des skins de personnages secondaires rencontrés dans le jeu, et le endgame se fait si costaud (et difficile !) que l’on ose écrire que le challenge ne débute réellement qu’à la fin du récit. Seul anicroche : pas de Trophée platine sur PlayStation 4, quel dommage. Mais tout de même, la durée de vie grimpe bien, dépasse celle du soft d’origine (assez court) pour atteindre la trentaine d’heures.

Techniquement, Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition est là encore dans la fourchette haute de ce qu’on peut attendre d’un remaster. Le online est stable au possible, et l’on a le plaisir de pouvoir jouer en crossplay avec un pote qui aurait le jeu sur une autre console que la votre. Visuellement, Square Enix ne nous a pas pris pour des jambons, et livre un lissage HD très correct, sans nous plus transfigurer l’expérience d’origine. Les textures restent sans trop de détails, mais elles sont parfaitement lisibles sur nos écrans, ce qu’on appelait de nos vœux. On doit aussi souligner le gros travail sur les boss, encore impressionnants aujourd’hui, et les décors qui gardent la poésie qui faisait le charme du titre à l’époque GameCube. Côté musiques, le compositeur Kumi Tamioka revient aux affaires, avec des thèmes retravaillés du plus bel effet. La bande original de base était sublime, elle l’est encore aujourd’hui, sauf peut-être la chanson d’ouverture qui perd un peu en personnalité. Ajoutons aussi que des voix anglaises font leur apparition, et qu’elles ne laisseront pas une trace indélébile.

Note : 16/20

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition pourra plaire aux deux publics : celui qui ont connu le jeu d’origine, et l’autre qui était trop jeune à l’époque. Square Enix a pris une décision que l’on ne cesse de décrire comme la bonne, celle qui pousse à garder le concept d’origine, mais à lui ajouter du contenu afin de ne pas flouer les joueurs qui replongeront dans l’aventure. Ainsi, on redécouvre un opus charmant, très axé sur la coop, mais avec l’impression de ne pas se contenter du strict minimum. Voilà qui nous séduit au plus haut point.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *