article coup de coeur

[Test] Super Mario 3D All-Stars : trois jeux cultes pour le prix d’un

Une compilation à conseiller pour tous types de joueurs

image switch super mario 64
Super Mario 64 reste le jeu le plus important de l’ère 3D.

Trente-cinq ans ! Rendez-vous compte : trente-cinq ans que Mario, le plombier moustachu le plus populaire de l’univers, traine sa salopette dans l’industrie vidéoludique. Nintendo ne pouvait décemment pas passer à côté de cet événement, et nous propose quelques sorties commémoratives. La première a rendu gratuit, pour tous les abonnés au Nintendo Switch Online, Super Mario All-Stars, grand hit de la Super Nintendo qui reprenait les quatre aventures de la mascotte parues sur la toute première console du géant japonais. Aujourd’hui, ce sont les épisodes 3D qui font l’objet d’une compilation : Super Mario 3D All-Stars.

Trois jeux sont ainsi invités aux festivités : Super Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy. Débutons notre tour d’horizon par le regret principal : oui, il manque l’excellent Super Mario Galaxy 2. C’est d’autant plus dommage qu’il ne manquait plus que lui pour atteindre le nombre de quatre softs embarqués, comme ce fut le cas pour le Super Mario All-Stars de 1993. Côté bonus et enrobage, Nintendo fait dans la sobriété : pas de musée, pas de titres bonus, par contre on a droit aux trois bandes originales complètes de chez complètes. Un bonheur pour les mélomanes, lesquels pourront encore une fois se rendre compte de la puissance du travail de Koji Kondo, de ses rythmiques parfois jazz reconnaissables entre mille. Alors certes, cela manque un peu de travaux préparatoires, d’artworks, et ce même si l’on a tout de même droit à une petite présentation (à l’écrit) de chacun des hits. Mais tout de même, on s’en contente.

Une licence qui a posé les codes du jeu 3D

image switch super mario sunshine
Super Mario Sunshine reste l’épisode le plus discuté de la licence. Nous, on l’aime !

Car l’important reste les jeux. Et là, Super Mario 3D All-Stars est évidemment un immanquable. Même si l’on pourra, encore une fois, émettre un regret. Le bienfait principal de cette compilation est de nous proposer une trajectoire phénoménale, celle d’une licence qui a su évoluer au fil du temps et des itérations. Bien souvent, on lit que Nintendo sur-exploite sa mascotte, laquelle se produit tout aussi bien sur un terrain de foot que dans un party game. Bon, déjà il s’agit en général d’expériences au moins satisfaisantes, mais tout cela ferait presque oublier la puissance des opus canoniques. Si vous avez dépassé la trentaine, vous avez sûrement connu le cultissime Super Mario 64, paru en 1996 sur Nintendo 64. Un titre fondateur, qui a bouleversé notre perception de la 3D, avec une telle force qu’aujourd’hui encore il est incroyable à (re)découvrir.

Super Mario 64 est l’exemple typique d’une œuvre séminale : elle  pose des fondations, des codes. Les mondes à visiter, le découpage par objectifs, les différents sauts que l’on retrouve dans une flopée d’autres softs. Ce fut aussi la première fois que l’on se frottait à un stick analogique, et autant vous dire que le choc était grand. Aujourd’hui, la manipulation de la caméra parait clairement raide, mais la lisibilité de l’action reste de très haut niveau. On est toujours sous le charme de l’univers, lequel manie tout autant l’hommage à une direction artistique pour le moins marquante, et l’originalité pour certains environnements. On s’attendait tout de même à quelques modifications, notamment grâce au travail effectué sur la ressortie sur Nintendo DS. Malheureusement, c’est ici un petit chagrin : Nintendo a fait le choix de ne pas toucher au 4/3, et le contenu reste identique à celui de 1996. Pas d’autres personnages jouables, et adieu les petits lapins bonus…

Beaucoup de fun, même s’il manque Super Mario Galaxy 2

image switch super mario galaxy
Les planètes de Super Mario Galaxy en font un jeu continuellement fun.

Deuxième jeu embarqué par Super Mario 3D All-Stars : Super Mario Sunshine. Peut-être l’opus le moins apprécié de la licence, pour des raisons tantôt justifiées (oui, la caméra pose parfois problème dans les endroits exigus), parfois beaucoup moins. Et pourtant, on a pris énormément de plaisir à le reprendre en mains, sans doute de par sa rareté dans le paysage vidéoludique, contrairement aux deux autres softs. L’ambiance estivale, joyeuse au possible, donne immédiatement un coup de peps à l’expérience. Le J.E.T., invention d’un professeur K. Tastroff que l’on retrouvera dans les Luigi’s Mansion, apporte évidemment beaucoup au gameplay. Rappelons qu’il est question de nettoyer les souillures d’un ennemi mystérieux, mais aussi de pouvoir se projeter dans les airs grâce à la puissance de propulsion. Aussi, et contrairement à Super Mario 64, Nintendo s’est attelé à une meilleure « formellisation » du soft. Ainsi, les joueurs peuvent profiter d’une définition HD à 1080p, et d’un 16/9 qui change tout. Ouf.

Super Mario Galaxy est le dernier titre de ce Super Mario 3D All-Stars. L’un des meilleurs jeux de la Wii, (détrôné par un Super Mario Galaxy 2 dont l’absence reste décidément remarquée) revient avec un résultat visuel carrément bluffant. Oh, que c’est beau. Désormais tout en haute définition, et évidemment toujours avec cette fluidité qui, déjà en 2007, bluffait toute l’industrie, le jeu démontre l’incroyable talent de la section Nintendo EAD Tokyo. L’inventivité du level design, qui prend racine autour du concept de petites planètes comportant chacune une idée de gameplay, fait toujours mouche aujourd’hui. Si, à nos yeux, Super Mario Odyssey reste le meilleur opus de la licence (oui, devant les itérations en 2D, on assume !), force est de constater que Super Mario Galaxy se déguste comme une bouteille de vin bien vieillie : c’est une explosion de saveurs, ça arrive dans tous les sens avec un rythme exemplaire. Là encore, on aura tout de même un petit bémol : les passages avec reconnaissance de mouvement ne sont pas des plus simples à prendre en mains. Cela reste tout à fait acceptable, et l’on préférera l’écran tactile du mode nomade aux Joy-Con moins précis pour le coup, mais on sent bien qu’il aurait été nécessaire de re-calibrer tout ça à l’aune de la Nintendo Switch.

Note : 17/20

Super Mario 3D All-Stars est le genre de compilation que l’on ne peut que conseiller. Et ce que vous soyez un jeune joueur, qui n’a pas connu la sortie de tous ces épisodes sur leur console d’origine, ou un papi gamer. La durée de vie de cette sortie crève le plafond, et passer autant d’heures avec trois jeux aussi fondamentaux ne peut qu’être une bonne chose. Par contre, l’on ne peut que regretter l’absence de Super Mario Galaxy 2, qui avait pourtant toute sa place ici. Et le traitement formel de Super Mario 64 a de quoi interroger, surtout que le jeu dispose d’une version Nintendo DS qui reste comme la plus définitive à ce jour. Cependant, les deux autres titres se redécouvrent presque entièrement, et les mélomanes seront aux anges grâce à la présence d’un gigantesque et jusqu’au-boutiste jukebox. Aller, bon anniversaire Mario !

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *