[Test] Asterix & Obélix XXL Romastered : plutôt satisfaisant sur PS4

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PC
  • Développeur : OSome Studio
  • Editeur : Microids
  • Date de sortie : 22 octobre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Astérix & Obélix XXL Romastered fait naitre une bonne nostalgie

image test asterix et obelix xxl romastered
Astérix & Obélix XXL Romastered est idéal pour retrouver un genre aujourd’hui rare.

Quelques mois après la sortie du remaster d’Astérix & Obélix XXL 2, puis de la parution d’Astérix & Obélix XXL 3, le duo formé par le studio de développement OSome et l’éditeur Microids nous livre enfin la revisite du tout premier opus de cette désormais trilogie. Avec son sous-titre fendard, Astérix & Obélix XXL Romastered était plus attendu que les autres. En effet, le soft d’origine, à l’époque développé chez Étranges Libellules, avait su relancer la licence côté jeu vidéo, après quelques années de disette indéniable. La recette était simple : respect de l’univers, et gameplay très beat’em all en accord avec les spécificités de l’œuvre de René Goscinny et Albert Uderzo. Dix-sept ans après la sortie d’origine, voilà que le titre fait peau neuve, avec des qualités mais aussi quelques regrets.

Tout d’abord, il faut faire clair : Astérix & Obélix XXL Romastered reprend à la ligne près le scénario du jeu d’origine. Aucune modification à prévoir, ni aucun ajout de chapitre. Alors qu’ils se baladent dans la forêt avoisinante, Astérix, Obélix et Idéfix sont attaqués par des romains. Le trio est alors séparé et, en retournant au village, Astérix découvre un véritable drame : l’endroit est en proie aux flammes. Et tous les habitants semblent avoir disparu. Rôdant dans les parages, un ancien espion de César, congédié par ce dernier, n’a qu’une envie : porter atteinte à l’Empereur. Il livre alors des informations essentielles au gaulois, ce qui lui permet de mettre en route afin de sauver ses amis, au quatre coins de l’Empire romain. L’histoire n’est pas des plus originales, mais elle se suit non sans charme, et ce même si l’on remarque un manque de cet humour si typique de la licence. On sent qu’il a surtout fallu assurer un résultat qui puisse plaire à l’international. Le tout est sous-titré en français, bien entendu.

Astérix & Obélix XXL Romastered se vit comme une (re)découverte archéologique. Dès les premiers instants, on se prend à se souvenir de ces jeux d’action, aujourd’hui quasiment disparus, qui comportaient un peu de plateforme, un peu d’énigmes, beaucoup de collecte. L’un des bienfaits de cette sortie est de nous rappeler à quel point ils nous manquent, même si la nostalgie doit jouer un certain rôle dans ce constat. On se promène dans le village en feu, on récupère des casques qui serviront plus tard de monnaie d’échange pour acheter des consommables ou de nouvelles techniques. On saute sur des caisses, on rebondit, et l’on se prend à vraiment apprécier ça. D’autant plus que, bien vite, les niveaux vont évidemment se complexifier, apporter pas mal de rejouabilité pour qui veut tout récupérer, notamment les lauriers d’or afin de gagner des costumes bonus.

Astérix & Obélix XXL Romastered, c’est avant tout du charme désuet. Si vous étiez fan du jeu en 2003, nul doute que vous tomberez encore une fois amoureux du résultat. Et ce même si les défauts de l’époque restent tout de même présents. Précisons qu’aucun ne nous semble contrebalancé par un point fort, ce qui fait que l’ensemble reste tout à fait recommandable. Les combats, par exemple, manquent un peu de patate dans les impacts. C’est encore plus net aujourd’hui, tant les différents effets à l’écran ne parviennent toujours pas à éviter la mollesse des attaques. Cependant, force est de constater que le système fonctionne globalement : on est dans un beat’em all en 3D qui vous demande de spammer le bouton adéquat (et ce même si certains ennemis provoquent plus de tactique), tout en cherchant à faire grimper une jauge permettant d’utiliser certains combos. Cette mécanique peut d’abord freiner le fun, mais au fur et à mesure elle nous force aussi à viser l’excellence, ce qui est toujours un bon point. Du coup, la marge de progression du joueur est chouchoutée. Notons aussi l’importance d’Idéfix, que l’on envoie mordre les fesses des Romains les plus résistants, histoire de les sonner un court laps de temps.

Des ajouts de contenu, et une technique rehaussée

image gameplay astérix et obélix xxl romastered
On passe d’un personnage à l’autre selon les phases.

Astérix & Obélix XXL Romastered cherche aussi à varier les situations. Les niveaux se construisent dans un schéma classique d’enchainement entre combats et phases d’énigmes. Lors de passages précis, on pourra passer d’Astérix à Obélix, et les deux ont leurs spécificités (allumer des feux pour le premier, défoncer des boîtes métalliques pour le second). Certaines séquences demanderont aussi de la coopération, comme pour diriger une plateforme haute depuis le sol. Enfin, on a droit à des phases qui nous sortent du platformer pur et dur, comme une descente à toute vitesse sur de la glace. Elles sont aussi l’occasion de défis : récupérer tous les casques afin d’obtenir un laurier d’or. Tout cela est efficace, mais on se doit de signaler ici que cette nouvelle édition garde le gameplay inchangé. Et même quand certains moments se font parfois difficilement maitrisables. Oui, les phases en bateau sont restées identiques, par exemple. Pas d’améliorations de ce côté, donc.

Astérix & Obélix XXL Romastered garde aussi tout le contenu d’origine, mais lui ajoute tout de même quelques bonus bienvenus. Tout d’abord, on a désormais droit à des défis intégrés aux niveaux : du time attack (une course pour atteindre un point précis avant la fin du timer) et du parcours. Ce dernier est intéressant, car il faut récupérer des collectibles qui pourront être activés selon si vous jouez en mode classique ou remasterisé, ce qui met en avant le feature de transition de l’un à l’autre. Tout cela est à déclencher par le biais de stèles à activer. Aussi, OSome Studio a intégré un nouveau mode de difficulté Extrême, lequel porte très bien son nom, vous êtes prévenus. La durée de vie, elle, se situe dans la bonne dizaine d’heures.

Astérix & Obélix XXL Romastered était aussi attendu pour son apport technique. Sur PlayStation 4, le résultat se fait plus efficace qu’espéré. Sans non plus devenir un triple A, loin de là, le soft d’origine gagne en textures détaillées, et en distance d’affichage. Pour s’en assurer, il suffit de passer du mode remasterisé au rendu classique, à l’aide d’une simple pression de bouton. D’ailleurs, rendez-vous en fin d’article pour une comparaison entre les deux modes, pile au même endroit du jeu. Du coup, les nostalgiques pourront aussi parcourir l’entièreté de l’expérience comme au bon vieux temps mais, entre nous, rien ne vaut le 16/9e de la version revue et corrigée. On remarque tout de même quelques bugs d’affichage ici ou là, et des bruitages parfois défaillants. D’ailleurs, il est aussi possible de passer de l’ancienne bande originale à la nouvelle. Entre nous, elles se valent : on n’apprécie que très peu cette étrange techno que l’on juge hors de propos, et en contradiction avec l’ambiance de la licence.

Note : 14/20

Astérix & Obélix XXL Romastered s’adresse tout autant aux nostalgiques du jeu paru en 2003 qu’aux fans de la bande dessinée. On retrouve un jeu alliant plateforme et action, avec une bonne dose de collecte et des combats qui, par contre, ont pris de l’âge. Tout cela nous a rappelé à quel point ce genre de soft manque sur nos consoles actuelles, ce qui donne au résultat un vrai charme désuet. Enfin, si des bugs sont au rendez-vous on apprécie tout de même la version remasterisée, évidemment plus riche visuellement. Et l’option pour passer du classique à la nouvelle apparence en une pression de bouton produit un joli effet.

image avant asterix et obelix xxl romastered
Avant…
image apres asterix et obelix xxl romastered
… et après.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *