article coup de coeur

[Test] Trails Of Cold Steel 4 : un final à la hauteur des attentes

Caractéristiques

    • PlayStation 4
  • Développeur : Nihon Falcom
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 27 octobre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Trails Of Cold Steel 4 clos la saga Rean Schwarzer avec brio

image trails of cold steel 4
Trails Of Cold Steel 4 boucle le parcours de Rean Schwarzer.

Vous vous rappelez, quand l’Occident pensait que le RPG japonais était l’apanage de Square Enix ? Si l’on voue, nous aussi, un culte à cet éditeur, force est de constater que d’autres ont prouvé que le genre pouvait amplement s’étendre en-dehors des très populaires Final Fantasy et autres Dragon Quest. Nihon Falcom figure clairement parmi les plus fiers représentants, avec deux licences très appréciées des amateurs : Ys, dont on accueillera bientôt le très attendu neuvième épisode, et The Legend Of Heroes. Cette dernière a mis du temps à s’installer sous nos latitudes, notamment en raison d’un univers très, très riche, composé de plusieurs séries. La principale, Trails Of Cold Steel, a eu droit à un traitement de faveur avec un troisième opus sous-titré en français, ce qui a permis à plusieurs d’entre vous de rejoindre la fanbase. Aujourd’hui, NIS America fait paraitre Trails Of Cold Steel 4, qui s’annonce comme le point final de cette grande aventure.

Il y aura deux types de lecteurs qui parcourront cet article : ceux qui ont terminé Trails Of Cold Steel 3, et ceux qui voudraient rejoindre le trip avec Trails Of Cold Steel 4. Autant nous pouvions conseiller aux novices le précédent opus, car il se trouvait agrémenté d’une énorme encyclopédie hyper profonde, et surtout entièrement traduite en français, un véritable miracle. Autant, avec ce quatrième épisode, c’est plus compliqué. On a encore droit à des résumés des faits majeurs ayant mené à la situation qui ouvre le jeu, mais c’est plus expéditif, moins précis. Surtout, l’on n’a plus droit aux sous-titres français, ce qui restera comme un regret malheureusement logique (fallait acheter les gars !). On retrouve donc un anglais qui ne simplifie pas l’accessibilité, surtout que l’aventure est à la fois assez textuelles, et peu avare de termes techniques. C’est clair : si vous désirez savourer ce titre à sa juste valeur, il faudra connaître les tenants et aboutissants, et maitriser la langue de Shakespeare.

L’histoire que nous propose Trails Of Cold Steel 4 était pour le moins au centre de notre attention. Cela fait quatre ans que nous avions découvert le premier épisode, sorti un peu en catimini sur nos PlayStation 3 européennes, on ressent donc une pointe d’émotion au moment de se lancer dans l’aventure. Afin de ne pas spoiler, ni les événements de ce jeu, ni ceux, étonnamment sombres, qui concluaient le précédent, sachez simplement que l’on retrouve bel et bien Rean Schwarzer, le héros de cette saga. Mais en très mauvaise posture. Et il va falloir que le trio composé de Kurt, Juna et Altina lui vienne en aide, avant que des événements très épiques ne provoquent des rebondissements saisissants, et l’arrivée de tous les protagonistes ayant participé à cette quête. La trame connaît quelques petits assoupissements à l’occasion de développements un peu surfaits, le rythme toussote un peu, mais ça reste acceptable. Sachez aussi que les fans vont halluciner devant cette double fin (oui, deux sont au programme) qui non seulement boucle ce qui devait l’être, mais ouvre aussi des perspectives pour un rebond préparé par ce qui reste d’Ouroboros. Nous n’en écrirons pas plus à ce sujet, mais on valide l’ensemble du récit, même quand il part dans le fan service malicieusement graveleux (on adhère, ne nous cachons pas !), et malgré des personnages secondaires pas toujours soignés dans leur caractérisation. Et insistons : quel final éprouvant !

Un final qui restera dans les mémoires

image jeu trails of cold steel 4
Les méchas sont évidemment toujours de la partie…

Le scénario validé, il restait à Trails Of Cold Steel 4 à assurer son gameplay. Là aussi, on est satisfait, même si l’on ne peut parler de révolution. Les combats ne bougent pas réellement, et c’est une bonne nouvelle tant ils forment l’une des belles qualités de cette licence. On fait donc face à un tour par tour assez tactique, mais qui offre la possibilité de se mouvoir dans l’arène, ce qui sert surtout à donner une forte importance aux attaques ou sorts de zone. Un focus est aussi effectué sur les liens entre les combattants, ce qui apporte des bonus non négligeables. Surtout que le niveau de difficulté a été rehaussé pour cet opus, et ce même dans le mode le plus abordable. Cela se ressent surtout contre les boss, devenus de véritables épreuves. L’intelligence artificielle a d’ailleurs tendance à se faire plus vicieuse, et même plus subtile. Le seul point de discorde, au niveau des combats, implique les méchas qui ne parviennent toujours pas à insuffler la puissance qu’on attend d’eux. Cette idée aura été trainée au fil des épisodes, sans arriver à maturité, dommage.

La licence est nettement portée sur le narratif, il n’est donc pas surprenant que les cheminements des précédents opus se faisaient dirigistes. Trails Of Cold Steel 4 tente, et même réussit, à apporter aux joueurs l’occasion de mieux souffler entre deux événements importants. Bien entendu, on ne parlera toujours pas d’un monde ouvert : le soft s’organise par zones, mais vous pouvez ici les visiter plus facilement que précédemment. On pourra donc revenir dans d’anciens lieux visités, prendre son temps pour farfouiller, ce qui nous semble important dans un RPG japonais. Aussi, Nihon Falcom a cherché à un peu varier les quêtes secondaires. On a donc quelques mini-jeux sympathiques, comme la classique et addictive pêche ou un Puyo-Puyo qui vous occupera longtemps. Et le retour de l’excellent jeu de carte Vantage Master est à saluer. Bon, par contre on a toujours droit à un nombre incroyable de missions Fedex, mais on se prend tout de même à les poncer grâce à de bonnes récompenses.

La durée de vie de Trails Of Cold Steel 4 se situe dans la droite lignée du précédent : le contenu, particulièrement costaud, vous assure une bonne grosse centaine d’heures de jeu. Et même plus grâce à un new game plus très intéressant qui offre pas mal de bonus. Et, l’on insiste, une seconde fin, la véritable, est à découvrir après avoir terminé une première fois l’aventure. Techniquement, le jeu utilise le moteur du troisième opus, il ne faut donc pas du tout s’attendre à une grosse surprise visuelle. C’est toujours aussi bon dans le character design, quelques lieux restent bien en mémoire, mais ça manque un peu d’animations dans les environnements, et certains sont recyclés de Trails Of Cold Steel 3. Aussi, les textures au sol font grises mines, mais globalement on reste dans l’acceptable. Côté musiques, on retrouve les travaux toujours aussi solides de Hayato Sonoda et Takahiro Unisuga, assurant même une ambiance dramatique quand il le faut, ce qui n’est pas vraiment une habitude chez ce duo. Et notez que vous avez le choix entre le doublage anglais et japonais. Nous ne pouvons que vous conseiller chaudement le second, bien plus dans le ton.

Note : 16/20

Trails Of Cold Steel 4 boucle la saga de l’héroïque Rean Schwarzer avec brio, et c’est bien tout ce qu’on en attendait. On ne vous en dira pas plus, mais la fin est même parvenue à émouvoir votre humble serviteur, tout en offrant de nouvelles et prometteuses perspectives pour l’univers The Legend Of Heroes. Le gameplay, lui, ne bouge pas trop : les combats restent agréables à maitriser, et l’on remarque tout de même une volonté de nous offrir un tout petit peu plus de liberté. La durée de vie reste colossale, il faut vous attendre à investir une bonne centaine d’heures, ce qui signifie que Nihon Falcom n’a clairement pas bâclé cette fin de parcours. Le seul véritable regret se situe dans l’absence de sous-titres français, ce qui rend cette aventure beaucoup moins accessibles aux novices, ou aux non-anglophones. Les autres seront au paradis !

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *