image city hunter volume 1 éditions panini deluxeLes débuts de City Hunter

Paru pour la première fois en 1985 au Japon, City Hunter (mieux connu en France sous le titre de Nicky Larson à cause du dessin animé) est la deuxième série de manga de Tsukasa Hojo après Cat’s Eye, qui lui a valu une renommée internationale à vingt-deux ans seulement et qui fut également adaptée avec un grand succès en dessin animé.

L’auteur pensait s’adresser à un public essentiellement masculin, contrairement à Cat’s Eye, en raison de la violence de l’univers de son héros, Ryo Saeba, alias City Hunter et du caractère d’obsédé sexuel de celui-ci or, il fut surpris de constater que, très vite, les filles aussi se sont entichées de ce coureur de jupons qui sait se faire grave et servir d’humble chevalier servant à ces dames.

Et force est de constater qu’en dépit de son aspect polar, City Hunter est avant tout une œuvre sentimentale mettant en scène un homme finalement énigmatique en dépit de son comportement souvent loufoque, capable de se salir les mains pour la bonne cause et de s’éclipser une fois la bataille remportée, sans chercher à partir avec sa cliente qu’il aura bien évidemment lourdement draguée plus tôt. « Il ne vaut pas la peine que vous vous salissiez les mains !! C’est pour ça que des hommes comme moi existent ! » lance-t-il d’un air désabusé à sa deuxième cliente après l’avoir empêchée d’abattre le maniaque qui avait tué sa sœur et d’autres jeunes fugueuses de Hong Kong.

Un premier volume très sombre

image tsukasa hojo city hunter volume 1Dans le chapitre cinq du volume, qui voit par ailleurs arriver le personnage de Kaori, la sœur garçon manqué d’Hideyuki Makimura, le partenaire de Ryo, ce dernier suit ainsi la piste d’un réseau de traite des blanches et dans le chapitre sept, Ryo, venu venger la mort de Makimura, liquidé par la redoutable Union Teope, glisse la carte d’un médecin à une danseuse droguée par le cartel pour exploiter ses charmes alors que celle-ci s’est dénudée pour s’offrir à lui.

Par ailleurs, la mort de ses ennemis est ici particulièrement violente et il n’hésite pas à se tirer à travers la main pour atténuer l’impact d’une balle qui pourrait blesser des piétons se tenant derrière sa cible. Autant d’éléments qui disparaîtront plus ou moins par la suite, Ryo décidant de ne plus tuer après s’être attaqué à l’Union Teope avec Kaori, qui devient sa nouvelle partenaire et l’adoucit considérablement. D’ailleurs, les seules affaires où il en viendra à tuer ses ennemis par la suite sont celles touchant directement la jeune femme, dont la vie est régulièrement mise en danger.

Rencontre de deux partenaires de choc

city-hunter-ryo_kaori-volume11En parlant de Kaori d’ailleurs, celle-ci n’a pas encore sa légendaire massue de 100 tonnes (qui a grandement participé au succès de la série) et ses rapports avec Ryo dans ce premier volume sont précieux pour comprendre la dynamique de leur relation par la suite, ce qui n’est pas forcément le cas du dessin animé, bien moins explicite sur la question. Même si l’androgynie de la jeune femme est mise en avant dès son apparition, très vite, Ryo n’en montre pas moins une attirance physique irrésistible à son égard, même lorsqu’il apprend qu’il s’agit de la sœur de son meilleur ami et partenaire et ce n’est qu’en toute fin de volume qu’il convient avec elle de ne plus la considérer « comme une femme » mais comme sa partenaire afin qu’ils puissent travailler efficacement ensemble.

Ce premier volume est ainsi une excellente et enthousiasmante introduction à la série de Tsukasa Hojo, surprenante également par sa noirceur et sa violence, caractéristiques pour lesquelles City Hunter n’est pas connu et qui seront atténuées par la suite pour s’adresser à un plus large public. Par ailleurs, le graphisme de l’auteur est aussi plaisant qu’efficace , que ce soit au niveau des personnages (même si dans certaines cases, certains ressemblent trop aux deux héros) que de la mise en page.

A noter que l’Edition de Luxe de Panini Manga disponible depuis 2004 (la série avait précédemment été publiée, dans une qualité et un format inférieurs, par J’ai Lu Manga) comporte certains chapitres et illustrations colorisés, à l’identique de la réédition japonaise parue à l’occasion du vingtième anniversaire du manga.

 City Hunter volume 1 de Tsukasa Hojo, Édition de Luxe, Panini Manga. (9,95€).

Note: Les deux illustrations, de Tsukasa Hojo ci-dessus, proviennent de l’excellent site City Hunter – Angelus City

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.