[Food] Campanile : Nous avons testé la carte automne-hiver

Produits de saison et assiettes de chef

image cuisses de cannette haricots coco chou vert
Cuisses de cannette et haricots coco.

Alors que l’hiver s’installe peu à peu, nous sommes allés tester la nouvelle carte automne/hiver Campanile conçue avec le chef Philippe Renard. Les restaurants Campanile, ce sont des buffets à volonté à prix raisonnable (9,90 euros le buffet à volonté des entrées ou des fromages et desserts), ainsi que des formules apéritives à partager et des plats à la carte, le tout sur une gamme bien plus raffinée et poussée que les Flunch, qui tiennent davantage de la cantine. Depuis maintenant deux ans, le chef étoilé Philippe Renard, ancien du Lutetia ayant également travaillé chez Troisgros et Bernard Loiseau, conçoit les plats, souvent régionaux, proposés à la carte au prix de 14,90€.

image tagliatelles joues de boeuf sauce échalotes campanile automne-hiver
Joues de bœuf sauce échalotes.

Cette saison, ils sont au nombre de quatre : cuisse de cannette, haricots coco et chou vert; noix de joue de boeuf sauce aux échalotes; filet de julienne de pêche française sauce langoustine; et enfin lasagnes aux aubergines et épinards. En plus de ces mets de chef cuisinés sur place, on trouvera de nombreuses nouveautés au buffet à volonté dans les entrées et desserts, avec notamment un certain nombre de spécialités à la poire, produit-phare de cette saison pour Campanile : tartes sablées fines aux poires, tartes croustillantes, pâté aux poires et cognac…

Des entrées en libre-service agréablement variées

image assiette entrées buffet libre-service campanile carte automne-hiver
Une assiette d’entrées variées à composer directement au buffet.

Ce sont donc ces quatre plats-phares de la nouvelle carte, accompagnés d’entrées et desserts en libre service au buffet, que nous avons pu déguster au Campanile de la Villette à Paris. En entrée, le pâté aux poires et cognac se révèle délicieux (et subtil au goût) accompagné de petites portions de salades de saison, notamment les pommes de terre nouvelles et harengs que nous dégustons avec des rondelles d’oignons rouge et des oignons au vinaigre balsamique. Comme pour les entrées, les condiments et accompagnements sont disponibles en libre-service, et répondent à une large gamme.

Les produits sont frais, légers, et peuvent être sélectionnés en micro-portion pour constituer une belle assiette. Nous avons pour notre part aussi bien goûté au cake au saumon qu’aux salades et aux charcuteries, de qualité, sans pour autant avoir l’impression de nous alourdir l’estomac. Après une assiette et demi de mets variés de qualité bien supérieure aux enseignes du genre souvent citées, nous avons vu les plats arriver dans notre direction, et c’est là que nous avons pu constater la qualité et la rigueur de Campanile.

Des plats qui valent le détour

image filet de julienne sauce langoustine campanile automne-hiver

Bien sûr, à 14,90 euros le plat, nous ne sommes pas là face à de la cuisine gastronomique. Certes. Il n’empêche que les assiettes sont bien présentées, les produits les plus frais possibles et de saison, et le résultat tout à fait goûtu. Nous commençons par le filet de julienne sauce langoustine, servi avec des têtes de chou romanesco : le poisson n’a rien des pauvres filets surgelés parfois servis en cantines et est au contraire tendre, moelleux et de belle consistance, la sauce enrobante et d’une belle finesse. A côté, la cannette et ses haricots coco paraît sans doute un chouïa un peu plus fade en raison d’un assaisonnement et d’aliments au goût plus neutre, mais le plat, joliment présenté, reste de belle qualité.

image lasagnes légumes aubergines épinards campanile automne-hiver

Les joues de boeuf, incroyablement tendres, fondent littéralement en bouche avec leurs tagliatelles, et la sauce aux échalotes apporte une certaine vivacité et davantage de mordant au plat. Enfin, les tagliatelles aux légumes, préparées typiquement à l’italienne, sont sans doute notre grand coup de coeur : aubergines et épinards sont fondants, assaisonnés à la perfection, et presque plus épais que les feuilles de lasagne, délicieuses par ailleurs. Les amoureux de plats italiens et de légumes en général devraient adorer, et même les grands amateurs de viande tels que notre co-rédacteur en chef ne se sont pas fait prier, c’est dire !

Desserts de saison au buffet

image buffet desserts campanile automne-hiver

Après tout ça, autant dire qu’il ne nous restait plus autant de place que ça pour les desserts, mais nous avons quand même réussi à en goûter quelques-uns au buffet. De ce côté-là, il y a bien entendu un peu de surgelé (nous a-t-il semblé), mais les produits restent de qualité : profiteroles, petites tartes fines au poires, riz au lait crémeux et toutes sortes de petits accompagnements comme du granola ou de la confiture de fruits rouges. La gamme de choix est également large, avec des associations de goûts différentes, pour tous les palais : du chocolat, mais aussi des bouchées ananas-citron vert, des salades de fruits d’automne…

Une sélection variée, et assez élégante. On ajoutera également que les cocktails proposés en apéritif, tout en correspondant à des breuvages à 6 euros, sont assez réussis pour cet ordre de prix, et chose appréciable, ne débordent pas de glaçons pour compenser le manque d’alcool. Nous avons ainsi goûté le Green Ginger Collins, mélange de gin, pomme verte, sirop de gingembre, de lemon rantcho et Perrier.

image buffet entrées campanile carte automne-hiver

Au final, cette nouvelle carte Campanile est une belle découverte. Les restaurants de l’enseigne se situent vraiment sur une gamme au-dessus des cantines du genre, et se défendent très bien vis-à-vis de nombreux cafés-restaurants de qualité grâce à une exigence véritable quant aux produits, leur fraîcheur et leur origine, mais aussi la préparation et la présentation. Les plats concoctés par Philippe Renard sont à la fois fidèles au terroir français (mis à part les lasagnes italiennes) et mitonnés avec soin, ce qui est fort appréciable pour le prix, d’autant plus que l’on ressort bien nourris, mais pas alourdis.

A ce sujet, notons d’ailleurs que si l’on nous a présenté les assiettes dans les mêmes proportions qu’aux clients, nous avons en réalité dégusté des portions plus limitées de ces plats, à deux. Dans des conditions normales, une seule assiette accompagnée d’un assortiment d’entrées et de desserts suffirait largement à combler n’importe quel appétit. La partie self du restaurant de la Villette était d’ailleurs fort bien présentée et approvisionnée, et la qualité, sans être la même que les plats à la carte (préparés à la demande), reste très bonne pour un buffet à volonté, avec des mets frais et variés. La salle de l’établissement, lumineuse, est également agréable, malgré un quartier un peu tristounet aux alentours. Voilà donc une nouvelle idée à retenir pour un dimanche en famille ou par un week-end froid et pluvieux : effet réconfortant garanti.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *