[Jouets] Tamagotchi : on a testé la nouvelle édition limitée !

Un come-back sous le signe de la nostalgie 90’s

image tamagotchi modèles 2018 bandaï
Crédit : Bandaï

Ils sont de retour ! Après un premier come back en magasins (très limité) pour fêter leurs 20 ans à l’automne 2017, les Tamagotchi reviennent pour notre plus grand plaisir et cette fois, nous avertit Bandaï, “il y en aura pour tout le monde”. Débarqués en 1997, ces drôles d’oeufs électroniques proposaient aux enfants de s’occuper d’une petite créature digitale aux pixels grossiers comme d’un animal domestique, en répondant à ses besoins : le nourrir, nettoyer ses excréments, le soigner quand il est malade, en évitant à tout prix de le laisser mourir. Le succès a tout de suite été phénoménal, donnant lieu à un véritable phénomène et d’innombrables modèles de toutes les couleurs : en tout, c’est pas moins de 76 millions d’unités qui ont été vendues à travers le monde en l’espace d’une dizaine d’années, même si le gros du phénomène s’est concentré à la fin des années 90. A l’heure où la nostalgie 90’s bat son plein, qu’il s’agisse du retour des boys bands, du rétrogaming, de séries comme Twin Peaks ou X-Files, ou encore de la musique de cette décennie en général, il n’est guère étonnant de voir ces jouets revenir sur le devant de la scène pour le plus grand plaisir des trentenaires qui constituent le coeur de cible de ces nouvelles gammes de produits.

Car, bien entendu, si les jouets et jeux vidéo ont bien évolué en l’espace de 20 ans — il n’y a qu’à prendre les Sims, Pokémon, ou le dernier festival international des jeux de Cannes pour s’en convaincre — les Tamagotchi, eux, non pas changé d’un pouce ! Cela est bien entendu volontaire, puisque l’on est en plein dans la tendance nostalgie et rétro. Quel plaisir, quand on a connu cette époque, de prendre aujourd’hui en mains ce petit oeuf au bout d’une chaînette à accrocher à son porte-clés avec ses trois petits boutons fluo aux fonctions tout aussi basiques que les quelques pixels noirs qui constituent notre gentille bébête ! Alors certes, à Culturellement Vôtre, nous avions, les uns et les autres, échappé enfants à cette grande mode, mais soyons honnêtes : le simple fait de voir ce design rond caractéristique, et nous avons de nouveau 10 ans !

Un fonctionnement so rétro !

image édition limitée 2018 bleue tamagotchi packaging bandaï
L’édition limitée bleue Tamagotchi de cette année dans son étui. © Culturellement Vôtre

Parmi les 8 nouveaux modèles qui sortent ce printemps en magasins, 2 sont en édition floquée très limitée (1 exemplaire sur 30 en magasins) : il s’agit de petits oeufs à la coque en mousse bleu ou rose pastel, très trognons avec leurs boutons fluo et les petites marques façon coquille d’oeuf tout juste percée au milieu. Nous avons pour notre part testé le modèle bleu. Si votre mémoire vous fait défaut, voici un petit rappel du fonctionnement du Tamagotchi

Tamagotchi fonctionne avec 1 pile CR2032 (3V) incluse avec le jouet. Il est à noter que lorsqu’on change de pile avant que notre créature soit morte, le jeu recommence alors avec la naissance d’un nouveau Tamagotchi, comme si l’appareil avait été réinitialisé. Une fois le jouet déballé, on commence par tirer la petite languette sur le côté de l’oeuf en plastique pour allumer l’appareil et faire éclore notre Tamagotchi. Nous pouvons choisir l’apparence du personnage, que nous verrons grandir au fil des jours. Le but du jeu, ensuite, est de répondre à ses besoins pour éviter qu’il tombe malade et meurt. Généralement, le Tamagotchi émet un appel à base de petits bip stridents lorsqu’il a besoin de quelque chose mais, si vous étiez loin de lui à ce moment-là, il suffit d’appuyer sur le bouton de droite pour savoir s’il a besoin de quelque chose.

S’il a faim, un petit nuage noir apparaît au-dessus de sa tête. On appuie alors sur le bouton de gauche pour sélectionner un onigiri (une boulette de riz) ou bien une friandise, on valide avec le bouton du milieu, et on le nourrit jusqu’à ce qu’il nous signifie d’un non de la tête qu’il n’a plus faim. Le soir, lorsqu’il dort, le premier bouton sert à éteindre la lumière pour lui assurer un bon sommeil. Quelques heures après avoir mangé, de petits pixels à côté de lui nous signifie qu’il a fait ses besoins. A ce moment-là, on appuie de nouveau sur le bouton de gauche pour tout nettoyer et le rendre heureux. Et… C’est à peu près tout ! Si vous effectuez ces différentes tâches dans les temps, votre Tamagotchi est heureux et en bonne santé, il se promène de droite à gauche de l’écran en agitant sa gueule et en effectuant parfois de petits sauts. Rien de très compliqué, donc.

image édition limitée bleue tamagotchi bandai
Le Tamagotchi dort… Eteignez-lui la lumière ! © Bandaï

S’il est malade, un petit crâne de mort apparaît au-dessus de sa tête. Il faut alors appuyer sur le bouton de gauche jusqu’à ce qu’il disparaisse. S’il est impossible de le soigner (auquel cas il est voué à mourir), on ne peut alors que visionner l’heure et allumer ou éteindre le son. Dans tous les cas, le Tamagotchi mourra soit de maladie si vous ne vous en occupez pas comme il faut, ou bien de vieillesse. Il ne vous restera alors plus qu’à réinitialiser l’appareil en appuyant simultanément sur les boutons par côtés pour faire éclore un nouvel oeuf et recommencer.

Car, dans un soucis de “réalisme”, votre créature grandit au fil du temps. Cela reste là encore assez basique puisque, en dehors de l’oeuf qui ne s’affiche que quelques secondes à l’écran, le personnage possède une forme bébé (babytchi) et adulte (Adultchi), ainsi qu’une forme rare. Nous n’avons pas testé le jouet suffisamment longtemps pour le mener à une mort naturelle, mais on peut supposer que cette forme rare apparaît si le Tamagotchi rentre dans un âge très avancé.

Vous l’aurez compris, l’intérêt des Tamagotchi aujourd’hui tient avant tout au sentiment de nostalgie qu’il procure puisqu’il n’est en aucun cas question, comme dans les jeux vidéo Pokémon ou avec les peluches animées FurReak Friends, de gagner la confiance de son animal de compagnie. Accroché à votre porte-clés, ce petit oeuf en plastique tout simple rappelle avant tout de bons souvenirs et attirera à coup sûr l’attention de vos amis lorsqu’il se mettra à biper dans votre sac. Ne reste plus qu’à accrocher un scoubidou au trousseau, et vous voilà parés !

Tamagotchi de Bandaï, disponible en 8 modèles et coloris différents, dont 2 floqués en édition limitée. Prix public recommandé : 14,99€.

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot
0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *