[Test] Détective Pikachu : enquêtes mignonnes dans l’univers de Pokémon

Caractéristiques

    • Nintendo 3DS
  • Développeur : Creatures
  • Editeur : Nintendo, The Pokémon Company
  • Date de sortie : 23 mars 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Le jeune public sera comblé

Remontons le temps, direction l’année 2016. Puis changeons de continent, à destination du Japon, une (la ?) Terre Promise du jeu vidéo. C’est sous ces latitudes qu’est sorti, cette année-là, un certain Pokémon Great Detective Pikachu Birth of a New Combination. Disponible pour l’équivalent de douze euros, et uniquement sur l’e-shop des Nintendo 3DS nipponnes, ce programme se présentait comme un jeu d’enquête à forte tendance narrative (comprendre par là que le titre ne rechignait pas sur les cinématiques). Si le soft n’a pas réellement marqué les esprits, principalement à cause de sa confidentialité, il a tout de même fait parler de lui pour l’aspect adorablement mignon du Pikachu en mode enquêteur qui, de plus, avait la particularité de s’exprimer avec des mots intelligibles. Un bon gros délire attendrissant donc, et Nintendo n’avait pas l’intention de laisser la bonne idée tomber dans l’oubli. Ainsi, voilà que déboule Détective Pikachu, cette fois-ci jusqu’en Occident, toujours sur cette bonne vieille 3DS.

Une question vous taraude de suite, nous allons y répondre au plus vite et très clairement : non, il ne faut pas avoir joué au précédent jeu pour bien tout comprendre de ce Détective Pikachu. L’introduction, comme le reste du jeu par ailleurs, installe rapidement les éléments scénaristiques, sans déployer des tonnes de détails incompréhensibles. Le joueur incarne Tim, à la recherche de son père, dont la disparition est bien mystérieuse. Alors que le garçon débarque en ville, il fait la connaissance d’un Pikachu très spécial. Affublé d’un deerstalker à la Sherlock Holmes, le très choupinou petit animal présente la particularité de parler. Du moins c’est ce que pense Tim, avant de rapidement se rendre compte qu’il est le seul à l’entendre. Le duo va devoir faire face à certaines énigmes, tout en remontant la piste vers le paternel de l’adolescent. Un cheminement qui se suivra sans la moindre anicroche, l’ensemble restant clair comme de l’eau de roche.

Détective Pikachu ne cherche aucunement à révolutionner l’approche des jeux d’enquête modernes. En jouant à ce soft humble et efficace, il nous vient à l’esprit plusieurs autres. Les Ace Attorney, les Sherlock Holmes bien évidemment, ou encore le Murdered : Soul Suspect de Square Enix. Celles et ceux qui aiment le genre ne seront pas dépaysés. C’est aussi vrai pour la narration. Le schéma se reproduit du début à la fin : une énigme pointe le bout de son nez, par le biais d’une cinématique. Puis il faudra enquêter sur place, avant de retrouver la cause du bazar. Rien de plus classique mais, si le résultat pourra parfois courir sur le haricot des joueurs les plus expérimentés, il est fort à parier que la cible en sortira conquise. Cette affirmation se repose sur l’univers, parfaitement dans la tonalité qu’on attendait d’un tel jeu : entre le mignon tout-plein, le mystère léger et l’humour. Car un Pikachu qui parle c’est une chose, mais l’énergumène jaune qu’on accompagne a son petit caractère, croyez-nous.

Durée de vie et technique étonnantes

Le gameplay de Détective Pikachu n’a pas inventé l’eau chaude, ni la poudre. Mais est-ce un mal ? Ici, on se concentre sur les enquêtes, le terrain. Tout se passe autour des témoins d’une scène, qu’il va falloir reconstituer d’après les témoignages recueillis, de la part d’humains (ou autres) présents sur la scène du délit. On remarque des détails dans le décor, il peuvent faire office de preuves. Prenons l’exemple de la première affaire, afin de ne pas trop vous spoiler ce qui vous attend par la suite. Une bande de Capumain a provoqué un véritable foutoir, et l’un d’eux a profité de l’occasion pour voler le collier d’une petite fille. Ni, une, ni deux, le duo se met à la recherche du coupable. Pour cela, il faut recouper les éléments, distinguer le vrai du faux. Car les témoins peuvent parfois ne pas avoir les idées claires, vous mener vers une fausse piste. Le Pokémon est-il parti vers a banque, ou vers le parc ? Ces traces rouges, laissées par une baie, emportée au passage, pourront vous mettre sur la voie…

Globalement, Détective Pikachu propose un challenge en accord avec sa cible. Si vous avez parcouru d’autres jeux du genre, vous ne resterez guère bloqués devant un mur de difficulté. Votre adorable compagnon vous donne son lot d’indices, et vous pourrez avoir recours à l’indispensable carnet d’enquête, afin de consulter autant les différentes preuves que le profil des personnages et Pokémon croisés. Et n’ayez crainte de passer à côté d’un élément important, car la caméra se charge de rendre le terrain de jeu limpide. Des scrollings efficaces, pas de problème de point de vue à l’horizon. Seule regret : les différents QTE qui interviennent, parfois n’importe comment. On s’en serait bien passé.

Techniquement, Détective Pikachu atteint un très bon niveau, pour le support bien entendu. C’est détaillé, et l’affichage n’est jamais parasité par des baisses de framerate décelables à l’œil nu. La direction artistique figure, elle aussi, au rayon des satisfactions, tant pour l’adorable Pikachu que le reste des modèles 3D, tous précis et évidemment fidèles aux jeux canoniques de la licence. Quant à la durée de vie, elle  est très surprenante, à la fois pour le genre et compte tenu de la cible visée. On redoutait un jeu court, il n’en est rien ! Il vous faudra une bonne douzaine d’heures pour en voir le bout. Par contre, une fois terminé, rien ne pousse à s’y replonger : pas de bonus, et aucun élément à collectionner. Un one shot, donc.

Note : 14/20

Détective Pikachu s’adresse nettement aux enfants, qu’ils connaissent parfaitement les différents jeux de la licence ou non. Le scénario ne décolle jamais réellement, mais il s’attache à garder avec lui la cible, qui sera ravie de suivre des aventures mystérieuses auprès d’une mascotte qui aura rarement atteint ce degré de sympathie. Et ce malgré ses bavardages nombreux. La difficulté est volontairement peu élevée, afin que les plus jeunes puissent s’amuser, ce qui nous fait écrire que le délire sera tout de même moins apprécié par les joueurs les plus expérimentés. Tout de même, ceux-là ne pourront que reconnaitre les qualités techniques du titre, et la durée de vie surprenante. Voilà une gentille balade à la saveur de douce récréation, sans grosse prise de tête.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *