[Cinéma] Silent Voice a besoin de nous tous

Si vous êtes au fait de l’actu anime, vous connaissez sans doute le phénomène Silent Voice. Dans le cas contraire, sachez qu’il s’agit d’un dessin animé japonais parmi les plus touchants vus ces dernières années, nous vous préparons d’ailleurs une critique de l’œuvre, d’ici quelques semaines. De par son sujet universel, le harcèlement scolaire, et les nombreuses émotions qu’il provoque, ce film a évidemment toute sa place au cinéma. D’ailleurs, il sortira le 22 août 2018, mais dans seulement 20 salles. Et ce, dans tous le territoire français. C’est peu, trop peu, et les distributeurs ont décidé de prendre le taureau par les cornes.

En effet, une campagne de financement participatif, via KissKissBankBank a été lancée (voici le lien : cliquez ici). La page, bien complète et précise, vous apportera toutes les informations nécessaires, notamment sur les femmes et hommes qui se cachent derrière la création, la réalisation, et la distribution. Mais pour quoi faire, vous demandez-vous ? Le but est de multiplier les salles qui diffuseront Silent Voice. Et ce de manière significative : de 20 à 50 ! Plusieurs paliers existent, peuvent être atteints, mais pour cela il va falloir montrer que le public fan d’animation est concerné par cette bien noble cause. Noble car, en plus du message porté par l’œuvre, une partie de l’argent sera versée à une association de sensibilisation au harcèlement.

Enfin, on attire votre attention sur les nombreuses contreparties, imaginées et surtout budgétées par la boîte de distribution, Art House Films. Cela va de 10 euros, pour une place, 1000 euros et plus, pour un programme surréaliste. Entre les deux, on compte bien des stades, et quelques surprises vous attendent. Cette campagne n’a pas été lancée à l’aveugle, et ça se ressent. De quoi joindre le geste engagé, voire militant, à l’agréable.

Histoire

Shoko Nishimiya est une élève douce et attentionnée. Chaque jour, pourtant, elle est harcelée par Shoya Ishida, car elle est sourde. Dénoncé pour son comportement, le garçon est à son tour mis à l’écart et renvoyé de l’école… Des années plus tard, il apprend la langue des signes… et part à la recherche de la jeune fille.

/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *