[Test – BR] Frayeurs – Artus Films

Caractéristiques

  • Titre original : Paura nella città dei morti viventi
  • Réalisateur(s) : Lucio Fulci
  • Avec : Catriona MacColl, Christopher George, Carlo De Mejo, Antonella Interlenghi, Giovanni Lombardo Radice
  • Editeur : Artus Films
  • Date de sortie Blu-Ray : 20 novembre 2018
  • Date de sortie originale en salles : 1980
  • Durée : 92 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4/5

Après L’Enfer des Zombies, Selle d’Argent et L’Au-delà, Artus Films nous livre Frayeurs, un autre film signé Lucio Fulci. Le master 2K est plus qu’honorable : il apporte un confort de découverte très évident. La définition reste élevée tout du long, les imperfections ont pris la poudre d’escampette, et le tout présente une belle stabilité. Reste tout de même que les plus pointilleux relèveront une ou deux retenues, comme un piqué qui façonne une précision inégale, et quelques plans un peu lisses. Seulement, l’on se doit de souligner qu’il s’agit de la plus beau des résultats disponibles pour ce long métrage, dépassant ceux sortis outre-Atlantique. Notons, enfin, que le format 1.85 d’origine est respecté.

Son : 4/5

Frayeurs est disponible en deux pistes : française et italienne. Toutes les deux en DTS-HD 2.0. On ne peut que vous conseiller de vous diriger vers la seconde option, bien plus juste dans l’intonation du doublage. Celui de la VF vire parfois vers un rendu nanar très contre-productif. Les deux, cependant, proposent un résultat de belle qualité. Le mixage, tout de même, réserve plus de détails dans la version d’origine.

Bonus : 5/5

Artus Films propose un packaging de grande qualité, avec un livre intégré, intitulé Frayeurs : une porte vers l’univers tentaculaire de H.P. Lovecraft, et signé Lionel Grenier. Il faut souligner ce gros effort de la part de cet éditeur, décidément du genre à gâter les cinéphiles. Ensuite, ce sont 105 minutes de modules qui vous attendent. Sous le cimetière est un entretien avec Massimo Antonello Geleng, responsable des décors et costumes. Lequel retrace son expérience avec le réalisateur, pas toujours roses, surtout en début de production. La ville des morts vivants donne la parole à Giovanni Lombardo Radice, l’acteur qui est au centre de l’un des effets gores les plus connus du long métrage. Ici, on se régale d’anecdotes sur le tournage, notamment concernant la nature très « bon vivant » d’une des actrices. Personne ne verra jamais ce film est une interview de Catriona McColl, l’un des visages les plus connus des amateurs du réalisateur. Elle nous en dit plus sur son travail avec le metteur en scène transalpin, et revient sur les conditions de tournage, par exemple la séquence des vers. Enfin, Lionel Grenier, fondateur du site luciofulci.fr, anime Voyage au bout de la peur, certainement le module le plus pointu, qui offre un vrai apport informatif. Enfin, la galette propose aussi des bandes originales et un diaporama.

image film frayeur
Cette image n’est pas représentative du master utilisé par Artus Films.

Synopsis

Dans le cimetière de Dunwich, un prêtre se suicide par pendaison, ce qui a pour conséquence d’ouvrir les portes de l’enfer, et de libérer les morts-vivants sur terre. Lors d’une séance de spiritisme, la jolie Marie succombe d’effroi après avoir reçu la vision de la mort du prêtre. Mais elle n’est pas vraiment morte, et est sauvée de justesse, avant sa mise au tombeau, par Peter, un journaliste. Les deux se rendent alors à Dunwich : il faut refermer les portes de l’enfer avant la Toussaint, dans trois jours. S’ils échouent, les morts sortiront de leurs tombes et envahiront la terre.

Le film

Notre critique de Frayeurs sera en ligne très prochainement.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *