[Critique] Retour à Zombieland : Une bonne double dose ?

Caractéristiques

  • Titre original : Zombieland: Double Tap
  • Réalisateur(s) : Ruben Fleischer
  • Avec : Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Abigail Breslin, Emma Stone, Thomas Middleditch, Zoey Deutch, Rosario Dawson et Luke Wilson.
  • Distributeur : Sony pictures france
  • Genre : Comédie, Epouvante-horreur, Action
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 105 minutes
  • Date de sortie : 30 octobre 2019

On prend les mêmes…

Il y a dix ans sortait en salles un petit film du nom de Zombieland. Comédie d’horreur qui a connu son petit succès critique et au box office (102 millions de dollars récoltés pour un budget de 23 millions). Depuis, tout le monde attendait la suite mais, entre les plannings des acteurs et du réalisateur, cela semblait compliqué. Et nous voila donc après toutes ces années d’attentes avec cette suite, intitulée Retour à Zombieland, qui arrive enfin au cinéma.

Une décennie est passée depuis l’apocalypse des zombies. Notre famille dysfonctionnelle composée de Colombus, Wichita, Little Rock et Tallahassee s’est installée à la Maison Blanche. Le problème est que Little Rock a bien grandi et elle voudrait bien chercher des survivants de son âge pour avoir une vie un peu plus “normale”. S’ensuit un road-trip à travers les USA plein de rebondissements.

Le scénario de Rhett Reese, Paul Wernick (tous deux scénaristes du premier opus, de Deadpool et Deadpool 2) et de Dave Callaham (Godzilla) nous ramène dans le monde de Zombieland. Evidemment, certaines choses ont évoluées en dix ans. Pas uniquement les relations entre nos personnages, qui ici seront plus approfondies, tout en faisant en sorte que chacun ait sa place.

Colombus et Wichita sont en couple depuis longtemps et l’évolution de cette relation va être mise à mal. Little Rock a des envies d’évasion et d’émancipation et Tallahassee veut protéger cette dernière, la considérant encore comme une petite fille. Tout ceci va nous amener à un road trip des plus amusants. Aussi, le monde a évolué et donc les zombies aussi. De nouvelles classes de morts-vivants font leur apparition. On vous laisse les découvrir car certaines sont hilarantes. En plus de ça, on découvre un peu plus le monde dans lequel évolue nos héros et, bien sûr, on va découvrir de nouveaux lieux et survivants.

Parmi les nouveaux personnages, on s’attardera surtout sur le personnage de Madison. Une blonde écervelée qui servira de running gag hilarant du film. Sans oublier Albulquerque et Flagstaff, qui sont uniquement présents pour nous offrir deux scènes géniales. Même si la surprise du premier opus est passée, on prend plaisir devant cette histoire qui va au bout de ses thèmes, principalement en ce qui concerne la famille.

L’univers est bien étendu comme il faut. Mais surtout, l’humour est tout aussi présent. Un humour qui fait toujours mouche. On avait peur que la plupart soient calqués sur le premier film, mais il n’en est rien, même s’il y a quelques rappels à celui-ci. Il y a d’ailleurs quelques références à d’autres œuvres post-apocalyptiques zombiesques comme Shaun of the Dead ou encore The Walking Dead, pour ne citer qu’eux. Il faut aussi souligner que l’humour du film — répliques ou gags — est assez diversifié pour fonctionner à chaque fois. Le long-métrage, comme pour Zombieland, ne se prend pas au sérieux, pour notre plus grand plaisir.

…et on recommence !

image ruben fleischer retour à zombieland

Concernant la réalisation, Ruben Fleischer s’en sort mieux que sur Venom. Ses cadrages sont plus travaillés. Nous offrant même un faux plan séquence hilarant. On sent clairement qu’il a aimé retourner dans cet univers et le plaisir est partagé. Il est bien aidé par la photo de Chung-Hoon Chung (Ça) qui garde bien, visuellement, l’atmosphère du premier film. David Sardy revient à la composition musicale et, là aussi, il maintient bien la cohérence avec Zombieland, sans que le résultat soit pour autant exceptionnel. Le rythme du long-métrage est bon, on ne s’ennuie pas une seconde. Les rebondissements sont nombreux et l’humour nous permet de passer un très bon moment. Seul petit bémol côté technique : certains effets spéciaux qui passent assez mal, dont quelques explosions de têtes numériques.

Côté casting, Woody Harrelson (Solo: A Star Wars Story), Jesse Eisenberg, Abigail Breslin, Emma Stone (La Favorite, La La Land) retrouvent leurs personnages avec plaisir. Le premier est toujours aussi exubérant, le second toujours autant investi dans son rôle. Le personnage interprété par Breslin, Little Rock, est celui qui connait la plus grande évolution. On sent que la jeune actrice a évolué autant que son double à l’écran. Stone est excellente, comme à son habitude. Le personnage de Rosario Dawson est un bon ajout à l’univers.  Luke Wilson et Thomas Middleditch ont peu de temps à l’écran, mais leurs scènes sont excellentes, avec un très bon timing comique. Mais surtout, on retiendra la performance hilarante de Zoey Deutch, dans le rôle de Madison, qui, en plus d’illuminer chacune de ses scènes, nous prouve tout son talent en comédie. Chacune de ses apparitions est un délice.

Au final, Retour à Zombieland est une suite aussi bonne que le premier opus. Le film développe bien l’univers et les personnages, le tout avec un humour qui fait mouche à chaque fois. L’attente valait-elle le coup ? Clairement.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *