[Test – Blu-ray] La Malédiction de la Dame Blanche – Warner Bros France

Caractéristiques

  • Titre original : The Curse Of La Llorona
  • Réalisateur(s) : Michael Chaves
  • Avec : Linda Cardellini, Raymond Cruz, Patricia Velásquez, Marisol Ramirez, Sean Patrick Thomas
  • Editeur : Warner Bros France
  • Date de sortie Blu-Ray : 21 Août 2019
  • Date de sortie originale en salles : 17 avril 2019
  • Durée : 93 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4,5/5

La Malédiction de la Dame Blanche a été tourné en numérique (Red Weapon). Et le blu-ray, au format respecté 2.40:1, est très bon, mais imparfait. La définition reste excellente la plupart du temps. Les détails sur les visages, costumes ou décors sont remarquables. Seuls quelques plans, voir une scène, celle du corridor au début du film, perdent en définition avec l’apparition d’un grain numérique assez prononcée. Dommage. Les couleurs, il y en a peu, son belles et saturées comme il faut. Les contrastes et les noirs sont excellent, mais sur un blu-ray 4K tout cela auraient pu être encore mieux, étant donné la nature visuelle du film. Dommage que l’éditeur ne gratifie pas d’une sortie en UHD. La profondeur de champ se révèle très bonne. Durant le visionnage, quelques saccades ou artefacts, très légers, ont été détectés mais rien de bien grave. Cela ne gêne pas le visionnage. Le débit moyen image est bon: 23,2 MBPS.

Son : 3,5/5

Warner Bros France (Shazam!, La Grande Aventure LEGO 2) nous offres une piste anglaise en Dolby Atmos (compatible Dolby True HD 7.1). Une bien belle piste puissante, précise, bien répartie et ample avec quelques bons effets rotatifs pour faire sursauter le spectateur. Les dialogues s’avère clairs. La musique et les effets passent par tous les canaux. Le caisson de basse est aussi extrêmement bien utilisé. Une piste immersive à souhait. Le débit moyen de la piste VO est bon: 3,5 MBPS avec des montées à 6,2 MBPS.

L’éditeur nous propose aussi une autre piste anglaise, et une piste française en Dolby Digital 5.1. Celles-ci sont assez puissantes, bien réparties mais manque cruellement de précision et d’amplitude à cause de leurs compressions. Les dialogues sont clairs pour la VO. Le volume du doublage français est au niveau, et s’incorpore bien au mixage original. Les effets et la musique passent bien par les cinq enceintes, et le caisson de basse reste bien utilisé. Dommage pour la piste française, l’éditeur nous habitué à mieux de ce côté là. Le débit moyen/max des pistes en Dolby Digital 5.1 est de 448 KBPS.

Bonus : 2,5/5

  • Le mythe de la Dame Blanche (2′)
  • Derrière la malédiction (9′)
  • La création d’un monstre de cinéma (5′)
  • Scènes coupées (11′)
  • Storyboards (17′)

Le mythe de la Dame Blanche est une featurette de deux minutes dans laquelle les acteurs d’origines hispaniques reviennent sur le mythe de la Llorona dans leur floklore. Sympathique mais vraiment trop court. On aurait aimé en apprendre d’avantage sur cette légende. Derrière la malédiction est le making of du film, d’une durée de neuf minutes. Du scénario, au tournage, à l’implication de James Wan, les décors, tout est survolé très légèrement. Dommage. La création d’un monstre de cinéma est un module de cinq minutes revenant sur la création du démons. De la performance et du choix de l’actrice, au maquillage et au costume, tout y passe. Un bonus court mais complet. Viennent ensuite les traditionnelles Scènes coupées. Certaines s’avèrent des versions longues de scènes du film. En tout, nous avons six scènes pour une durée totale de onze minutes. Elles n’apportent rien de particulier à l’histoire et ont bien fait d’être éliminées du montage final. Enfin, nous avons Storyboards. Un bonus de dix sept minutes qui nous permet de découvrir sept séquences du film avec en split screen le storyboard. Un ajout sympathique, car on peut comparer le travail préparatoire et le résultat final.

image critique la malediction de la dame blanche

Conditions du test

  • TV 4K UHD Sony Bravia KD49XF7077SAEP
  •  Lecteur Blu-ray  Sony BDV-E2100
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Los Angeles, années 1970. La Llorana hante la nuit… et les enfants. Ignorant les avertissements d’une mère soupçonnée de violence sur mineurs, une assistante sociale et ses enfants sont projetés dans un monde surnaturel des plus effrayants. Pour espérer survivre à la fureur mortelle de la Llorana, leur seul recours est un prêtre désabusé et ses pratiques mystiques destinées à repousser les forces du mal… à la frontière où la peur et la foi se rencontrent… Méfiez-vous de ses pleurs glaçants… Elle est prête à tout pour vous entraîner vers les ténèbres. Car sa douleur ne connaît pas de répit – son âme tourmentée n’a pas droit au repos. Et il n’existe aucun moyen d’échapper à la malédiction de la Llorana.

Le Film

Retrouvez aussi notre critique de La Malédiction de la Dame Blanche.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *