[Test] Conception Plus : le remaster d’un JRPG plutôt intéressant

Caractéristiques

    • PlayStation 4
  • Développeur : Spike Chunsoft
  • Editeur : Spike Chunsoft
  • Date de sortie : 8 novembre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Le premier Conception débarque en Europe avec un remaster

image test conception plus
Le casting féminin de Conception Plus est vaste…

 

Le fait de voir le concept de remaster, voire de remake, avoir le vent en poupe a un effet secondaire amusant : des éditions de jeux parfois totalement oubliés. On peut citer le récent The Alliance Alive HD Remaster, RPG japonais de qualité mais passé inaperçu à l’époque de sa première sortie. Les éditeurs s’engouffrent dans cette mouvance et, pour le test que nous vous livrons aujourd’hui, c’est Spike Chunsoft qui se lance dans le grand bain. Au programme, Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars, qui nous propose de redécouvrir un JRPG paru en 2012, sur PSP et uniquement au Japon. Le voir arriver en Europe, distribué par Numskull Games, est donc une bonne nouvelle pour tous les fans du genre, même si le soft n’est pas parfait.

Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars met le paquet sur son histoire. Celle-ci se veut aussi développée qu’agréable à suivre, avec ce qu’il faut d’éléments parfois délirants. Tout commence, d’ailleurs, par une ouverture pour le moins surprenante : Mahiru, la cousine de notre avatar, Itsuki annonce à ce dernier qu’elle est enceinte. La bizarrerie, c’est que la jeune femme affirme être encore vierge. C’est alors que le duo est aspiré par une vive lumière, qui les propulse jusque dans le monde de Granvania, dont l’équilibre est mis à mal par des impuretés dont les origines vont se préciser petit à petit. Toujours est-il qu’Itsuki va être perçu comme un envoyé céleste, celui qui a le pouvoir de régler la situation. La problématique se veut assez classique, mais il s’en dégage une sorte d’humour séduisant. Aussi, sachez que la narration est omniprésente, on peut même parfois parler de Visual novel, tant certaines phases dialoguées peuvent s’éterniser. Ce n’est pas un mal, car le scénario sait réserver quelques petites surprises. Par contre, il faut signaler que les sous-titres sont exclusivement proposés en anglais, et un bon niveau de compréhension est conseillé.

De fil en aiguille, et sans trop rentrer dans les détails pour ne rien spoiler, Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars va vous demander de parcourir potentiellement douze labyrinthes. Chacun est évidemment lié à l’une des filles qui provoquent le sous-titre de ce soft. Vous la voyez venir, cette petite saveur Persona ? Elle se confirme rapidement : ces donjons sont aussi le moyen d’en apprendre plus concernant ces personnages, et ce schéma s’avère toujours aussi séduisant. Ajout de ce remaster : une treizième jeune femme, Alfie, entraine un labyrinthe totalement exclusif à cette édition. Bonne nouvelle : il est de très bonne qualité. Et pour continuer à faire un parallèle avec Persona, l’aventure est agencée par un calendrier, mais il n’a finalement que peu d’intérêt : votre cheminement n’est pas menacé par une date butoir. Aller, il faut encore un point commun avec la série d’Atlus ? Très bien, ce sera la petite dimension de drague (ou dating sim), assez mignonne tant elle distille un peu de matière sexy sans trop en faire.

Quelques nouveautés qui font de l’effet

image gameplay conception plus
Les ennemis sont visibles à l’écran, avant la mise en place de la bataille.

L’une des meilleures idées de Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars, c’est sans doute la mécanique de Star Children. Par ce biais, Itsuki et l’un des douze étoiles du titre effectuer un rituel, et finalement choisir une classe pour l’enfant qui nait de cette « union », avant qu’il ne rejoigne l’équipe. Celle-ci pourra compter quatre renforts. Et, pour plus de confort, le joueur peut monter trois groupes, histoire de faire face à toutes sortes de situations. C’est ici que l’intérêt de chercher à développer les relations avec les différentes filles se fait utile : plus vous développez ces liens (décidément, c’est à la mode en ce moment), et plus le résultat sera puissant dans ses caractéristiques. Le fait de voir les efforts consentis dans la partie dating sim donner de bons fruits pour l’exploration de donjon est clairement une satisfaction, cela accouche d’une cohésion globale séduisante.

Pour ce qui est des combats, Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars continue à positivement nous étonner, su moins en partie. On fait face à un bon gros tour par tour, assez classique dans les options proposées (attaque, objet etc) mais un peu moins dans l’action des personnages. L’ennemi figure au centre du champ de bataille. Imaginez qu’autour de l’opposant se trouve un cercle, divisé en plusieurs parties : le joueur va pouvoir décider de l’endroit à partir duquel lancer l’offensive. Ce n’est pas une capacité anodine, car les adversaires réservent tous un talon d’Achille qu’il va falloir trouver et exploiter. Une petite touche de stratégie donc, ajoutée à la batterie de mécaniques habituelles, comme les effets élémentaires. On a aussi droit à une jauge pour lancer une attaque combinée, et un coup surpuissant faisant appel à l’intégralité d’un groupe. Signalons ici que cette édition embarque une option de combat automatique, et ce n’est pas de refus : on regrette que le soft ne propose, au final, que peu de genre d’ennemis, et l’on se retrouve assez rapidement à répéter les mêmes stratégies.

Tout cela forme une durée de vie bien solide, qui dépasse amplement la soixantaine si vous cherchez à ne pas vous contenter de l’histoire principal. Techniquement, Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars ne se contente pas de porter le jeu sorti sur PSP, rassurez-vous. Cela reste assez daté dans le rendu, quelques textures vont vous ramener au début de la décennie 2010, mais le résultat reste tout de même assez confortable pour ne pas s’arracher les yeux de détresse. Par contre, les environnements manquent clairement de vie, d’animation. Le character design tire plus vers The Caligula Effect Overdose que vers Persona 5, mais cela reste plaisant. Enfin, les musiques, signées Masato Kouda (qui a participé à l’ambiance sonore de Monster Hunter World), parviennent à bien relever l’univers, avec des notes globalement enjouées et entrainantes. Sachez que les doublages japonais originaux sont de la partie, ce qui est toujours une excellente chose.

Note : 14/20

Conception Plus : Maiden of the Twelve Stars n’est certes pas un grand RPG japonais, il n’en reste pas moins une sortie que nous chérissons. Elle contribue à l’arrivée, en Europe, de clones de Persona, un sous-genre assez répandu sur l’Archipel et intéressant à plus d’un titre. On apprécie de voir le côté date sim avoir une incidence sur le gameplay et l’histoire, si elle reste légère, ravira les amateurs de récits parfois délirants. Par contre, on relève des combats répétitifs, un manque de vie dans les labyrinthes, et l’on regrette que les sous-titres ne soient pas proposés en français. Tout cela forme tout de même une expérience à tenter, surtout si vous appréciez le genre.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *