image couverture start la grande histoire des jeux vidéoObserver la montée en puissance de la culture vidéoludique est quelque chose de fascinant. Si nous ne sommes pas, non plus, de vrais vieux de la vieille (ndlr : l’auteur de ces lignes a quand même commencé sur Amstrad CPC 6128, inutile de le cacher !), notre passif est tout de même assez important pour être témoin d’une progression à couper le souffle. Si, de temps en temps, quelques médias, surtout télévisés (bizarre, bizarre), se rappellent au mauvais souvenir des clichés les plus déprimants, on peut dire que le travail de mise en avant de ce média est bien organisée. L’une des plus belle preuve est cette forte tendance de voir l’histoire vidéoludique devenir le sujet de parutions littéraires, qu’elles soient produites par de petites mais compétentes structures (lire notre article sur « Games History : l’histoire des jeux de plates-formes« ), ou par de grande maisons d’édition ayant pignon sur rue. L’ouvrage qui nous intéresse ici, « Start !« , est publié aux Éditions de La Martinière, c’est dire si le jeu vidéo est dorénavant au centre des attentions.

Une grande maison d’édition certes, mais il fallait une plume capable de bien rendre toute la puissance du sujet de l’ouvrage : l’évolution du jeu vidéo à travers les âges, rien que ça. L’homme aux commandes, c’est Erwan Cario, l’un des journalistes qui représente le mieux notre passion dans les grands médias. Animateur du podcast hebdomadaire « Silence On Joue !« , il est celui qui écrit sur le jeu vidéo dans le journal Libération, mais aussi sur la version Web. Si l’on ajoute que le sieur Cario a déjà l’expérience de l’écriture d’un ouvrage complet, avec « L’Année du Jeu Vidéo 2004 » (paru chez Calmann-Lévy), on peut se dire que « Start ! » ne sort pas de nulle part.

Après cette présentation des forces en présence, rentrons dans le vif du sujet. Sur la (magnifique) couverture de « Start !« , le sous-titre est d’une importance capitale : La grande histoire des jeux vidéo. Il y a là tout ce qui va défiler tout au long de ces 248 pages, le parcours du média mais sous le prisme de l’éminence. Les périodes majeures, les jeux les plus décisifs pour le destin de l’industrie, voilà ce qui fait la sève de cet ouvrage importantissime, pensé comme une porte d’entrée complète vers un média aux innombrables anecdotes. Nous sommes, donc, loin d’une oeuvre encyclopédique, complétiste (les fans de la Neo-Geo en seront pour leur frais, mais l’auteur justifie cette absence dès l’intro), mais plus proche d’un témoignage légué. De Tennis For Two (non, Pong n’est pas le premier soft de l’histoire) à Heartstone, Erwan Cario réussit l’exploit de nous faire ressentir la montée en puissance du média en n’oubliant aucune grande ligne.

image erwan cario start la grande histoire des jeux vidéo

On l’aura compris, « Start ! » adopte un parti pris courageux, celui de nous faire traverser les âges, les faire connaître pour mieux savoir vers quel destin se tourne le jeu vidéo. La construction de ce parcours est d’une telle qualité que le lecteur a l’impression de visiter une exposition. On se balade dans ces belles pages, ornées d’illustration savamment choisies (mais sur certains cas peut-être un poil petites), en apprenant plus ou moins de choses, selon votre niveau de connaissances, mais surtout en comprenant où va l’auteur. Les textes se lisent aisément et contiennent juste ce qu’il faut de précisions pour être à la fois complet, pour les gamers, et facile d’accès, pour un public qui découvre le média. La plus grande réussite de « Start ! » se situe là : l’ouvrage est utile à tous, indispensable à n’importe quelle collection.

Long de 248 pages, « Start ! » se dévore à une vitesse assez hallucinante. Fluide, l’ouvrage s’explore dans les moindres détails, et ce jusqu’à la liste finale des 257 jeux auxquels il faut avoir joué. Au final, plusieurs constats sont à tirer. Tout d’abord, Erwan Cario, certainement conscient de sa mission de transmission, évite toute nostalgie. « Start ! » ne tire pas cette ficelle, que l’on apprécie au demeurant, mais qui n’aurait pas sa place au sein d’un beau livre se voulant Bible. L’œuvre exprime le besoin de faire comprendre que le jeu vidéo est un média adulte, et non plus adolescent, qu’il a atteint l’âge de raison, à travers toutes sortes d’événements, d’avènements et de chutes. Le contenu est assez bien pensé pour pouvoir résumer des dizaines d’années d’histoires, sans pour autant noyer le lecteur un peu « noob » sous des tonnes d’informations. L’ouvrage donne envie, d’ailleurs, de se plonger dans les histoires moins en vues qui recèlent d’anecdotes croustillantes. Du pain béni pour la culture jeu-vidéo, donc.

Terminons en précisons que cette « V3 » de « Start ! » contient 24 pages de plus, afin d’étayer les années que l’on vient de vivre. Aussi, soulignons la qualité d’édition de ce beau livre qui, en plus d’être un ouvrage incontournable, est aussi une belle pièce à exposer. La couverture, habitée par un alien de Space Invaders, l’une des figures les plus typiques du jeu-vidéo, est d’une classe à toute épreuve. Bien des qualités, mais aussi un regret concernant les photos, parfois trop petites, mais surtout quelquefois étrangement placées. Mais rien qui puisse faire oublier que l’on se trouve face à un objet de qualité, qui renferme assez de savoir pour s’imposer comme un ouvrage de référence pour aborder le jeu vidéo, dans un ensemble historique et pédagogique clair. A posséder de toute urgence.

« Start !« , un beau livre signé Erwan Cario. Editions de La Martinière, réédition 2016, 248 pages, 21 x 27 centimètres, 29.90 €. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato