article coup de coeur

[Critique] Les mathématiques des Simpson – Simon Singh

image couverture les mathématiques des simpson simon singh éditions télémaqueLes essais sur les séries sont aujourd’hui légion, de sorte qu’on en trouve, en français ou en anglais, sur toutes sortes de programmes, des plus pointus aux plus populaires, et surtout, selon tous les angles possibles et imaginables : esthétique, philosophique, psychologique, religieux… Mais on n’avait encore jamais, jusque-là, vu d’essai se proposant de décrypter les références mathématiques au sein d’une série telle que Les Simpson, d’où notre immense curiosité à l’égard du livre de Simon Singh, journaliste scientifique anglais et docteur en physique nucléaire, dont le quart de couverture annonce : « Il y a tellement de références mathématiques dans la série et son dérivé, Futurama, qu’elles pourraient former la base d’un cours universitaire. » 

Des références et un humour sophistiqués

A bien y réfléchir, pour surprenant que puisse paraître ce sujet de prime abord en tant que spectateur non initié aux subtilités mathématiques, cette accroche n’est pas forcément absurde : le personnage de Lisa Simpson, « l’intello » de la famille, ne fait-elle pas appel aux statistiques, dans un épisode, pour permettre à son équipe de baseball de remporter des matchs ? Sans oublier un segment marquant de l’épisode d’Halloween « Simpson Horror Show VI » (1995), »Homer3″, où Homer se trouve propulsé dans un univers en trois dimensions. En convoquant nos souvenirs, de nombreux exemples nous viennent ainsi à l’esprit, dont certains semblent basés sur un humour absurde. Cependant, la lecture des Mathématiques des Simpson, paru chez les éditions Télémaque en novembre dernier, aura tôt fait de nous démontrer qu’aucune des nombreuses références mathématiques peuplant cet univers n’a été laissée au hasard : chacune a été mûrement réfléchie par des scénaristes dont la spécialité première sont justement… les mathématiques.

Nous apprenons ainsi que pas moins d’une demi-douzaine des auteurs des Simpson possède une licence, maîtrise ou doctorat en mathématiques voire en physique. Tous ont abandonné leur carrière scientifique, après de brillantes études, pour devenir auteurs de comédie et s’en donnent à coeur joie, depuis une vingtaine d’années, parsemant de références souvent ultra-pointues de nombreux épisodes. Vous vous souvenez de ce passage dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002), où des hiéroglyphes apparaissent ? Alain Chabat avait révélé, par la suite, qu’il s’agissait de hiéroglyphes véritables signifiant : « Si vous pouvez lire ça, vous êtes un égyptologue ». Le genre de blague qui ne fera rire qu’un nombre ultra-limité de personnes. Et bien, les références mathématiques des Simpson et Futurama fonctionnent souvent sur un principe similaire.

Chaque équation présentée dans la série, même dans un contexte qui peut sembler totalement absurde (Homer remplissant un tableau de calculs complexes pour l’une de ses inventions et dessinant un doughnut qu’il transforme en sphère en le grignotant), possède un sens et, souvent, contient une blague que seuls les initiés seront à même de décrypter. Ces nombreuses références favorisent également, parmi les fans geeks et nerds de ces deux séries, le recours à l’arrêt sur image pour avoir le temps de lire et déchiffrer ces petites blagues parfois très furtives.

Un essai qui ne s’adresse pas qu’aux nerds

S’adressant aussi bien aux spectateurs lambda qu’à ceux ayant un certain bagage en sciences et mathématiques, Les mathématiques des Simpson de Simon Singh décrypte pour nous ces nombreuses références tout en nous présentant de nombreux concepts tels que l’équation d’Euler, le théorème de Fermat ou de Keller, le paradoxe de l’infini, etc. Chacun de ces concepts est présenté de la manière la plus claire possible, afin que le lecteur ayant arrêté les maths au lycée puisse malgré tout comprendre les blagues cachées au sein de ces références sophistiquées. Cependant, certains raisonnements mathématiques développés, calculs à l’appui, pourront paraître bien obscurs au lecteur ayant encore des souvenirs cauchemardesques de ses cours de maths ou n’ayant pas poursuivi ce cursus lors de ses études supérieures. Malgré tout, la grande force du livre est de faire en sorte que ces raisonnements, qui s’adressent principalement aux férus de maths, ne prennent pas toute la place, de sorte que le lecteur moyen puisse suivre aisément le raisonnement dans ses grandes lignes.

Le livre comporte également de petits examens d’humour mathématique, avec des blagues allant du relativement simple au plus sophistiqué et qu’il s’agit de parvenir à décrypter. Aucune explication n’est donnée en fin d’ouvrage, le lecteur doit simplement évaluer son niveau en s’attribuant des points à chaque fois qu’une blague (principalement présentées sous la forme « question-réponse ») le fait rire. On notera, cependant, que beaucoup de blagues présentées dans ces mini-sections reposent sur la langue anglaise et ne fonctionnent donc pas nécessairement très bien une fois traduites en français. Si le traducteur apporte quelques précisions en notes de bas de page, il oublie parfois de le faire : il faut par exemple traduire l’une des toutes premières blagues en anglais pour pouvoir la comprendre, celle-ci reposant sur la phonétique. Ceci n’est en soi pas très important : après tout, ces quelques pages réparties à travers l’ouvrage ne sont qu’un petit plus et les plus doués en mathématiques devraient être capables de comprendre les subtilités des termes scientifiques en anglais.

Un nouvel éclairage passionnant

image les simpson homer théorème de fermat doughnutL’essai de Simon Singh se révèle en tout cas une lecture passionnante pour un fan des Simpson, qui découvrira que l’humour de sa série animée préféré est encore plus subtil et sophistiqué que ce qu’il avait pu imaginer. La majeure partie de l’ouvrage (200 pages) est consacrée aux Simpson, tandis que les 60 pages restantes se penchent sur Futurama, également créée par Matt Groening et développée par le scénariste David S. Cohen (désormais crédité en tant que David X. Cohen). Le lecteur en apprendra également davantage sur l’écriture et la production de ces deux séries, l’auteur s’étant longuement entretenu avec un certain nombre de leurs scénaristes, dont il détaille le parcours.

Avec son angle d’approche original et totalement pertinent, Les mathématiques des Simpson ravira les fans de la série animée la plus populaire qui ait jamais existé. On y découvre des scénaristes nerds parsemant les épisodes de références complexes et sophistiquées, dont on pourra, enfin, apprécier toute la subtilité. Simon Singh, spécialisé dans la vulgarisation de sujets mathématiques et scientifiques, présente une sélection des références et blagues mathématiques les plus raffinées des Simpson, mais également de sa petite soeur Futurama, introduisant pour nous des concepts qu’il s’attache à expliquer le plus clairement possible. Parfois dense, mais toujours passionnant, cet essai se distingue ainsi des travaux plus traditionnels sur les séries télé pour nous apporter un éclairage nouveau sur un programme que l’on pensait pourtant bien connaître.

Les mathématiques des Simpson de Simon Singh, Éditions Télémaque, 2015, 302 pages. 22€

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.
/10

Réactions (2)

  1. Bonjour,
    votre article m’a beaucoup plu et j’ai donc eu envie de l’acheter pour l’anniversaire de ma soeur qui est une grande fan de cette série. Mais petite question, les énigmes mathématiques sont-elles adapté à un adolescent de 15 ans ?
    D’avance merci pour votre réponse

    1. Bonjour,

      Merci pour votre message. 🙂 En ce qui concerne les énigmes mathématiques, elles me semblent assez compliquées pour un adolescent de 15 ans. Il s’agit davantage d’un niveau fac, à mon humble avis et il faut aussi prendre en compte, comme je l’explique, le fait que quelques énigmes sont à peu près intraduisibles en français et reposent sur des jeux de mots avec des termes anglais. Je parle-là des quelques pages de tests qui sont disséminées dans le texte. Après, cette partie est assez accessoire. En ce qui concerne le gros du contenu, les différents problèmes et concepts mathématiques sont expliqués de manière relativement claire, mais certains développements peuvent s’avérer ardus, même à 30 ans, comme il est question de physique quantique ou de concepts qui ne sont pas abordés au collège et lycée.

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *