[Critique] Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté – Tracey Corderoy et Joe Berger

image ma chère grand mère le manoir hantéIl est évident, mais tout de même bon à rappeler, que l’apprentissage de la lecture se fait en plusieurs temps, grâce à des exercices qui privilégient le crescendo. Ainsi, l’éditeur expérimenté Gallimard Jeunesse propose tout un éventail d’œuvres finement pensées pour accompagner l’enfant dans sa soif d’apprendre, avec des ouvrages courts mais tout de même assez élaborées pour intéresser un bambin de six à neuf ans. C’est le cas avec cette licence « Ma Chère Grand-Mère« , qui propose un univers composé à la fois pour l’initiation à une lecture plus soutenue que les débuts de cet exercice, mais aussi un récit assez intéressant pour ne pas perdre le jeune lecteur en route.

Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté est en fait le troisième tome de la série, mais rassurez-vous car si les personnages sont bien installés, il n’est pas nécessaire de posséder les autres volumes pour comprendre l’histoire. Nous retrouvons la jeune et espiègle Milana, dont la grand-mère n’est autre qu’une sorcière aux dons pour que l’on qualifiera sans peine de maladroits. Afin de se tirer de son quotidien, le petite fille soumet l’idée d’une sortie, avec ses parents et sa mamie : alors tous au manoir de Hurlemont ! Seulement voilà, un si grand château ne pouvait qu’être un terrain de jeu parfait pour les sort d’une grand-mère décidément intenable.

Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté est donc l’œuvre de Tracey Corderoy, une auteure anglaise qui collectionne les récompense dans son pays, et dont on sent bien le talent pour la pédagogie lié à son passé de professeur. Elle ne met jamais le style devant la compréhension, mais ne fait pas pour autant sans une plume agréable à lire. Pour faire clair, Tracey Corderoy raconte une histoire facilement compréhensible pour la cible visée, tout en racontant une histoire assez développée pour ne pas ennuyer. C’est d’ailleurs aussi en ce sens que les illustrations, signées Joe Berger sont du genre indispensables. Elles habillent fort bien Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté de dessin dans un style étonnamment classieux, dans un noir et blanc que viennent casser des teintes de rose.

L’édition de Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté, signée Gallimard Jeunesse (pour la collection Folio Cadet Première Lecture), est d’un sérieux à toute épreuve. On retrouve en un clin d’œil les informations nécessaires aux parents : « Je lis tout seul » et « Niveau 2 » (donc de 6 à 9 ans, pas moins ni plus), et la police de lettres choisie est d’une clarté qui ne donne jamais le doute. La taille de la police, autre détail important, est pile ce qu’il faut pour bien accrocher le regard : pas de pattes de mouches, ni de patté décourageants. Au final, Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté est l’exemple typique de ces petits ouvrages qui accompagnent et forment les enfants à la lecture, et leur apprennent qu’il existe bien des histoires passionnantes derrières ces lettres…

Ma Chère Grand-Mère : le manoir hanté, un livre jeunesse écrit par Tracey Corderoy, illustré par Joe Berger, et traduit de l’anglais par Cyrielle Ayakatsikas. Aux éditions Gallimard Jeunesse, collection Folio Cadet Premières Lectures, 48 pages, 5.50 euros. De 6 à 9 ans. Sortie le 2 juin 2016.

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *