[Critique] Là-Bas – Leonardo Patrignani

image la-basUn voyage astral au pays du deuil

La littérature adolescente est clairement une offre qui a explosé ces dernier temps, il suffit de se balader chez un libraire, ou une grande surface, pour se rendre compte de l’heureuse santé de cette catégorie. Seulement, il est certain qu’avec cette recrudescence d’ouvrages il est de plus en plus difficile d’y voir clair, et les ados risquent parfois de se perdre dans des lectures pas toujours qualitatives. Ainsi, nous allons mettre l’accent sur cette littérature dans les prochains mois, et cette fois-ci nous abordons Là-Bas, de l’auteur italien Leonardo Patrignani.

Là-Bas nous raconte l’histoire de Veronica, une jeune fille de 18 ans qui vit à Milan avec sa mère. Tout se passe bien dans dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où un déséquilibré tue froidement la maman de Veronica, sous ses yeux, au court d’un hold-up. La vie de la jeune fille est alors dévastée : un deuil plus qu’ignoble, l’abandon de ses études, et l’apprentissage du monde professionnel pour gagner sa vie, tout se complique fatalement. Un an plus tard, Veronica s’en sort en apparences mais n’envisage de survivre que dans la solitude lorsqu’une expérience nocturne va redistribuer les cartes. En effet, elle vit une expérience troublante : elle croit dur comme fer avoir assister à l’explosion de la station de service près de chez elle. Ne sachant trop bien comment interpréter cela, Veronica va alors être confronté à la terreur : la télé diffuse des images de la catastrophe qui s’est bel et bien produite. Elle a à peine le temps de se poser des questions que d’autres cauchemars l’assaillent, alors que l’absence de sa mère se fait sentir de plus en plus fort…

Là-Bas est un roman fantastique qui aborde le sujet des voyages astraux, phénomène jamais vérifié avec fiabilité et intimement lié aux expériences de mort imminente dont raffolent les adorateurs de théories plus ou moins farfelues. Mais si, dans la « vraie » vie, ce genre d’hypothèses peuvent faire sourire, elles trouvent un écho indéniable dans les arts, et plus précisément au cinéma ou en littérature. Le récit de l’ouvrage ici traité est plutôt simple, carré pour être plus précis, et préfère ancrer son histoire dans un réalisme salvateur plutôt que dans une ambiance qui tenterait de nous faire adhérer au présumé phénomène de voyage astral.

Un crescendo surprenant

Leonardo Patrignani, l’auteur de Là-Bas, est par ailleurs soucieux d’avant tout construire son héroïne, ce qui peut tout de même interloquer tant il le fait au risque de parfois ralentir le récit. Les états d’âme de Veronica, bien que dramatiquement compréhensibles, s’étalent parfois un peu trop longuement, sont aussi trop répétitifs, même si l’on comprend que le but est d’instaurer une sorte de relation de cause à effet. Une volonté qui fonctionne mieux quand l’écrivain déploie véritablement son intrigue, notamment avec l’entrée en scène d’un élève médecin qui va enfin mettre les pieds dans le plat et faire basculer Là-Bas dans la catégorie des bons livres jeunesse à suspens. Car beaucoup d’éléments dans ce roman fantastique attirent la sympathie : le style de Leonardo Patrignani est assez bien maîtrisé pour créer un crescendo, le côté surnaturel est intentionnellement traité plutôt rationnellement en fin de compte, et surtout les thèmes abordés (le rapport à la mort, au deuil) ne le sont pas tous les jours dans la littérature pour ados.

Là-Bas se termine par ailleurs avec une certaine délectation, le suspens grandit assez pour nous pousser dans un élan jamais feint. Voilà un roman certes imparfait, surtout dans son premier tiers, mais qui se rattrape largement par la suite pour mieux livrer une histoire pas spécialement surprenante mais aux qualités narratives intéressantes. Les rapports entre les personnages ne sont jamais caricaturaux (ce n’est pas le cas dans certaines œuvre qui ciblent les adolescents), et Leonardo Patrignani réserve assez de dose « fantastique » pour que la lecture soit plaisante, voire bien captivante sur le dernier tiers. Là-Bas peut, donc, être emporté dans les valises cet été par votre ado, sans aucun mal.

Là-Bas, un roman de Leonardo Patrignani, traduit par Nathalie Nédelec-Courtès. Aux éditions Gallimard, collection Scripto, 448 pages, 15.90 euros. Dès 14 ans. Paru le 19 mai 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *