[Critique] Le maître des tapis – Olivier Bleys et Alexis Nesme

image couverture maitre tapisUn récit simple et onirique magnifiquement mis en image

Alors que Noël approche à grand pas, il est toujours bon de rappeler à quel point la littérature jeunesse peut aider à construire l’ambiance féérique idoine à cette période de l’année. Les contes, par exemple La princesse qui ne riait jamais, sont tout indiqués, et aujourd’hui nous allons aborder une œuvre qui s’inspire de ces écrits russes dont la puissance des sentiments n’a que peu d’égal à travers le monde. Elle est le fruit d’un travail occidental, intitulé Le maître des tapis, signé par un duo formé par Olivier Bleys et Alexis Nesme.

Le maître des tapis raconte l’histoire de Fedor, un marchand de tapis qui cache plutôt bien une spécificité étonnante. En effet, grâce à un don pour la magie, il transforme un de ces rectangles de tissu en un formidable véhicule volant ! Seulement, les temps se font durs, et les tapis ne se vendent plus comme auparavant. Las, Fedor pense à la retraite, mais lui qui a une femme qu’il aime, Irina, et une magnifique fille très douée pour le tissage, Katia, n’a pas d’héritier qui puisse prendre son relais. C’est alors que le destin lui fait croiser la route de Danil, un jeune braconnier dont la tête est mise à prix pour avoir tué le lévrier favori de Nazar Alymoff, boyard du Rostomir. Et celui-ci n’a pas l’intention de pardonner au jeune homme.

Olivier Bleys, dont certains travaux ont déjà été récompensés, délivre avec Le maître des tapis une histoire emprunte de ce froid hivernal qui a tendance à réchauffer les cœurs. Avec son intrigue simple à aborder, mais pas dénuée d’un certain onirisme, l’auteur nous transporte dans une Europe de l’Est enneigée, et nous raconte une histoire d’amitié, de confiance, mais aussi légèrement sombre. Brassant bien des sentiments, Le maître des tapis sait aussi séduire par la pureté des émotions invoquées. On prendra en exemple les sentiments entre Danil et Katia, d’une limpidité qui fait tout de suite mouche chez l’enfant. Olivier Bleys va droit au but tout du long, et son écriture sans fioriture est parfaite pour une lecture accompagnée.

image maitre tapisUne édition d’une qualité indéniable

Un récit simple efficace donc, qui se voit être sublimé par des illustrations de toute beauté. Alexis Nesme, qui s’était déjà fait remarqué avec Les enfants du capitaine Grant, propulse Le maître des tapis au rang d’oeuvres à admirer sans retenue. C’est son travail dans l’ensemble qui est à saluer : que l’on regarde attentivement les décors et leur profondeur exemplaire, ou les personnages aux traits généreux, on est en adoration. Les couleurs enchantent les rétines, et le soin apporté à la pure mise en scène ne fait l’objet d’aucune fausse note. Il ne fait aucun doute que le pur visuel Le maître des tapis saura aussi émerveiller petits et grands.

Enfin, on ne peut pas terminer cette article sans aborder la qualité de l’édition signée Delcourt. Venant compléter la collection Les enfants gâtés (au sein de laquelle figurent La poudre d’escampette et Pieter et le Lokken), Le maître des tapis est une œuvre soignée jusque dans les moindre détails, de la couverture splendide à la reliure solide en passant par le papier. Précisons ici que le format choisi (272 x 356 millimètres) est exactement ce qu’il fallait pour que les illustrations soient bien mises en valeur. Seul (tout) petit regret, le sticker sur la-dite couverture, heureusement très facile à décoller. Son utilité, de base, est de signaler un élément tout de même important : la présence d’un pop-up à l’intérieur de l’ouvrage. Placé en sa fin, il n’est pas compliqué à monter mais nécessitera tout de même la présence d’un adulte à proximité afin de mener au mieux cette petite construction.

Le maître des tapis s’avère être un ouvrage que nous conseillons pour bonifier l’ambiance pré-Noël, qui a besoin d’une bonne dose de magie pour s’accomplir. La propension de l’ouvrage à délivrer un récit simple, mais jamais simpliste, délicieusement onirique, ainsi que des illustrations d’une beauté saisissante, fait en sorte que l’on est là en présence d’un livre qui se doit de figurer dans une bibliothèque de livres jeunesse de qualité.

La maître des tapis, écrit par Olivier Bleys, illustré par Alexis Nesme. Aux éditions Delcourt, collection Les enfants gâtés, 24 pages, 14.50 euros. Sortie le 2 novembre 2016.

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *