[Critique] Moïse d’Egypte : L’Enfant des trois Livres — Nathalie Beaux

Caractéristiques

  • Auteur : Nathalie Beaux
  • Editeur : Médiaspaul Éditions
  • Collection : Hors collection
  • Date de sortie en librairies : 20 avril 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 256
  • Prix : 19€
  • Acheter : Cliquez ici

Un roman épique et profondément humain

Un roman retraçant la vie de Moïse jusqu’à l’Exode, en se basant sur les textes des trois grandes religions monothéistes (christianisme, judaïsme, islam) dans lesquels il apparaît, tel est le parti pris singulier de l’égyptologue Nathalie Beaux avec Moïse d’Egypte. Un projet qui prend appui sur un constat : hormis quelques lignes sur sa naissance et son enfance, et une poignée de pages sur les épisodes marquants du Buisson Ardent ou des Sept plaies d’Egypte, on trouve peu de détails sur la vie du prophète avant qu’il ne mène les hébreux hors d’Egypte. Formée à Yale, chercheuse associée au Collège de France et à l’Institut Français d’archéologie orientale du Caire, l’auteure se sert de la forme romanesque pour nous plonger dans les jeunes années de Moïse, qu’elle développe avec un impressionnant sens du détail et une belle justesse psychologique, mettant avant tout en avant l’humanité de cette célèbre figure, mais aussi des différents protagonistes du récit, de Pharaon à la mère d’adoption égyptienne du futur prophète, Bityah, en passant par ses parents hébreux, qui devront se résoudre à l’abandonner au Nil pour lui sauver la vie.

Le résultat, prenant, aboutit à un livre au réel souffle romanesque, qui fait rapidement oublier l’austérité des textes religieux, souvent considérés comme opaques ou ennuyeux par le grand public, pour restituer de la manière la plus pertinente possible ce parcours dont on connaît les grandes lignes sans nécessairement en saisir pleinement les enjeux humains. Les motifs mythiques peuvent paraître grandiloquents lorsqu’ils sont rapportés à leur forme la plus élémentaire, et la figure de Moïse pourrait presque faire office de super-héros aux pouvoirs extravagants, mais dont on aurait un peu de mal à cerner la personnalité. De plus, dès lors que nous parlons de figures religieuses apparaissant dans les trois grandes religions, il y a bien souvent une réaction de méfiance ou de rejet, contrairement aux récits de la mythologie gréco-romaine ou égyptienne, par exemple, qui suscitent davantage de curiosité et peuvent donner un sentiment d’évasion. Difficile, en effet, d’aborder la religion sereinement dans notre monde actuel, en raison des nombreuses tensions et conflits qu’elle suscite. Cependant, Nathalie Beaux réussit à nous passionner pour l’histoire de Moïse de la même manière que si elle nous parlait de Seth et Osiris, par exemple, en adoptant une écriture sensible et poétique, jamais pompeuse, qui parvient à apporter du liant à des épisodes inscrits comme des vignettes dans notre mémoire.

Un travail d’unification salvateur

Surtout, Moïse d’Egypte : L’enfant des trois Livres a pour vocation manifeste d’unifier la vision du prophète présente dans les textes chrétiens, judaïques et musulmans, en retenant la cohérence qui se dégage de ces trois traditions. D’ailleurs, près d’une quarantaine de pages en annexe viennent révéler les sources sur lesquelles l’auteure s’est appuyée pour chaque chapitre du roman, permettant de préciser les liens avec telle ou telle tradition. Au sein du récit, Nathalie Beaux insiste également sur le fait que la double culture de Moïse (né de parents hébreux, mais élevé par la fille de Pharaon) est source d’une inestimable richesse, en dépit des conflits opposant les deux peuples. Grâce à l’enfant, Yokebed et Bityah, ses deux mères, se trouvent ainsi unies par un lien profond, tandis que Moïse pourra puiser dans cet amour et éprouver de la compassion pour le peuple égyptien, sur lequel il déchaîne une série de châtiments à la demande de Yahvé. Cette unité mise à jour à partir de différents points de vue et de traditions que l’on a tendance à dresser les unes contre les autres constitue sans conteste l’une des richesses du livre, bien qu’un lecteur peu au fait des textes religieux ne prendra pas forcément conscience de ce travail avant d’arriver aux annexes précisant les sources.

Cette profonde cohérence d’un bout à l’autre est ainsi le signe d’une oeuvre réussie, puisque Nathalie Beaux ne donne jamais l’impression d’avoir simplement assemblé des morceaux épars, façon patchwork. La fluidité de l’ensemble, la manière dont la psyché des personnages principaux est développée, dans le respect des événements relatés, est remarquable, et fait de Moïse d’Egypte : L’Enfant des trois Livres un roman aussi plaisant à lire qu’instructif, dont l’intérêt dépasse la simple étude théologique grâce à sa dimension profondément humaine.

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *