[Critique] Illégitime – Patrick Vilbert

Caractéristiques

  • Auteur : Patrick Vilbert
  • Editeur : Michel de Maule
  • Date de sortie en librairies : 1er juin 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 106
  • Prix : 17€
  • Acheter : Cliquez ici

Patrick Vilbert est un avocat spécialiste du Droit en Propriété Intellectuelle. Bien établi sur la place parisienne, il a publié cette année Illégitime, aux éditions Michel de Maule, une autobiographie autour de ses origines, en particulier son père qu’il n’a jamais connu, Henri Rollan.

Un héritage bien tardif

Patrick Vilbert a seize ans lorsqu’il apprend la vérité sur son père : ce n’est pas un simple homme de passage dans la vie de sa mère, un inconnu disparu sitôt sa conception, mais le comédien de renom Henri Martine. Ou, de son nom de scène, Henri Rollan. Loin de le choquer, cette nouvelle va le plonger dans une quête absolue et nécessaire : la recherche de cet homme, ce père qu’il n’a vu qu’une seule fois lors d’une représentation du Bourgeois Gentilhomme de Molière. A travers Illégitime, Patrick Vilbert va non seulement remonter le temps mais également se découvrir une demi-sœur, l’écrivaine Claude Martine, et comprendre peu à peu sa relation avec sa mère.

À la recherche du père

Jusqu’à l’adolescence, Patrick Vilbert se remémore une vie plutôt paisible, bien qu’il était pris en tenaille entre sa mère et sa grand-mère. De ces années, il ne semble pas demeurer la souffrance du manque de père, c’est lorsqu’il aura un nom et une histoire qu’il se mettra en quête de sa reconnaissance. Malheureusement Henri Rollan était déjà âgé lorsque Suzanne Vilbert, alors comédienne, tomba enceinte. L’auteur d’Illégitime n’aura jamais pu rencontrer son père de façon officielle. Pourtant de sa seule rencontre théâtrale avec lui, il restera à jamais marqué par le jeu de ce comédien de grand talent. C’est l’émotion ressentie ce soir-là qui a sûrement entretenu cette fascination, alimentant cette sensation d’être le « fils de personne ». À son tour, Patrick Vilbert va se passionner pour le théâtre, et va naître en lui l’idée que peut-être, pour être le fils de quelqu’un, il faut le mériter. Peu à peu, sa mère va se sentir délaissée, comme s’il ne pouvait y avoir de place pour deux parents dans le cœur d’un enfant.

À la recherche de la reconnaissance

Illégitime nous décrit un cheminement vers la reconnaissance, à la fois du père mais aussi de la demi-sœur, et de tous ceux qui l’ont connu. Toute l’histoire de Patrick Vilbert est parsemée d’un univers culturel riche, de théâtre, de cinéma. Ce besoin de reconnaissance va pousser le jeune avocat à contacter Claude Martine, fille légitime d’Henri Rollan, qui reconnaîtra en lui certains traits de leur père. Bien qu’elle ne semble pas spécialement intéressée par ce demi-frère tardif, elle lui laisse accès aux archives publiques du comédien, gardant les privées pour plus tard. Le temps peut être de se faire elle aussi à l’idée, de faire faire la paix avec son passé. Car bien que légitime, elle était également à la recherche perpétuelle de la reconnaissance de ce père trop absent.

Rien d’étonnant à ce que Patrick Vilbert ait choisi le métier d’avocat spécialisé dans le domaine artistique : c’est un moyen de se rapprocher de son père, d’assouvir aussi une passion pour les Arts. Cette autobiographie est émouvante, intense en émotions mais tout en restant délicate. L’auteur se décrit lui-même comme une « moitié d’orphelin au passé imparfait », on ne peut que lui souhaiter d’être devenu aujourd’hui un fils.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *