article coup de coeur

[Critique] Nils — Jérôme Hamon & Antoine Carrion

Caractéristiques

  • Auteur : Jérôme Hamon (scénario) & Antoine Carrion (dessin)
  • Editeur : Soleil
  • Collection : Métamorphose
  • Date de sortie en librairies : 28 novembre 2018 (tome 3)
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 3x64 pages
  • Prix : 15,50€ l'album
  • Acheter : Cliquez ici

Une saga à mi-chemin entre les mythes anciens, la SF et l’univers de Miyazaki

Publié sur 1 an dans la collection Métamorphose des éditions Soleil, Nils est une trilogie parcourue d’un souffle épique rare, à mi-chemin entre les mythologies nordiques et celtes (pour les références à l’arbre de vie, notamment) et l’univers du cinéaste japonais Hayao Miyazaki pour la personnification de la nature et la réflexion qui en découle sur l’équilibre précaire entre l’homme et celle-ci. Chaque album fait 64 pages publiées en grand format (24,7×32 cm), mais nous parlerons ici de l’oeuvre de Jérôme Hamon et Antoine Carrion dans son ensemble, sous la forme d’un tout.

Avant toute chose, tentons de résumer l’univers complexe déployé ici : Nils se déroule dans un monde devenu aride, où la faim et la pauvreté, mais également les guerres, règnent. On raconte qu’un monde dominé par des élémentaires, des êtres aussi lumineux que puissants, existe au-delà des limites de ce monde. Ce sont ces mêmes élémentaires qui donnent vie à la matière or, ils auraient aujourd’hui plus ou moins disparu, d’où l’état dans lequel se trouve le monde. Nils est un adolescent qui se découvre une destinée d’Elu : après avoir sauvé la vie d’Alba, une jeune guerrière, une Elémentaire se prend d’affection pour lui et lui donne une mission, celle de retrouver Yggdrasil, l’arbre de vie faisant le lien entre les neuf mondes, afin de libérer les élémentaires et sauver le monde. Sa mission s’annonce difficile, d’autant plus que le roi du royaume de Cyan ne pense qu’à utiliser les élémentaires pour atteindre l’immortalité et satisfaire ses désirs de puissance…

Un univers légendaire parcouru d’un souffle épique

image planche 1 nils tome 2 éditions soleil collection métamorphose
© Editions Soleil

Ce qui frappe avant toute chose dans Nils, c’est la beauté de ses dessins, notamment ceux s’étalant en double page. Si les albums ont été réalisés (ou du moins colorisés) à l’ordinateur, leur force d’évocation et le travail sur la couleur laissent admiratif. Qu’il s’agisse des mines du premier tome, de la bataille du second tome ou encore des loups géants dans le dernier, l’oeuvre de Jérôme Hamon et Antoine Carrion est peuplée d’images superbes qui nous immergent immédiatement dans cet univers au départ à priori intemporel, mais où la technologie a sa place.

Entre le conte fantastique et la SF, Nils est un récit humaniste où les actions de l’homme l’ont mené à la déchéance et où chacun doit lutter pour sa survie. Si l’histoire est complexe, le récit est fluide et se lit rapidement. Si vous découvrez Nils aujourd’hui, nous ne saurions que trop vous conseiller d’acquérir directement les trois tomes et de les lire à la suite, avant d’y revenir pour admirer plus en détail les cases, mais aussi la construction du récit, astucieuse, dont nous vous laissons la surprise.

Le dessin d’Antoine Carrion est moderne, dynamique, et sait dans le même temps rendre compte avec brio de la dimension légendaire du récit, qui lui apporte un souffle véritablement épique. L’intrigue sait quant à elle puiser dans la sève des mythologies de différents peuples pour nous livrer cette allégorie touchante sur notre rapport à la nature, mais aussi à la vie et à la mort, qui n’est qu’un éternel recommencement. L’une des plus belles œuvres graphiques françaises de ces dernières années, à découvrir et à faire découvrir.

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *