[Critique] Captain Marvel : une entrée sympathique dans le MCU

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Anna Boden et Ryan Fleck
  • Avec : Brie Larson, Samuel L. Jackson, Ben Mendelsohn, Lashana Lynch, Gemma Chan, Annette Bening, Jude Law, Djimon Hounsou et Lee Pace
  • Distributeur : The Walt Disney Company France
  • Genre : Action, Fantastique
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 124 minutes
  • Date de sortie : 6 Mars 2019

La première super héroïne Marvel à avoir son film

Il aura fallu attendre onze années et vingt films pour que Marvel sorte enfin un long métrage avec une super héroïne en tête d’affiche (alors qu’il en a fallu que quatre pour DC avec Wonder Woman). Captain Marvel arrive donc en salles. Teasée dans la scène post-credits de Avengers: Infinity War, Carole Danvers est une pilote d’essai, laquelle va devenir l’une des super-héroïnes les plus puissantes de l’univers, alors que la Terre se révèle l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres.

On ne va pas se mentir, les films d’origines des super héros Marvel se ressemblent un peu tous dans leur construction scénaristique. Mais, pour Captain Marvel, les réalisateurs et scénaristes Anna Boden et Ryan Fleck (qui ont coécrit le film avec Geneva Robertson-Dworet) tentent d’insuffler un peu de nouveauté. Au lieu de nous servir un scénario prévisible, ils innovent, un tout petit peu, avec un script non linéaire, afin de nous plonger directement dans l’action. Et ce n’est pas plus mal, car cela fait gagner du rythme au long métrage, en ne s’attardant pas sur la jeunesse de Danvers dés le début, mais en distillant des flashbacks. Une bonne idée, aussi dictée par le fait que la super héroïne est amnésique. Ce qui, du coup, fait que le spectateur découvre son histoire avec elle. Le fait que le film se déroule dans les années 90, plus précisément en 1995, est là pour raccorder avec la scène post-crédit d’Iron Man, dans laquelle Nick Fury venait voir Tony Stark pour lui dire qu’il n’était pas le seul super héros. Et pour cela il faut tisser des liens avec le MCU. On retrouve, donc, des jeunes Nick Fury et Phil Coulson. Le premier forme un duo avec Danvers, tandis que le second reste plus en retrait. Cette dynamique installée entre Danvers et Fury fonctionne plutôt bien, tout au long du récit, et nous permet de mieux capter qui était Fury, treize années avant sa première apparition. Évidemment, le long-métrage est bourré de twists. On voit venir la plupart. La thématique de Captain Marvel étant qu’elle doit se libérer du patriarcat (ici une intelligence artificielle et son mentor Yon-Rogg) pour révéler toute sa puissance. Si c’est déjà du vu et revu, cela reste bien cadré.

Un film inégal

image brie larson captain marvel

Mais tout n’est pas rose. Le film décrit une guerre entre deux races extraterrestres. Les séquences qui se déroulent en dehors de la Terre sont plus prenantes que les bouts d’intrigue prenant place sur notre planète. On sent clairement qu’il y a un cahier des charges à respecter, avec quelques petits éléments, pour raccorder au MCU quand on est sur C-53 (la désignation pour la Terre). On perçoit aussi que l’univers Marvel, et plus précisément la phase 4, se déroulera très certainement plus dans l’espace qu’auparavant. Est-ce un mal pour autant ? Non, cela semble logique. On regrette aussi l’humour du film qui tombe, la plupart du temps à plat. À part quelques vannes, surtout celles qui gâtent Goose le chat (la vraie star du film), qui fonctionnent plutôt bien. Enfin, on regrette aussi un climax un peu mou, sans aucune tension. C’est dommage, mais on découvrira surement la pleine puissance de Captain Marvel dans Avengers: Endgame. Petite précision, le long-métrage ne respecte pas le comics sur plusieurs points, cela pourra décevoir les fans.

Concertant la réalisation d’Anna Boden et Ryan Fleck, c’est au dessus de la moyenne des productions Marvel, techniquement parlant. Les années 90 sont bien retranscrites, grâce aux décors, costumes et chansons utilisées. Techniquement, c’est assez carré, appliqué, mais sans prise de risques. Les effets spéciaux sont de bonne qualité, à part un ou deux plans dont une incrustation assez immonde de la doublure CGI de Brie Larson. Mais de ce côté, on retiendra surtout les rajeunissements numériques de Samuel L. Jackson et Clark Gregg qui sont tout simplement bluffants. Les scènes d’action sont bien mises en scène. En particulier, la scène du métro. Côté montage, il n’y a presque rien à redire à part quelques longueurs au milieu du long métrage mais, à part ça, le rythme du film est plutôt bon, et l’on ne voit pas passer les deux heures de durée. Petite déception côté musiques originales, la composition de Pinar Toprak n’est tout simplement pas à la hauteur et ne dégage aucun thème puissant pour la super héroïne.

Un casting plutôt solide

image ryan fleck captain marvel anna boden

Concertant les acteurs, c’est nuancé. Brie Larson (Free Fire) s’en sort pas trop mal dans le rôle-titre. On se demande si elle est vraiment faite pour le rôle, et seule le temps nous le dira. Samuel L Jackson est fidèle à ses prestations habituelles dans le MCU : cela reste très correct. Ben Mendelsohn (Ready Player OneRogue One: A Star Wars Story) n’est pas mauvais, et s’en sort alors que l’écriture du personnage lui demande un vrai travail, loin de ses autres incarnations. Avec Jackson, il s’offre les meilleures punchlines du long-métrage. Jude Law tente de remonter la pente, mais semble perdu la plupart du temps. Enfin, Annette Bening offre une belle et solide performance.

Au final, Captain Marvel signe une entrée sympathique dans l’univers Marvel. Une agréable origin story, surtout pensée pour introduire un personnage important dans le futur Avengers: Endgame. Après la petite déception qu’était Ant-Man et la Guêpe, Captain Marvel relève un peu le niveau, sans pour autant atteindre des sommets. Malgré que l’on soit circonspect sur plusieurs points du film (ndlr : qui ne manqueront pas d’être abordés dans la deuxième critique que nous vous proposeront d’ici quelques heures), on a plutôt passé un bon moment. Et c’est déjà pas mal.

MAJ : retrouvez notre seconde critique de Captain Marvel.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *