image couverture toute résistance serait futile jenny t. colgan miladyCe n’est un secret pour personne que Jenny Colgan, auteure à succès de romans chick lit tels que Le mariage d’Amanda, Le colocataire ou Recherche Andy désespérément, est aussi une grande fan de science-fiction. C’est ainsi qu’en 2012, cette « whovienne » a signé, sous le nom de Jenny T. Colgan, le roman Dark Horizons pour la collection tirée de la série culte Doctor Who. Le « T. » était un hommage au scénariste et producteur des nouvelles saisons de la série britannique, Russell T. Davies et lui permettait de distinguer cette partie de son travail du reste de son oeuvre.

Entre chick lit et SF

C’est donc une nouvelle fois sous le nom de Jenny T. Colgan que l’auteure écossaise nous revient, avec ce réjouissant Toute résistance serait futile, roman hybride entre chick lit et science-fiction. Si l’on ne connaît finalement qu’une partie très restreinte de son oeuvre en France (seuls 5 de ses livres, sur une vingtaine, ont été traduits chez nous, en comptant celui-ci), il faut savoir que Jenny Colgan, qui n’aime pas l’appellation chick lit, a souvent repoussé les limites du genre, n’hésitant pas à jouer avec ses conventions. Toute résistance serait futile, qui sera publié cette semaine aux éditions Milady, n’échappe pas à la règle. S’adressant plutôt à un public féminin, il s’agit d’une oeuvre assez éloignée de l’image que l’on peut se faire de la chick lit, avec certaines ruptures de ton assez surprenantes, notamment dans le dernier tiers du livre. On n’est pas non plus dans de la science-fiction sérieuse et, si Jenny T. Colgan avoue avoir beaucoup lu Asimov et Philip K. Dick dans sa jeunesse, il n’est guère besoin d’être familier du genre pour apprécier son roman.  C’est finalement la singularité du ton de l’auteure, entre humour léger parfois un peu geek, romance et une dimension dramatique inattendue qui nous charment à la lecture de ce livre maîtrisé qui ne se prend pas au sérieux et se lit très vite, malgré ses 445 pages.

Nous suivons donc Connie MacAdaire, jeune mathématicienne de 28 ans recrutée en Angleterre sur un projet dont elle ignore tout. Lorsqu’elle arrive sur place, elle se rend compte que tous les plus grands spécialistes de son domaine sont également là et ils ne tardent pas à apprendre qu’on les a en fait fait venir afin de leur faire décrypter des données top secrètes. Liés par le secret défense et coupés du monde extérieur, ils ont quelques semaines pour venir à bout du problème. Parmi cette équipe de brillants chercheurs, Connie fait la connaissance d’un parfait inconnu, Luke Beith, mathématicien aussi génial qu’étrange et introverti qui la trouble profondément. Lorsque Connie parvient contre toute attente à percer le code, elle fait une découverte surprenante au sujet de Luke, qui semble en connaître davantage sur ces mystérieuses données…

Une romance geek

image jenny colgan auteure

Jenny T. Colgan

Toute résistance serait futile, romance intergalactique enjouée, joue avec l’image du geek tellement étrange qu’il semble venir « d’une autre planète ». Le ressort comique étant, ici, que tous les personnages principaux sont des geeks, véritables têtes spécialisés dans une branche des mathématiques fort complexe mais que, parmi eux, seul Luke est véritablement étrange. Jenny T. Colgan rend ce personnage lunaire immédiatement attachant, de même que son héroïne, Connie, jeune femme brillante au sein d’un milieu majoritairement masculin.

L’auteure, qui s’est tournée vers un chercheur pour les références mathématiques disséminées ça et là dans le roman, se moque gentiment du système universitaire au travers de quelques traits d’esprit bien trouvés, mais ne tourne jamais en ridicule ses personnages. Elle a beau jouer avec l’image populaire du geek (tout en tordant le cou à certains clichés sur les femmes et les mathématiques, par exemple), il n’y a chez elle aucune condescendance et on sent un véritable intérêt pour cette discipline. Elle se permet également quelques blagues mathématiques qui feront sans doute sourire les nerds et n’auront pas forcément de sens pour le commun des mortels, mais ces références pointues, finalement assez peu nombreuses, ne retirent en rien le plaisir que le lecteur non-initié prendra en découvrant l’histoire. Il n’est guère besoin de vous replonger dans vos cours de maths pour apprécier Toute résistance serait futile, et c’est une très bonne chose.

Des ruptures de ton inattendues

Le roman nous raconte donc une histoire d’amour naissante sous la forme d’une course contre la montre pour sauver la Terre. Écrit sur un ton léger et enchaînant les passages rocambolesques, le roman de Jenny T. Colgan séduit par sa fraîcheur. On y trouve également quelques scènes romantiques qui ont le bon goût de ne jamais tomber dans la guimauve et ne nous distraient pas de l’intrigue principale. L’équilibre délicat entre SF et chick lit est réussi et aboutit à un résultat enthousiasmant. Le tout reste léger et bon enfant, mais le livre n’appartient définitivement pas à la catégorie des plaisirs coupables. Le dernier tiers du livre est quant à lui très surprenant pour un roman de ce genre, présentant des ruptures de ton inattendues, à la teneur plus dramatique. Là encore, on reste dans une littérature grand public et on ne saurait parler de véritable « noirceur », mais le parti pris reste assez audacieux.

Ode à l’amour, l’amitié, les maths sur fond de pacifisme, Toute résistance serait futile constitue une lecture fort agréable, qui montre que chick lit et science-fiction ne sont pas forcément incompatibles. Il révèle également une auteure prolifique assez peu connue chez nous, Jenny Colgan, qu’on espère retrouver très vite au rayon des librairies, tant son écriture, intelligente et agréable, apporte un vent de fraîcheur sur un genre qu’elle contribue à réinventer.

Toute résistance serait futile de Jenny T. Colgan, Milady, 18 mars 2016, 445 pages. 17,90€

  

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot