image couverture dîner chez marlene georg a. weth éditions michel de maule le quaiIcône éternelle du cinéma connue pour ses rôles de femme forte et sa bisexualité, Marlene Dietrich était également une cuisinière hors-pair, régalant collègues et amants de succulents plats cuisinés durant les tournages ou lors de dîners intimes. Et lorsque, vivant à Paris durant la dernière partie de sa vie, elle était trop âgée pour cuisiner elle-même, elle fit appel à un jeune chef cuisinier allemand pour lui préparer des plats raffinés, principalement allemands. Dîner chez Marlene, publié le 3 mars 2016 aux Éditions Michel de Maule en collaboration avec les Éditions Le Quai, nous propose de découvrir cette facette méconnue de l’actrice, alternant anecdotes culinaires et recettes, le tout agrémenté de superbes photos en noir et blanc.

Portrait culinaire d’une légende du cinéma

image dîner chez marlene marlene dietrich en train de cuisiner

Marlene Dietrich à New York, en train de préparer son fameux bouillon.

Suivant une introduction de Macha Méril, grande admiratrice de l’actrice, le journaliste Georg A. Weth nous fait rentrer dans l’univers de Marlene Dietrich, star absolue, cuisinière douée et gastronome exigeante, sachant parfaitement ce qu’elle veut. L’auteur a eu accès à sa collection personnelle et notamment à ses livres de cuisine et carnets de note, où elle avait retranscrit quelques recettes personnelles et d’autres récupérées dans les magazines ou en écoutant la radio… Grâce au témoignage de son dernier chef cuisinier, Markus Auer, 26 ans à l’époque et travaillant pour le restaurant La Maison d’Allemagne à Paris, le journaliste a pu en apprendre plus sur les habitudes culinaires de la star à la fin de sa vie. Les recettes réunies dans cet ouvrage sont ainsi un mélange de recettes de Marlene Dietrich, de Markus Auer ainsi que de plats que l’actrice appréciait et qu’elle a pu déguster en croisière, chez Maxim’s ou dans de grands hôtels.

Le livre alterne passages dédiés au portrait culinaire de l’actrice et recettes tout au long de ses 190 pages, nous révélant au passage beaucoup sur la personnalité de cette femme insaisissable. Nous retrouvons ainsi le témoignage de Markus Auer, auquel elle confia également certains souvenirs de jeunesse (notamment sur les légumes en temps de guerre), mais aussi celui de sa fille, Maria Riva, qui publia un livre sur sa mère, Marlene Dietrich par sa fille, en 1992. D’autres sources sont également citées et Georg A. Weth parvient à les condenser, sélectionnant les anecdotes les plus marquantes, les plus révélatrices, afin de dresser un portrait original et touchant de cette grande actrice.

On apprend ainsi que la Dietrich aimait materner ses proches en leur confectionnant du bouillon maison, qu’elle pensait être un remède miracle pour presque tout et qu’elle mettait pas moins d’une livre de beurre dans ses oeufs brouillés. Ou encore qu’elle n’hésita pas à s’engager auprès de l’armée durant la Seconde Guerre Mondiale, où elle suivit Jean Gabin, et qu’elle cuisina un bortsch pour les soldats, la seule des recettes citées dans l’ouvrage à ne pas être reproduite dans l’ouvrage, l’actrice ne l’ayant jamais révélée. Son amour des croisières, où elle insistait pour choisir le menu des deuxième voire troisième classe, qui avaient le mérite de proposer davantage de plats allemands et son intérêt pour les grands restaurants, sont également abordés. On apprendra également, non sans surprise, qu’elle était encore plus fière de sa réputation de bonne cuisinière à Hollywood que de sa carrière (du moins se plaisait-elle à le dire) et que ses dons de cuisinière lui attirèrent beaucoup de sympathie sur les tournages. « Les hommes admiraient les jambes de Marlene dans l’espoir de profiter d’un bon repas », plaisanta même le réalisateur Billy Wilder, avec lequel elle tourna La scandaleuse de Berlin et Témoin à charge. Le récit de la fin de sa vie nous permet également de découvrir une femme âgée, sûre de sa légende, excentrique aussi, au comportement de star mais infiniment touchante, qui tissa une relation de confiance avec son chef cuisinier.

Des recettes à l’ancienne raffinées

image marlene dietrich the song of songs

Marlene Dietrich photographiée en 1933 par Rouben Mamoulian dans The Song of Songs.

Les recettes présentées dans Dîner chez Marlene sont des recettes « à l’ancienne », souvent raffinées et détaillées juste ce qu’il faut pour être reproduites facilement. Mis à part certains plats plus simples ou rustiques se prêtant à toutes sortes d’occasion (comme les oeufs brouillés à la Marlene ou la soupe d’oreilles de cochon au parmesan et pain de campagne), on réservera une bonne partie des recettes du livre à des occasions spéciales, pour de grandes tablées ou un dîner en amoureux. Nous avons pour notre part choisi de tester la salade de pommes de terre aux petits boudins noirs et jambonneau, qui est en fait une recette que Markus Auer cuisinait pour Marlene Dietrich lorsqu’il était à son service. Composée d’ingrédients faciles à trouver et abordables, cette recette a la particularité d’utiliser du boudin froid coupé en rondelles. Le résultat est une salade composée nourrissante, à la saveur originale, tout en faisant preuve d’une certaine simplicité. L’utilisation du boudin en salade, qui s’est un peu perdue dans la cuisine actuelle, peut surprendre à priori mais se révèle une très bonne idée, qui vient relever le goût d’une entrée de composition assez classique par ailleurs. Parmi les nombreuses recettes rassemblées dans le livre, nous sommes également très curieux de tester le feuilleté à la crème de mascarpone et chocolat accompagné de sa glace aux amandes, les crêpes au Grand Marnier et coulis de fraises ou encore le magret de canard aux cerises noires et topinambours.

Très beau livre en grand format rempli de superbes photos de l’actrice dans ses films, sur les tournages ou en famille, Dîner chez Marlene est un document précieux pour les admirateurs de l’icône éternelle Marlene Dietrich, mais aussi un livre de cuisine de qualité, réunissant de nombreuses recettes, conçues par l’actrice ou appréciées d’elle, allant du simple au (très) raffiné. Des recettes « à l’ancienne », dont un certain nombre sont particulièrement bien adaptées à de grandes occasions, pour étonner ses proches. Surtout, le livre de Georg A. Weth dresse un portrait fascinant de l’actrice, star au caractère bien trempé et femme passionnée, à travers son parcours et ses préférences culinaires. Une facette méconnue de cette grande dame qui la rend d’autant plus touchante.

Dîner chez Marlene : Le livre des recettes de Marlene Dietrich de George A. Weth, Éditions Michel de Maule/Le Quai, sortie le 3 mars 2016, 192 pages. 34,50€ 

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.