image la tour de cristalAssaut sur Ixiataaga

Au début de la décennie 1980, au temps jadis du XXème siècle, le phénomène « Un livre dont vous êtes le héros » a envahit les libraires et les poches de lecteurs qui voulaient le meilleurs des deux mondes : la littérature, et le jeu de rôle. Depuis quelques années, et conscient que le public de ces ouvrages est toujours aussi passionné, l’éditeur Gallimard Jeunesse s’est lancé dans une réédition aux couvertures repensées, que nous avons commencé à traiter avec l’excellent (et fichtrement difficile) Sorcellerie Tome 3 : les sept serpents. Parmi toutes les séries que le concept a lancé, « Loup Solitaire » tient une place à part tant elle fut parmi les plus suivies, et l’une des plus qualitatives. Et aujourd’hui nous en abordons le tome 17 : La Tour de Cristal.

Un dix-septième tome d’une série en comprenant pas moins de 32, mais ne vous inquiétez pas : comme d’habitude un nouveau-venu peut très bien débuter l’aventure avec cet ouvrage. Sachez juste que si vous avez participé à une aventure datée d’avant La Tour de Cristal, vous avez le droit d’importer vos points d’endurance et d’habileté, ainsi que d’autres éléments que le livre vous précisera. Sachez que toutes les règles sont évidemment de la partie dans l’avant-propos du bouquin, et même les novices pourront s’y retrouver sans aucun mal. C’est dense juste ce qu’il faut, et surtout ça prend des exemples concrets pour bien imager l’ensemble des situations qui se présenteront tout au long de l’aventure.

Partir à l’aventure… avec un livre

L’aventure de La Tour de Cristal, parlons en justement. Placée dans le troisième cycle de Loup Solitaire, cette quête du Maître Kaï débute alors qu’Ixiataaga, l’ignoble Seigneur de la Mort, a malheureusement récupéré le surpuissant bâton de Mort. Loup Solitaire doit alors se rendre à la Tour de Cristal, sur les côtes gelées d’Ixia, au sein de l’impressionnante cité de Xaagon. Un combat périlleux se prépare, mais il va d’abord falloir gravir bien des étages, et bien entendu se défaire d’embûches mortelles. Du pur point de vue du récit, Joe Dever est l’une des meilleures plumes a avoir officié dans la licences « Un livre dont vous êtes le héros« . Il arrive facilement à nous plonger dans son univers, même si l’on remarque que le final de La Tour de Cristal est un peu moins palpitant que sa magnifique ouverture. On a clairement une préférence pour le passage épique de l’avant-poste des Lenciens, qui voit fondre sur lui une horde de morts revenus à la vie. Toute la poursuite du Chacal, qui vous fera voir bien du pays (des dimensions, pour être exact), est aussi un excellent moment de jeu.

Attention cependant, car La Tour de Cristal est loin d’être une ballade de santé. Pas non plus impossible à boucler, mais il est clair que vos points d’endurance et d’habileté devront être à la hauteur pour ne pas périr lamentablement. Sachez aussi que, si vous êtes débutant dans cette série, il faudra clairement dépasser les quatre disciplines, et ne pas hésiter à se spécialiser dans L’Art et la Chasse (la Magie des Anciens, elle, n’a aucune utilité à nos yeux). On n’est pas non plus en présence d’un tome trop tordu, et un peu de concentration pourra vous sortir de bien des faux-pas, et si les combats sont âpres les énigmes restent bien plus simples. Le boss de fin pose quelques problèmes, mais qui s’accroche réussit à s’en tirer, comme souvent dans « Un livre dont vous êtes le héros« . La Tour de Cristal s’achève avec assez de bonne matière pour nous faire ressentir l’envie de se procurer le tome 18…

Un livre dont vous êtes le héros, Loup Solitaire T17 : La Tour de Cristal, écrit par Joe Dever. Aux éditions Gallimard Jeunesse, 288 pages, 7.30 euros. À partir de 12 ans. Paru le 26 mai 2016. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato