image couverture la dynastie de donald duck tome 20 carl barks glénatInitiée en 2010 par les éditions Glénat, la collection La dynastie Donald Duck présente l’intégralité des oeuvres de Carl Barks mettant en scène Donald, mais également son oncle Picsou. Chaque livre, particulièrement soigné, contient une vingtaine d’histoires imaginées et dessinées par Barks, et propose également de nombreuses informations sur chaque histoire, des dossiers sur l’auteur, ainsi que sur la création et l’évolution des différents personnages de l’univers Disney mis en scène par Carl Barks dans ses bandes-dessinées.

Une collection de haut vol

Ce travail destiné à mettre en avant le patrimoine Disney fut accueilli avec un réel enthousiasme : 200 000 copies des différents tomes se sont vendues depuis la parution du premier volume et le tome 4 fut couronné du prix Fauve Patrimoine au Festival d’Angoulême 2012. Répartie en 24 volumes, la collection accueille aujourd’hui ce tome 20, publié le 6 juillet, dédié aux années 1944-1946. Si Carl Barks a en réalité commencé à écrire des bandes-dessinées Donald Duck à partir de 1942, la collection avait néanmoins débuté par les années 50 à 68, qui constituent la plus forte période d’activité pour l’auteur-dessinateur, tandis que les tomes 17 et 18 couvraient la période 1969-2008, les bandes-dessinées les plus récentes étant en réalité des histoires scénarisées par Barks (qui arrêta de les dessiner en 1968), mais dessinées par d’autres artistes, un certain nombre ayant été publiées après sa mort en 2000. Ce n’est donc que depuis le volume précédent, le tome 19, que les lecteurs français ont l’occasion de redécouvrir les toutes premières histoires dessinées de Donald Duck.

Prenant la suite de la période 1942-1944, ce tome 20 présente 24 histoires différentes : 2 de 24 pages, 1 de 28 pages, les autres comprenant de 8 à 11 pages. Comme pour les précédents volumes, chaque histoire possède une fiche bibliographique comprenant le titre original, la date de la première parution, les noms, dates et numéros des différentes publications américaines et françaises où l’histoire est parue, ainsi qu’un résumé de l’intrigue et différentes informations sur sa conception. On retrouvera également la couverture originale du numéro dans lequel l’histoire est parue la première fois, ou, à défaut, une ancienne couverture, qu’elle soit américaine ou française. Cette attention particulière permet donc de découvrir ces histoires dans le contexte et aidera grandement les collectionneurs désireux d’acquérir les numéros contenant chacune des histoires. On constatera d’ailleurs qu’aucune de ces petites bandes-dessinées n’ont été publiées plus de 5 fois dans les publications françaises que sont Le journal de Mickey, Mickey Parade ou encore Picsou Magazine, d’où le caractère indispensable de cette collection pour tout inconditionnel Disney.

Du côté des dossiers thématiques, le tome 20 propose deux courts focus sur Miss Frappe et Mickey, ainsi qu’un autre, plus long, sur Pat Hibulaire, ennemi juré de Mickey Mouse, mais qui apparut également dans plusieurs courts-métrages dédiés à Donald et fut repris par Carl Barks, sous différents noms, dès sa première bande-dessinée Donald en 1942. Quant à l’essai « La comédie des bipèdes à plumes », il reprend à son compte la déclaration (osée à l’époque, mais également aujourd’hui) du romancier Dino Buzzati, qui compara Barks à Balzac et Dickens, et se penche sur la finesse de la « comédie humaine » que l’auteur américain esquissa tout au long de sa carrière. Enfin, les portfolios de ce tome sont dédiés aux apparitions de Donald soldat durant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi qu’à la rencontre de Carl Barks avec Floyd Gottfredson, l’autre grand auteur de bandes-dessinées Disney, auquel on doit les aventures de Mickey, qu’il écrivit et dessina de 1936 à 1957.

Des premières aventures faisant la part belle au comique de situation

image planche l'or de glace la dynastie donald duck tome 20 glénatLes bandes-dessinées en elles-mêmes présentent de manière caractéristique Donald en butte contre son voisin Lagrogne, des bandits, des animaux et diverses créatures, sans oublier ses neveux Riri, Fifi et Loulou, toujours aussi futés. Contrairement à certains récits beaucoup plus récents, l’intrigue reste toujours simple et repose grandement sur le comique de situation. Bien évidemment, les 3 histoires les plus longues (« L’or de glace », « Le mystère des marais » et « La terreur de la rivière ») présentent une trame narrative plus complexe, avec de nombreux rebondissements. Donald conserve toujours son caractère borné et colérique d’un bout à l’autre, et trouve inévitablement le moyen d’empirer la moindre situation, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Certaines histoires, comme « La guerre des rats », sont particulièrement cartoonesques, s’inspirant en cela des courts-métrages de l’époque, tandis que d’autres lorgnent davantage du côté des récits d’aventures, qui étaient alors très en vogue. Dans tous les cas, les gags fonctionnent toujours aussi bien, même si, bien entendu, certaines histoires remportent davantage notre adhésion que d’autres. A l’exception de deux d’entre elles, présentées au sein de la même fiche bibliographique en raison de leur continuité, chacune des bandes-dessinées de ce volume peut être lue indépendamment, dans un ordre quelconque, permettant ainsi au lecteur de picorer au gré de ses envies dans cet épais recueil. Petite particularité de ce volume : il s’achève par une histoire mettant en scène Mickey et Minnie, et au sein de laquelle Donald n’apparaît pas. Unique aventure de Mickey réalisée par Barks en 1945, qui accepta de prêter main forte pour combler l’absence de dessinateurs, alors que la Seconde Guerre Mondiale n’avait pas encore pris fin, cette histoire de 11 pages aussi charmante que rigolote clôt joliment ce tome 20, après une histoire de Noël hilarante opposant Donald à son voisin.

On saluera une fois encore le très beau travail réalisé à partir des archives Disney afin de restaurer ces nombreuses planches vieilles de 70 ans. Autant certains admirateurs s’étaient plaint de cases un peu floues sur la première histoire du tome 1 de Fantomiald (un personnage apparu plus tard, en 1969), autant le travail réalisé dès le départ par Glénat sur cette collection est en tous points irréprochable. Ainsi, si les couleurs sont rafraîchies, elles restent tout à fait dans l’esprit des planches originales, et aucun soucis de netteté n’est à déplorer. A l’instar de la collection L’âge d’or de Mickey Mouse, publiée de 2011 à 2015, c’est donc un travail exemplaire qu’accomplit là l’éditeur français, qui a par ailleurs lancé cette année une nouvelle collection d’albums originaux mettant en scène Mickey et ses amis (les deux premiers, Mickey’s Craziest Adventures et Une mystérieuse mélodie sont sortis en mars dernier) et rendant hommage à l’héritage de Walt Disney.

Carl Barks, un auteur incontournable de l’univers Disney

image planche la dynastie donald duck tome 20 éditions glénatCette somptueuse collection de beaux ouvrages permet ainsi de redécouvrir dans des conditions optimales l’oeuvre de Carl Barks, qui inspira de nombreux auteurs de bandes-dessinées à travers le monde. Lui-même fan de la série Little Nemo dans sa jeunesse, Carl Barks était presque entièrement autodidacte, n’ayant pris que quelques leçons de dessin qu’il dût rapidement interrompre en raison de son activité professionnelle. Engagé en tant que dessinateur aux studios Disney en 1935, un peu plus d’un an après la création du célèbre canard, Barks montre un tel talent pour concevoir des gags originaux qu’il intègre le département des histoires en 1937, où il participa à de nombreux courts-métrages. Après avoir démissionné en 1942 en raison des conditions de travail durant la Seconde Guerre Mondiale et d’un problème de sinusite causé par la climatisation des studios, il commence à écrire et dessiner des bandes-dessinées Donald.

Il en profitera pour créer de nombreux personnages de l’univers Disney, de Picsou (qui fait sa première apparition en 1947) à Géo Trouvetou (en 1952), en passant par les Rapetou (en 1951) et Miss Tick, en 1961. Cette activité l’occupera les décennies suivantes et lui vaudra une reconnaissance tardive. En effet, si son nom est aujourd’hui célèbre et son travail reconnu à sa juste valeur, il faut savoir que le nom des auteurs des BD Disney n’apparaissaient pas dans les revues, à l’époque. Seul Walt Disney était mentionné ainsi que, parfois, un numéro d’identification. Cependant, les lecteurs identifièrent rapidement le style de Barks et, ne connaissant pas son nom, le surnommaient « The Good Duck Artist ». Il faudra attendre la toute fin des années 50 pour que son nom commence à se propager et finisse par être connu. Aujourd’hui, les noms de Floyd Gottfredson, Carl Barks et, plus près de nous, Don Rosa, sont connus dans l’univers de la bande-dessinée et au sein des admirateurs de Disney, qui ont souvent grandi avec Le journal de Mickey et Picsou Magazine.

La dynastie Donald Duck se poursuit donc en beauté, avec une qualité toujours constante et permet au lecteur de découvrir ou redécouvrir les aventures de Donald dans les années 40, après avoir fait le tour des histoires de Carl Barks publiées de 1950 à 2008.  Bel hommage à l’oeuvre de cet auteur incontournable dans l’univers Disney, mais aussi dans celui de la bande-dessinée, cette imposante collection, appelée à devenir une référence en la matière, est l’occasion d’aborder ces multiples histoires, dont l’aspect intemporel leur ont permis de très bien vieillir, en donnant à voir leur contexte de création. Que le lecteur choisisse d’acheter seulement quelques tomes isolés (les histoires étant, encore une fois, généralement indépendantes) ou préfère réunir l’intégralité des volumes, ces ouvrages feront donc le bonheur des amateurs de BD Disney, des nostalgiques, ou tout simplement des parents désirant faire découvrir à leurs enfants cet univers par les bandes-dessinées historiques, qui restent encore aujourd’hui des références. En attendant la fin de la collection, qui devrait logiquement s’achever par l’année 1949 fin 2017, et avant la publication du tome 21 le 5 octobre prochain, on plonge donc dans ce tome 20 avec le même plaisir que nous avions, enfant, à découvrir chaque semaine les nouvelles aventures de Mickey, Donald, Dingo et co.

La dynastie Donald Duck, tome 20 : 1944-1946 de Carl Barks, Glénat, sortie le 6 juillet 2016, 384 pages. 29,50€ 

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.