image tome 1 kiss x deathQuand le sort de l’humanité est entre les mains d’un jeune homme très timoré

Retrouver un mangaka qu’on apprécie, c’est un peu comme suivre une marque de vin que l’on apprécie : on y prend plaisir car on sait que la découverte sera toujours intéressante. C’est clairement le cas avec Yasuhiro Kanô, déjà auteur de la très bonne série (en dix volumes) MxZero. Un nom qui ne vous dira peut-être pas grand chose, mais qui figure parmi les plus suivis depuis quelques années, tant l’énergie qu’il insuffle à ses histoire a su fidéliser un public conquis. Alors, quand le mangaka revient avec une toute nouvelle série, intitulée Kiss X Death, on ne peut que l’aborder avec toute notre attention.

Ce premier tome de Kiss X Death est évidemment du genre à présenter son univers. On fait connaissance avec une race extraterrestre, mais pas par le biais d’une gentille rencontre du troisième type. Non, ceux qui nous intéressent ici sont des prisonniers, envoyés en exil sur notre bonne vieille Terre, et plus précisément au Japon. Ils sont au nombre de cinq, et ont trouvé le moyen de se dérober à leur escorte d’une manière plutôt musclée. Désormais ils fomentent un plan d’évasion, car la planète bleue ça va bien cinq minutes. Pour cela, les cinq détenus intergalactiques prennent possession de cinq filles, dont la particularité est de passer totalement inaperçues jusqu’ici : pas spécialement brillantes en cours, loin des canons de beauté. Elles vont, dès lors, voir leurs « capacités physiques », ainsi que leur intelligence, augmenter de façon quelque peu surprenante. Dans le même temps, l’extraterrestre Z, qui avait en charge ces bannis et s’était retrouvé en bien mauvaise posture, utilise le corps d’un certain Shingo Tozu afin de partir à la recherche des cinq scélérats. Problème de taille : le lycéen semble avoir développé une véritable phobie des filles…

Comme on le voit, Kiss X Death est un manga comico-fantastique dont les codes sont typiquement japonais. Yasuhiro Kanô délivre un récit fourmillant de bonnes idées, à commencer par la gestion des extraterrestres. Sans rentrer dans les détails, histoire de ne surtout pas spoiler, sachez que ces êtres venus d’ailleurs se conduisent comme des parasites intellectuellement sur-développés, qui prennent possession d’un hôte et y font leur « nid »… sur sa langue. Ce fait, associé à la problématique rencontrée par Z, le pauvre étant aux commandes d’un jeune homme qui ferait passer Yamcha pour un tombeur courageux, construit bien évidemment une ambiance à la fois légère, sexy et très dynamique. En effet, il va falloir que Shingo Tozu dépasse sa phobie et embrasse goulûment chacune des cinq filles, devenues par ailleurs de véritables bombes sexuelles.

Un univers prometteur

Kiss X Death Tome 1 réussit parfaitement à installer l’ambiance qui régnera sur l’entièreté de la série. Pour ce qui est du background des extraterrestres, il est assez développé pour ne pas que le lecteur se sente un peu coupé d’une certaine richesse du récit. Cependant il faut être clair : Kiss X Death est avant tout un trip à la frivolité assumée. Ce qui ne veut pas dire, pour autant, que le scénario est sous-exploité, loin de là. Sa structure est intéressante, assez proche de ce qu’on peut retrouver dans le jeu vidéo : une avancée au sein d’un univers bien codifié, parsemée de boss, ici des filles séduisantes. Du coup, on dévore le premier tome de Kiss X Death avec un plaisir de tous les instants, un sentiment facilité par le dessin de Yasuhiro Kanô, qui apporte une énergie essentielle à la bonne tenue de l’ensemble. Alors certes, il faut aimer la situation dans laquelle la série prend place, le milieu scolaire, mais il est à souligner qu’on n’est jamais là devant une œuvre qui en fait des tonnes : l’intérêt est ailleurs que dans les classes du lycée. Et si on est certes sur du Shonen, la tonalité n’en est pas moins adaptée à tous les âges.

Au final, ce premier tome de Kiss X Death nous a particulièrement réjouis, en livrant au lecteur une matière suffisamment riche pour qu’il puisse espérer un développement fort par la suite. Impossible de ne pas aborder, afin d’être complet, la qualité de l’édition assurée par Delcourt / Tonkam. Elle est fidèle au niveau d’exigence de cet éditeur, avec ses quelques pages bonus qui nous présentent d’autres séries. Bref, tout est aux petits oignons…

Kiss X Death Tome 1, un manga écrit et dessiné par Yasuhiro Kanô. Traduit du japonais par Anne-Sophie Thévenon. Aux éditions Delcourt / Tonkam, 224 pages, 6.99 euros. Sortie le 5 octobre 2016. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato