[Critique] Friends Games T1 – Mikoto Yamaguchi, Yuki Sato

image tome 1 friends gamesUne intrigue passionnante pour une série prometteuse

Les intrigues basées sur des situations vicieuses ont clairement le vent en poupe depuis la sortie au cinéma d’un certain Saw (on pourrait remonter à Cube, mais le film de James Wan fut d’un retentissement différent). On ne compte plus les films, bandes dessinées et autres romans qui redoublent de volonté dans ce domaine, mais qui échouent pour cause de concepts trop peu développés. Le manga Friends Games, dont Soleil sort le premier tome, créé-t-il la surprise ?

Friends Games T1 met en place une intrigue plutôt simple, afin de mieux embrayer sur une problématique puissante. On s’intéresse à un groupe de lycéens, très liés par un sentiment d’amitié apparemment sincère. Parmi eux, Yuichi est sans aucun doute le celui qui souffre le plus d’une certaine pauvreté, ainsi il doit travailler afin de pouvoir payer le voyage scolaire qui se profile. Shiho, elle, est la fille d’un policier, et son sens de la justice semble en avoir été décuplé. Makoto, fils d’une famille aisée, est bien plus exubérant, et un coureur de jupons invétéré. Yutori est la plus timide du groupe, et semble souffrir d’un physique trop sexy pour elle. Quant à Tenji, son attitude mystérieuse en fait le brun ténébreux typique. Dramatiquement, Shiho se fait voler la cagnotte du voyage scolaire, qu’elle a en charge. Au bord de la crise de nerfs, les cinq lycéens vont se retrouver un soir… et se faire enlever. Dès lors, ils sont obligés de participer à un jeu vicieux qui, sous prétexte de leur permettre de récupérer l’argent de la dette, va surtout mettre à l’épreuve leur amitié peut-être pas si profonde que cela.

Autant ne pas trop faire durer le suspens, on a dévoré ce premier tome de Friends Games, et l’on comprend mieux toute l’activité autour de cette nouvelle licence (un drama et deux films prévus pour 2017). La mise en place du contexte est exemplaire : en peu de temps l’auteur Mikoto Yamaguchi (que l’on a découvert avec son Death Tube) réussit à instaurer une ambiance tendue. On ne peut qu’imaginer, avec effroi, ce que ressent Shiho quand elle assume la perte de la cagnotte, et c’est intelligemment mis en parallèle avec la situation financière du personnage que l’on suit au plus près : Yuichi. C’est évidemment le gros thème de Friends Games T1, le rapport à l’argent, et même si la mère du personnage principal lui fait comprendre, en ouverture de tome, que la richesse n’est pas un objectif, il va se rendre compte que ses valeurs ne sont pas nécessairement celles des autres.

La paranoïa qui monte, qui monte

Car Friends Games T1 est le moyen, pour Mikoto Yamaguchi, de mettre à mal non pas des personnages de manga mais notre perception des choses, irrémédiablement viciée par notre rapport à l’argent. Un fois le kidnapping effectué, les amis (ou plutôt les candidats) sont accueillis par une mascotte tirée d’une bande dessinée. Celle-ci leur explique les tenants et les aboutissants du jeu, que l’on vous laissera découvrir par vous-même sous peine de vous spoiler. Écrivons simplement que le principe est terriblement vicelard, et a le don de faire ressortir les inimitiés. La tonalité est très bien maîtrisée, le crescendo est très perceptible, d’autant plus que l’intrigue joue carte sur table : dès le premier jeu on se rend compte qu’il y a bel et bien un traitre. Ou plusieurs, qui sait ? Dès cette instant, Friends Games T1 gagne définitivement l’attention du lecteur, qui ne peut s’empêcher de se faire sa propre enquête, aidé (ou pas) par une mise en scène très intelligente.

Friends Games T1 est, donc, une sacrée bonne découverte, dont le cliffangher ne fait que rajouter à notre grosse attente du prochain tome. On a aussi hâte d’en savoir plus sur les curieux organisateurs, dont on sent bien que l’identité va tirer la série vers le fantastique. Côté dessins, on découvre le travail de Yuki Sato, qui réussit à se sortir d’un énorme piège : celui du décor unique et peu accrocheur. Conscient de cette situation compliquée à gérer, il met le paquet sur les personnages, resserre les cadres et réussit à donner à chacun une véritable personnalité sans passer par la pose à outrance. Il nous tarde d’être à février pour découvrir la suite…

Friends Games T1, un manga écrit par Mikoto Yamaguchi, dessiné par Yuki Sato. Aux éditions Soleil, 192 pages, 7.99 euros. Sortie le 23 novembre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *