image couverture bons baisers de mesménie fabienne betting éditions j'ai luParmi les titres mythiques de la saga James Bond, Bons Baisers de Russie est en bonne position. Il a connu son lot de dérivés (Bruges, Hong-Kong, Pékin etc…) mais pourtant, celui du livre de Fabienne Betting, disponible le 5 avril prochain en édition poche chez J’ai Lu, interpelle : Mesménie, nom étrange et inconnu qui rappelle pourtant la Russie. Y-a-t-il un lien entre le film et ce livre ?

Des dangers de la traduction littéraire

Thomas, adulescent, travaille dans un MacDo suite à l’arrêt brutal de ses études. Pourquoi avoir abandonné ? Mali, la jeune mesmène qui donne des cours de sa langue maternelle l’a rejeté sans ménagement. Eperdu d’amour, empli de tristesse, Thomas va trouver secours dans les bras de Sandrine qui se dévoue pour ce jeune homme brisé. Petit à petit, il trouve leur rythme, leur équilibre. Mais il ne se satisfait pas de sa vie plan-plan et lorsqu’il se met à la recherche d’une nouvelle carrière, Thomas tombe par hasard sur une annonce étrange : quelqu’un cherche un traducteur Français-Mesmène… Bien qu’il n’ait que des rudiments de cette curieuse langue, il fonce et rencontre Sergueï, qui lui demande de traduire un roman. Thomas n’hésite pas, pour avoir le temps de remplir cette mission, à quitter son emploi dans le fast-food, et s’attire ainsi la colère passive de Sandrine, qui sait bien que le fantôme de Mali rôde encore dans l’esprit de son compagnon. Surpris par le contenu de ce roman et le succès qu’il va obtenir, Thomas va se retrouver bien malgré lui au cœur d’une aventure qui l’emmènera jusqu’aux confins de l’Europe…

Une invention bien inspirée

Etant donné le titre, on s’imagine bien vite que la Mesménie est une obscure république de l’ex-URSS, probablement une dictature. Et effectivement, pas d’erreur : coincée entre l’Estonie et la Russie, la Mesménie est « un furoncle » dont personne ne voulait. Ses terres sont infertiles, les populations très pauvres et sans éducation, il n’y a que peu d’infrastructures… Le pays ne fait pas rêver et très peu de gens connaissent son existence. Fabienne Betting va à l’extrême dans la description de ce pays qui ne peut avoir comme qualificatif que celui d’absurde. En fin de compte, la seule chose qui vaille le coup en Mesménie, c’est Mali, jeune enseignante aux tenues aussi courtes que bariolées.

Des personnages peu sympathiques

Les personnages ne sont pas très nombreux et c’est un plus, Fabienne Betting n’est pas tombée dans l’écueil du « trop » : la découverte d’un pays créé de toutes pièces était bien suffisant, et s’il avait fallu ajouter une ribambelle de personnages, cela aurait rendu le livre bien indigeste ! Thomas, héros de cette histoire, a du mal à susciter de la bienveillance : il agit en enfant pourri gâté et a bien du mal à assumer ses responsabilités. Prenant souvent les mauvaises décisions, son comportement vis-à-vis de Sandrine empêche l’empathie. Sandrine, qui elle-même a une part très égocentrique, et dont le comportement décrit comme admirable est plutôt agaçant. Du côté de l’Europe de l’Est, Mali est une tornade égoïste en mini-jupe, l’incarnation même de la bimbo prête à toutes les séductions pour arriver à ses fins et Sergueï une caricature sorti d’un film de mafieux. Impossible de se mettre du côté d’un protagoniste du coup : on se contente de les observer, mais cela fonctionne parfaitement pour ce style de roman déjanté.

Bons baisers d’Absurdie

Bons baisers de Mesménie est un bon petit livre qui se lit aisément et fait sourire du début à la fin, même si le milieu de l’histoire est plus creuse et traîne parfois en longueur. Fluide et efficace, il s’agit d’un roman qui fait sortir des tracas quotidiens — le roman fait d’ailleurs partie de la toute nouvelle collection « Feel Good Books » des éditions J’ai Lu  mais attention, il ne faut surtout pas s’attendre à un polar ! S’il y a du suspense quant au dénouement et à l’avancée des aventures de Thomas, cette histoire se classe dans la catégorie « comico-absurde » et même s’il n’est pas toujours facile de faire rire avec des mots sur la durée, Fabienne Betting s’en sort très bien avec ce premier roman.

Bons baisers de Mesménie de Fabienne Betting, J’ai Lu, sortie le 5 avril 2017. 6,80€