[Critique] Nobody Saison 1 Épisode 1 – Christian De Metter

image no body saison 1 episode 1Une série qui de fait de suite un nom

Après lecture du titre de l’article, vous vous demandez peut-être si nous ne nous sommes pas trompés. Non, avec Nobody Saison 1 Épisode 1 nous n’abordons aucunement une série télévisée, mais bel et bien une bande dessinée, et du genre plutôt surveillée de près. On était impatient pour plusieurs raisons : le talent de l’auteur (on s’attardera sur ce point plus bas), mais aussi ce formel que l’on espérait tout sauf gadget. Le verdict est-il à la hauteur de nos espérances ?

Nobody Saison 1 Épisode 1 prend place en 2007, aux États-Unis, plus précisément en plein Montana. Un homme à l’apparence atypique se fait arrêter sur le lieu d’un crime qu’il semble avoir commis. Un an plus tard, Beatriz Brennan, une jeune psychologue, est missionnée par le tribunal pour mettre en place une expertise de l’homme en profondeur. Le tueur présumé confirme à la femme qu’il a bien découpé son coéquipier qui, d’après lui, n’est autre que l’assassin de sa femme. Une relation basée sur la confiance s’installe alors entre le détenu et sa psychologue, et le premier se lance alors dans une évocation approfondie du moment où tout a bousculer. Pour cela, on remonte le temps jusqu’au milieu des années 1960, où nous allons voir que les organismes d’État ont construit une véritable bombe à retardement…

Nobody Saison 1 Épisode 1 dévoile le genre de récit qui va vous faire penser, une fois la bande dessinée refermée, qu’il faut vite que la suite arrive. On savait que Christian De Metter est l’un des auteurs capables de tenir en haleine un lecteur tout en prenant soin de construire une ambiance (lire son Shutter Island, un chef-d’œuvre), un véritable univers, et cela se confirme. Ici, on débute le récit comme un thriller plutôt ordinaire, qui rappelle évidemment Le Silence Des Agneaux dans les grandes lignes. Mais on sent bien que des éléments nous échappent, et le flashback intervient pour, en apparence, faire la lumière sur les motivations du tueur. Seulement, on le sait bien, ce genre de procédé induit un point de vue qui peut facilement jouer sur la manipulation des données : comment faire confiance aux déclarations d’un tueur ou, encore pire, d’un homme qui désire qu’on le prenne pour tel ?

image soleil no body saison 1 episode 1Un récit intrigant qui pose les bases pour une série très solide

Cependant, il est à noter que ce se sentiment, qui pousse sciemment le lecteur sur la défensive, s’efface pendant la très grande majeure partie de Nobody Saison 1 Épisode 1. On suit les pérégrinations d’un jeune homme qui va servir de taupe pour le programme Cointelpro (Counter Intelligence Program), un plan tout à fait réel que le FBI avait mis en place pour surveiller, dans l’illégalité la plus totale, des groupes d’activistes sur le territoire américain. On est au beau milieu des années 1960, et le Vietnam est passé par là. Sans ne rien spoiler, car chaque détail de cette histoire sensationnelle compte, sachez que l’on suit un début de cheminement haletant, dont la fin nous a laissé à la fois pantois et, c’est là une spécialité du surdoué Christian De Metter, en pleine paranoïa. Car si le récit du flashback a de quoi nous émouvoir, et nous apporte une grosse dose de vertige, que dire de l’image finale qui, elle, se passe en 2007…

On ne s’ennuie pas un seul instant dans ce Nobody Saison 1 Épisode 1, et c’est aussi grâce aux illustrations de Christian De Metter. Signalons ici qu’en flashant la bande dessinée, vous aurez droit à un générique réalisé par l’auteur lui-même, histoire de travailler encore plus l’impression de vivre une série. On note un gros travail sur les jeux d’ombre, sur les silhouettes des personnages tellement mises en mouvements qu’elles pourraient sortir de leurs cases. La direction artistique est un véritable plaisir des yeux, cohérente en tous points avec la tonalité sombre de l’album. On sort de No Body Saison 1 Épisode 1 avec le sentiment solide que l’on a vécu un début de série qui nous intéresse autant de par son fondamental que par son formel.

Au final, Nobody Saison 1 Épisode 1 est un premier tome de grand intérêt, pour qui apprécie les récits qui tirent vers le thriller à forte tendance paranoïaque. On a hâte de comprendre ce que cette fameuse dernière case va provoquer dans la suite de l’histoire, qu’on ne loupera certainement pas dans un deuxième tome qui se situe tout en haut de notre liste des attentes.

Nobody Saison 1 Épisode 1, une bande dessinée scénarisée et illustrée par Christian De Metter. Aux éditions Soleil, collection Noctambule, 64 pages, 15.95 euros. Sortie le 26 octobre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *