[Critique] Motordu Timbré – Pef et Geneviève Ferrier

image motordu timbreLes belles lettres de Motordu

Nous vous en parlions récemment avec le petit livre Motordu : Pelote d’Avion, le personnage créé par Pef dans les années 1980 est toujours aussi vivace et prompt à livrer ses aventures. Cette fois-ci, nous abordons Motordu Timbré, un album illustré au format plus conséquent (220 x 275mm), et nous allons voir que le Prince a toujours son mot à dire, tout tordu qu’il soit.

Motordu Timbré, on retrouve le fameux prince et son chapeau-château si saillant. Alors qu’il vient de se réveiller, et qu’il a les yeux du jour encore tout embués, il remarque à peine que son drôle de couvre-chef a été peint en jaune par son petit sacripant de fils Nid-de-Koala. Ni une, ni deux, l’altesse perd de sa superbe et de sa taille : il rapetisse sous l’effet magique d’une peinture envoyée par la Poste ! Sans paniquer, sa femme la princesse Dézécole, et sa fille Marie-Parlotte trouvent peut-être une solution : si le Prince s’est vu raccourcir par l’effet du jaune postal, peut-être qu’en vivant l’aventure miniature d’un envoi timbré il retrouvera de son port altier…

Motordu Timbré est donc l’occasion, pour la cible de cet album, de découvrir avec beaucoup d’humour la trajectoire d’une lettre affranchie. Comme signalé sur la page de garde, l’ouvrage ici traité est adoubé par La Poste elle-même, mais aussi par des associations philatélique reconnues, ce qui apporte de facto une qualité de traitement d’une belle justesse factuelle. L’enfant pourra, en effet, découvrir à la fois le parcours d’une lettre mais aussi s’amuser du destin toujours aussi drôlement mouvementé de ce tpujours plus impayable prince. Dans son périple, Motordu use peut-être un peu moins de jeux de mots que par le passé, écrivons ici qu’ils sont moins systématiques, mais Pef réussit toujours à placer ce qu’il faut de calembours pour emporter l’adhésion du jeune public. Espiègle certes, mais aussi aventurier avec ces passages qui le feront traverser tout un cheminement d’une boîte aux lettres à l’autre, en passant par un centre de tri ou un voyage en utilitaire. Motordu Timbré délivre un récit à la fois astucieux et tordant, bel et bien dans la droite lignée de ce que cette série a su construire depuis des années.

Motordu Timbré, c’est aussi des illustrations qui n’ont de cesse que de soutenir la cocasserie des textes par un humour imagé qu’on ne présente plus, tant il fait mouche depuis les années 1980. Le jeune lecteur se régalera de détails bien saugrenus (ah, l’adresse sur certaines lettres…), et la colorisation assurée par Geneviève Ferrier est toujours aussi éclatante. Au final, Motordu Timbré s’avère être un album réussi de plus dans la belle carrière de cette série signée Pef, dont le gros travail sur la musicalité des mots a décidément encore de l’avenir. Signalons, pour terminer, que l’édition signée Gallimard Jeunesse délivre un livre solide en tous points, de sa couverture cartonnée à son papier accrocheur. Aussi, notons la présence, en fin d’album, de 25 autocollants à disposer fièrement sur des lettres, histoire de donner à vos correspondants un petit goût de Motordu.

Motordu Timbré, un album jeunesse par Pef, mise en couleur par Geneviève Ferrier. Aux éditions Gallimard Jeunesse, 28 pages, 13.50 euros. De 5 à 9 ans. Sortie le 20 octobre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *