[Critique] Lucie et sa licorne – Dana Simpson

image lucie et sa licorneUne licorne pour illuminer la vie

Après avoir sorti le roman graphique Roller Girl, les jeunes et fraîches éditions 404 (Halo Mythos) nous livrent une autre découverte dans ce domaine. Lucie et sa licorne (dont le titre original est Phoebe And Her Unicorn), paru dès avril 2012 sur GoComics, est accompagné d’une certaine réputation, notamment en ayant gagné un PNBA Book Award en 2016. Dès lors, c’est avec curiosité, titillée de plus par l’amour de l’auteure de l’article que vous lisez pour les licornes, que l’on a découvert ce roman graphique destiné à la jeunesse.

Lucie et sa licorne s’intéresse, évidemment, aux personnages cités dans ce titre très factuel. Lucie, fillette de neuf ans, est du genre introvertie. Un jour, alors qu’elle s’exerce au ricochet, un des cailloux atteint une licorne, laquelle était tellement captivée par son propre reflet qu’elle en était incapable de retrouver ses esprits. L’impact l’ayant pour ainsi dire sauvé, l’animal mythologique offre à sa sauveuse un souhait à formuler. C’est le début d’une grande amitié entre la petite fille et celle qui se nomme « Rosemarie de Céleste Museau ».

Lucie et sa licorne est un roman graphique qui pourrait presque se lire comme une suite de scénettes dans un ensemble cohérent. Ce dernier est clairement la relation entre les deux personnages qui donnent son titre à l’œuvre. Si « Rosemarie de Céleste Museau » est évidemment très importante pour le récit, et aussi pour l’humour savoureux qu’elle apporte, c’est Lucie qui attire tout de même notre attention un peu plus. En effet, l’auteure saisit l’occasion d’une telle situation pour aborder la construction d’une fillette un peu mal dans sa peau, en pleine croissance. On y croise les soucis liés notamment aux rapports humains dès la scolarité, et c’est toujours bon de rappeler à quel point cette composante est importante dans l’épanouissement d’un enfant. Même certains comportements plus « adultes » sont abordés, comme le renfermement du père de Lucie, en permanence derrière le PC…

Un roman graphique drôle et chaleureux

Lucie et sa licorne est donc un roman graphique destiné à la jeunesse, mais qui refuse de laisser ce fait lui dicter sa tonalité. Certes les couleurs sont très douces, la direction artistique ne cache pas que les filles sont ciblées, mais ce n’est pas pour autant que l’ambiance y est « girly » à fond les ballons (du moins, dans le sens qu’on a bien voulu donner à ce mot). L’humour y est omniprésent, la licorne n’est pas étrangère à ce fait. Hautaine comme pas permis, douce à l’excès, usant de répliques qui, soyez-en sûrs, feront même rire les plus grands, cette « Rosemarie de Céleste Museau » est l’attraction, le divertissement de l’œuvre. Et il fonctionne très bien, apportant à Lucie une légèreté salvatrice à la fois pour le lecteur et pour l’ouvrage : chacun des personnages est indispensable à l’autre, ce qui prouve le bon équilibre.

Aussi au travail sur les illustrations de Lucie et sa licorne, Dana Simpson rend un travail qui, assurément, saura plaire à sa cible idéale. On a déjà abordé la direction artistique, mais nous devons insister : le choix des couleurs est une réussite, ne forçant jamais le ton au-delà du raisonnable. On pourra aussi appliquer ce constat aux dialogues, qu’on espérait pas trop prégnants, et qui là aussi se trouvent être agréables de par leur bonne concision. Il règne dans ce roman graphique une ambiance délectable, calme et chaleureuse, qui bien évidemment fait écho au caractère profond des personnages. Lucie et sa licorne est un ouvrage doux, bienveillant, qu’on conseille sans hésiter. Signalons, pour finir, que la suite des aventures est prévue pour septembre 2017. Rendez-vous est pris.

Lucie et sa licorne, écrit et illustré par Dana Simpson. Chez 404 Éditions, 224 pages, 11.95 euros. Dès 9 ans. Sortie le 23 mars 2017.

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *