article coup de coeur

[Thés] Mariage Frères : Un atelier pour découvrir les grands crus

image atelier thés du triangle d'or mariage frères
© Culturellement Vôtre

Dans le cadre de son Tea Club, la plus célèbre des maisons de thé françaises propose un atelier Triangle d’Or dédié à la découverte de ses grands crus d’origine les plus prestigieux. Une façon d’enrichir sa connaissance des thés en compagnie d’un authentique tea sommelier, à travers une dégustation dans les règles de l’art, accompagnée de deux pâtisseries maison. Nous avons assisté à l’un des ateliers proposé il y a quelques semaines à la boutique Rive Gauche, dans le 6e arrondissement parisien.

De grands thés atypiques originaires de Thaïlande, Birmanie, Laos ou Vietnam

image table de dégustation atelier thés du triangle d'or tea club mariage frères
© Culturellement Vôtre

Fondé en 1854, Mariage Frères s’est toujours posé comme un modèle de l’excellence française, y compris à l’étranger, où l’enseigne bénéficie d’un beau rayonnement, avec des salons de thé à Londres, Berlin et Tokyo. Bien que la marque ait élargi son offre au fil des ans aux thés parfumés plus grand public, son impressionnant catalogue composé de plus de 600 références comporte toujours de très grands crus issus des meilleurs jardins et des plus fines récoltes. Quoi de plus normal, alors, que la maison propose à ses clients un atelier consacré à la découverte de quelques-uns de ces très grands thés ? Chaque atelier dure 90 minutes et se concentre sur la dégustation de 9 grands crus différents, accompagnés (dans ce cas précis) d’une madeleine et d’un financier. Au moment où nous avons participé à l’atelier de la boutique Rive Gauche, ce printemps, la sélection se composait de 3 thés verts, 2 thés bleus, 1 thé ethnique et 2 thés noirs, soit 9 thés, dont 5 originaires de Thaïlande et 2 du Vietnam.

La dégustation part des thés verts pour s’acheminer vers les thés noirs, chacun étant présenté dans un verre transparent accompagné d’une coupelle de feuilles sèches, et d’une autre de feuilles infusées. Comme le savent les grands amateurs de thé, on commence tout d’abord par regarder et sentir les feuilles sèches, en évoquant en groupe les parfums qu’ils nous évoquent, avant de humer les feuilles infusées et, enfin, de goûter une première gorgée de thé, en utilisant la rétro-olfaction. Cette méthode consiste à inspirer profondément en même temps que l’on avale, afin de percevoir toute la subtilité des arômes se dégageant de l’infusion. Pour les personnes peu habituées à ce procédé, le sommelier de Mariage Frères est là pour guider les participants, et un petit carnet de dégustation est par ailleurs remis à chacun, afin de garder trace des crus goûtés et de ses observations. Tout au long de l’atelier, on note ainsi le nom de chaque thé, ainsi que son origine et ses consignes d’infusion, avant de cocher les cases décrivant le mieux l’aspect de la liqueur, son odeur, mais aussi son développement au palais. C’est en effet quelque chose dont on n’a pas forcément conscience si l’on est habitué aux thés industriels broyés des grandes surfaces, au goût prononcé et souvent uniforme : les vrais bons thés évoluent en bouche et n’ont pas tous la même texture ou le même relief.

Des thés verts exceptionnels pour ouvrir le bal

image atelier mariage frères triangle d'or thé grand cru lotus blanc
Le Thé Lotus Blanc de Mariage Frères. © Culturellement Vôtre

C’est ainsi une constante parmi les thés présentés au sein de cet atelier Thés du Triangle d’Or : chacun possède sa personnalité et ne se dévoile pas d’un coup, ce qui ne fait que renforcer notre plaisir à les déguster lentement, du bout des lèvres, pour mieux en profiter. Le premier thé testé est par ailleurs l’un de nos favoris de la sélection : le Lotus Blanc est un grand cru du Vietnam produit en toutes petites quantités de manière artisanale, dont le prix assez onéreux (98€ les 100g) se justifie par son mode de préparation particulière. En effet, afin que les feuilles de thé vert soient imprégnées des arômes du lotus, celles-ci sont déposées manuellement à l’intérieur des fleurs de lotus sur l’eau avant d’être récupérées et préparées. Le résultat est une liqueur dorée d’une clarté diaphane, dégageant une subtile odeur florale, très légèrement sucrée, avec une petite pointe fruitée. Le thé, aérien et velouté, possède une bonne longueur en bouche et une très fine astringence qui lui donne du caractère et le rend particulièrement séduisant. Cet équilibre parfait possède un nom dans le domaine du thé, il s’agit de la saveur umami.

Après cette première dégustation, autant dire que la barre était placée haut, pourtant, le reste ne nous aura aucunement déçus, à tel point qu’établir un classement des grands crus présentés de 1 à 9 serait assez difficile. Après le Vietnam, nous passons donc à la Thaïlande avec le Lan Na Thaï, un thé vert à la liqueur d’un bel ambre doré, dégageant une odeur épicée et sucrée à la fois qui vient immédiatement titiller nos papilles. Son goût, là encore d’une belle délicatesse, est aussi addictif que ce à quoi l’on était en droit de s’attendre. Sa rondeur en fait une boisson chaleureuse et réconfortante, parfaite pour accompagner un brunch ou une pâtisserie à l’heure du thé. Place ensuite au Laos avec le Champasak, le dernier thé vert de la sélection, à l’astringence nettement plus marquée, sans pour autant être dérangeante le moins du monde. Ce cru possède un joli bouquet floral et fruité, et se se développe véritablement en bouche, son goût restant d’ailleurs bien présent longtemps après avoir pris la dernière gorgée.

A la découverte des thés bleus de Thaïlande et d’étonnants thés noirs

image thé noir cha taï atelier mariage frère thés du triangle d'or tea club
L’étonnant thé noir Cha Taï de Mariage Frères, originaire de Thaïlande. © Culturellement Vôtre

L’expression « thé bleu » est assez peu connue en France, où l’on a tendance à parler simplement de thés verts, noirs ou blancs, en faisant généralement l’impasse sur cette catégorie pourtant incontournable. Celle-ci désigne en réalité les thés Oolong, des thés à l’oxydation incomplète, donc à mi-chemin entre thé vert et thé noir. Parmi les trois grands crus thaïlandais de cette catégorie que nous goûtons, le premier, le Moon Palace, possède une liqueur de couleur assez similaire aux thés verts Lotus Blanc et Champasak, par exemple. Très doux lorsqu’on le goûte, avec des notes fruitées et très légèrement herbacées, il laisse néanmoins un petit voile poudré au fond de la gorge, preuve de son caractère bien présent en dépit de son abord accessible. Le Peace Mountain Tea possède une astringence et une ampleur plus marquée, notamment à la déglutition, tout en révélant de somptueuses notes de miel et de beurre qui en font un bon choix pour les personnes aimant les thés aux arômes un peu plus prononcés. Enfin, le Thaï Beauty, à la liqueur joliment cuivrée, a remporté un joli succès en raison de ses notes gourmandes et même très légèrement exotiques.

Les thés noirs, qui ont parfois « mauvaise » réputation auprès de certains amateurs, qui estiment que leur oxydation complète les rend moins subtils et intéressants que leurs homologues verts, blancs ou bleus, étaient pour leur part très bien représentés avec des grands crus finalement assez atypiques. Petite triche pour commencer, puisque si le thé ethnique de Birmanie Ko Kant possède une liqueur pouvant le faire passer pour un thé noir, le site de l’enseigne nous apprend qu’il est en réalité considéré comme un thé vert. Il se distingue par son mode de production artisanal assez singulier : ses feuilles sont en effet chauffées au wok au feu de bois et séchées de manière naturelle, dans des endroits ventilés. Son goût, épicé et fruité à la fois, le rend très séduisant, tandis que son incessante évolution en bouche surprend d’un bout à l’autre. Le Cha Thaï, qui ne paie pas de mine avec sa fine poudre couleur chocolat, a également produit son petit effet. On a en effet coutume de dire qu’à partir du moment où les feuilles ne sont plus entières mais brisées ou, pire, broyées, le thé perd en subtilité au profit d’une plus grande homogénéité. Cependant, ce grand cru est sans doute ce que l’on peut trouver de mieux sous forme broyée puisque, sans posséder la même longueur en bouche que les précédents thés testés, il révèle de délicieux arômes épicés et sucrés bien plus fins que ce à quoi l’on aurait pu s’attendre. Idéal au petit déjeuner pour bien commencer sa journée, il se révèle particulièrement chaleureux et se dégustera aussi bien en période estivale qu’au coeur de l’hiver. Enfin, le Bird Song du Vietnam, à la flamboyante liqueur grenat, séduit par sa rondeur en bouche et ses notes à la fois miellées, épicées et cacaotées.

Un atelier enrichissant, animé de main de maître

image dégustation atelier thés du triangle d'or tea club mariage frères
© Culturellement Vôtre

Voilà donc une dégustation de haut vol qui mérite tout à fait son nom de Thés du Triangle d’Or. Au-delà de la qualité des crus proposés, l’atelier vaut également le détour par l’animation du tea sommelier, un expert nous révélant d’un bout à l’autre les secrets de production et d’infusion de chacun des thés présentés, et encourageant chacun à poser des mots sur les odeurs et le goût des différents crus. Si les ateliers sont souvent composés de personnes possédant des niveaux de connaissances variables en matière de thé et de dégustation, il sait s’adapter à chacun afin d’initier et guider les uns, tout en répondant aux questions et remarques plus précises des autres, donnant lieu à des échanges dynamiques et d’une belle richesse. La manière d’introduire les pâtisseries à la dégustation est également très bien gérée puisque le sommelier propose dans un premier temps de découvrir les thés seuls, avant d’inviter à croquer un bout de financier ou de madeleine afin de voir comment ceux-ci modifient, mais aussi révèlent les arômes du cru sélectionné, ce qui donne ensuite lieu à des recommandations d’accords mets-thés tout à fait inspirants.

Les ateliers dédiés aux grands crus Mariage Frères — en dehors de cet atelier, qui n’est pas proposé toute l’année, il existe aussi une dégustation Terroirs d’Excellence — ont lieu le samedi et le dimanche de 10h à 11h30, mais pas forcément de manière hebdomadaire. Pour consulter les dates et vous inscrire, rendez-vous donc sur le site officiel de Mariage Frères. L’atelier Thés du Triangle d’Or est davantage à conseiller aux personnes connaissant déjà un minimum les différents types de thés, afin de mieux en apprécier les subtilités. A noter que pour les « novices », des ateliers Première Approche sont également proposés, afin de découvrir les différentes couleurs de thés, les compositions parfumées ou encore les Terroirs d’Excellence. Pour approfondir ses connaissances, des ateliers par couleurs de thé ou origines sont aussi régulièrement proposés. Tarif unique pour les différents ateliers (hors leçons particulières sur-mesure) : 65€.

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.
0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *