[Critique] Espace Vital T2 – LF Bollée, Fabrice Meddour

Caractéristiques

  • Auteur : LF Bollée, Fabrice Meddour, Stéphane Paitreau
  • Editeur : Glénat
  • Date de sortie en librairies : 5 avril 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 48
  • Prix : 13,90€
  • Acheter : Cliquez ici

La maison des secrets

Après un premier tome qui nous avait pas mal plu, Espace Vital revient pour un album central, la série étant une trilogie. Des questions en suspens, une tonalité que n’aurait pas renié un certain Stephen King, et des personnages qui ont tendance à faire naître quelques suspicions. Rappelons que les protagonistes de cette histoire sont enfermés dans une immense bâtisse, kidnappés de leur époque pour être « stockés » dans une grande demeure aux multiples mystères, parfois mortels. Par qui ? Et pourquoi ? Voilà les interrogations qui étaient les nôtres, et Espace Vital Tome 2 se doit d’y répondre, au moins en partie.

Bien entendu, Espace Vital Tome 2 reprend exactement là où la première partie nous avait laissé. Alors non, vous ne pourrez pas rejoindre le train en marche : foncez lire le Volume 1. On retrouve Garth et les survivants de cette péripétie qui n’a pas fini de faire des victimes. Désormais, le but n’est plus tellement de comprendre le pourquoi du comment de cette situation. Il faut survivre, et les réponses viendront d’elles-même. Garth, d’ailleurs, a bien des révélations à nous faire, ce qui est aussi le cas des autres protagonistes. Et ce quatrième étage, quelle est cette force étrange qui semble s’y répandre ?

Espace Vital Tome 2 passe à la vitesse supérieure. Sans ne rien vous spoiler, dès les premières pages on est plongé en plein cœur d’une situation cauchemardesque, sombre comme la mort, et sanglante. Effectivement, l’heure n’est plus aux questions susurrées, mais au gros suspens qui déménage. Bientôt, la bâtisse paraît beaucoup plus compréhensible pour le lecteur : on voit venir sa justification, son « utilité ». On le ressent, plutôt, et là est la force de l’auteur, LF Bollée (Terra Australis, L’ultime chimère, Les Maîtres Saintiers) : il réussit à nous distiller des éléments qui sont, in fine, digérés. Oui, on avait bien remarqué que tous les protagonistes se ressemblent. Mais non, on n’avait pas vu venir ce qui se tramait derrière ces masques…

Plus sombre que le premier tome

Espace Vital Tome 2 ne déçoit pas en terme d’avancée scénaristique. Cependant, l’ampleur de ce qui se trame est peut-être un peu moins imposante que ce qu’on pouvait espérer. Cette série utilise le genre afin d’exprimer un fond très marqué, ce qui n’est absolument pas un mal, mais pourra surprendre. On pense à Helen, qui est l’image même du jeu caché, mais aussi du personnage marqué par une certaine différence. On pourrait penser que LF Bollée sert la soupe à sa vision du monde, mais heureusement il le fait en n’oubliant jamais trop son récit. On ne s’apitoie aucunement sur le sort de ces protagonistes, l’action ne nous en laisse pas le temps. L’atmosphère non plus, qui se fait très sombre, étouffante même.

Espace Vital Tome 2 nous laisse de bonnes sensations, et le final ouvre la porte vers une conclusion attendue. On espère tout de même des explications qui ne misent pas tout sur le seul fondamental, au risque de laisser un peu le lecteur sur le carreau. Le dessin, quant à lui, est toujours signé par le très bon Fabrice Meddour (Le temps des cendres, Ganarah, Hispanola), et Stéphane Paitreau (Kookaburra, Samurai Légendes) aux couleurs. Le style a évolué, très clairement, et notamment dans la mise en scène, plus agressive. Le rendu tire toujours vers la peinture, mais on remarque un côté surréaliste quand l’action se fait violente. S’en dégage un sentiment glauque bien travaillé, qui ne fait qu’ajouter à la bonne tenue de cet album.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *