[Critique] La guerre des nains Tome 2 – Markus Heitz

Caractéristiques

  • Titre complet : La guerre des nains Tome 2 : les êtres de feu
  • Traducteur : Joël Falcoz
  • Auteur : Markus Heitz
  • Editeur : Milady
  • Date de sortie en librairies : 16 juin 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 475 pages
  • Prix : 8,20€
  • Acheter : Cliquez ici

Après les orcs, une nouvelle menace encore plus fascinante

Après le début de ce second arc (Le secret de l’Eau Noire), on ne pouvait que se jeter sur La guerre des nains Tome 2 : les êtres de feu, toujours aux éditions Milady, en format poche. Comme vu précédemment, il s’agit d’une série assez imposante, et parmi les meilleures consacrée à la race des Nains. Rappelons aussi, avant de rentrer dans le vif du sujet, qu’il est judicieux de découvrir cette saga par le début (Le passage de pierre et La lame de feu, disponibles sous forme d’une intégrale chez Bragelonne, ou en poche toujours chez Milady), afin de mieux capter les nombreuses subtilités…

Les hordes d’Orcs féroces ont été vaincues, mais un péril encore plus grand menace le Pays Sûr : onze incarnations d’un dieu déchu marchent avec leurs armées sur la frontière ouest. Dotés d’étranges pouvoirs, les Amshas ravagent et brûlent sans pitié les terres qu’ils foulent, semant la terreur et la désolation. Lorsque la dernière Mage du pays est assassinée, Tungdil et ses compagnons n’ont d’autre choix que de mener la résistance contre l’envahisseur. Mais, pour défaire l’ennemi en surnombre, ils devront d’abord unifier les tribus naines déchirées par la haine.

Une fantasy classique mais énergique

La guerre des nains Tome 2 débute alors que la menace des orcs a été repoussée, non sans mal. Ce volume va sans doute combler une large partie des amateurs de fantasy. Ceux qui apprécient la précision d’un univers auront plaisir à suivre des aventures qui mettent à l’épreuve la cohérence de l’ensemble. C’est sans doute une des caractéristiques majeures de la série : les codes du genre sont respectés, et Markus Heitz s’attèle à la dure charge d’éviter les sensations de cliché trop appuyées. L’histoire d’amour entre Tungdil et Balyndis s’imbrique bien dans le récit, même si la conclusion de cette sous-intrigue manque peut-être un peu de sel.

La guerre des nains Tome 2 plaira aussi à celles et ceux qui apprécient les passages mouvementés. Les combats se multiplient, et ont même tendance à se faire suite parfois trop brutalement. Les Amshas s’avèrent de bien intéressants antagonistes, proposant une adversité basée sur les pouvoirs magiques, ce qui renouvelle bien les menaces physiques. On appuie sur ce fait : les batailles se font haletantes, mais aussi nombreuses, et un petit sentiment de lassitude peut pointer le bout de sa hache. Surtout que les surprises sont du genre timides, en terme de résultats des joutes. Quant à la fin, elle débouche sur une conclusion qui se tient et, même si la suite sera scruté avec attention, on part avec assez de confiance pour être animé d’une certaine impatience.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *